Le G7 tient sa première série de réunions depuis le début de la pandémie

La journée d'ouverture a été marquée par le coronavirus et le changement climatique. D'autre part, Joe Biden a profité de son premier sommet pour renforcer les liens avec ses partenaires et envoyer un message à la Chine et à la Russie
Atalayar_Biden-Johnson

REUTERS/KEVIN LAMARQUE  -   Le Premier ministre britannique Boris Johnson lève le pouce alors que le président américain Joe Biden le regarde pendant leur rencontre, avant le sommet du G7, à Carbis Bay, Cornouailles, Grande-Bretagne, le 10 juin 2021

Les dirigeants du G7 ont tenu leur première réunion ce vendredi à Cornwall, au Royaume-Uni. Les principaux sujets de la réunion ont été l'économie, le changement climatique et bien sûr, la pandémie du COVID-19. Ce virus a empêché les politiciens de se rencontrer en personne jusqu'à présent, plus d'un an après le début des confinements. "Je ne peux pas dire à quel point cela fait une différence", a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson, en accueillant en personne les autres représentants du monde.

Le premier ministre a également ajouté que "nous devons tirer les leçons de la pandémie et veiller à ne pas répéter certaines des erreurs que nous avons certainement commises au cours des 18 derniers mois". Le Royaume-Uni a été l'un des pays les plus touchés par le coronavirus dans le monde, avec près de 130 000 décès. En outre, son confinement strict pendant des mois a provoqué le plus grand ralentissement de l'économie depuis que l'on tient des registres modernes. Néanmoins, M. Johnson est optimiste et pense qu'il est possible de "récupérer très fortement du COVID".

Le dirigeant britannique s'est toutefois dit préoccupé par les inégalités économiques exacerbées par la pandémie. "Ce qui risque de devenir une cicatrice durable, c'est que les inégalités s'enracinent", a averti M. Johnson. "Nous devons veiller à ce que la reprise permette de relever le niveau de vie de chacun dans nos sociétés", a-t-il ajouté. Le Premier ministre a rappelé la grande crise économique de 2008, et comment "la reprise n'a pas été uniforme dans tous les secteurs de la société". Pour cette raison, et dans le but d'atténuer la distribution inégale des vaccins dans le monde, le G7 s'est engagé à donner un milliard de doses cette année.

Atalayar_Cumbre G7
PHOTO/AFP -  Le président français Emmanuel Macron, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le premier ministre italien Mario Draghi, le président du Conseil européen Charles Michel et la chancelière allemande Angela Merkel posent pour une photo de famille alors qu'ils assistent à une réunion de coordination de l'UE au sommet du G7 à Carbis Bay, Cornouailles, Grande-Bretagne, le 11 juin 2021.

"Nous devons montrer que nous ne pensons pas seulement à nous, mais aussi à ceux qui n'ont pas encore la possibilité d'être vaccinés, notamment dans les pays africains", a déclaré Angela Merkel. L'Allemagne est l'un des principaux contributeurs mondiaux à COVAX, le fonds international pour les vaccins.

La lutte contre le changement climatique est un autre défi souligné par les économies les plus puissantes du monde. Le Prince Charles a également participé à la réunion consacrée au problème de l'environnement et à la protection de la biodiversité, et a appelé les dirigeants politiques à prendre des mesures conjointes. "Ce que nous faisons pour la pandémie, nous devons aussi le faire pour la planète", a déclaré l'héritier britannique.

La conversation sur le climat a eu lieu à l'Eden Project, la plus grande serre du monde, en Cornouailles. La reine Elizabeth II y a organisé un dîner pour discuter de la question avec son fils et des hommes politiques.

Atalayar_Cumbre G7
PHOTO/REUTERS - Le premier ministre canadien Justin Trudeau arrive avant la réunion du G7 à l'aéroport de Cornwall, à Newquay, en Cornouailles, en Grande-Bretagne, le 10 juin 2021.

Johnson a présenté son idée d'un plan Marshall pour le changement climatique. L'hôte du sommet a évoqué la création d'une banque de développement vert chargée d'administrer les aides destinées à faciliter la transition écologique dans les pays en développement. Le premier ministre a appelé à une planète "plus égale, plus propre et plus verte".

Le premier sommet de Joe Biden avec des allusions à la Russie et à la Chine

La réunion du G7 est le premier voyage à l'étranger du président américain depuis son entrée en fonction. Ce sommet, avec la présence de M. Biden, marque un nouveau départ dans les relations entre les États-Unis et leurs alliés. Finies les années Donald Trump, marquées par des désaccords et des retraits de pactes internationaux aussi pertinents que l'Accord de Paris sur le changement climatique ou l'accord nucléaire avec l'Iran.

"Les États-Unis sont de retour", a déclaré M. Biden, faisant allusion au retour d'une politique étrangère fondée sur de bons liens avec ses partenaires traditionnels. Le président américain a profité du sommet pour annoncer l'achat de davantage de vaccins pour les pays en développement. Mais sa première réunion du G7 a sans doute servi à envoyer un message d'unité après le mandat de Trump.

Atalayar_Cumbre G7
PHOTO/AFP - Le président américain Joe Biden prononce un discours sur la pandémie de COVID-19, à St Ives, en Cornouailles, le 10 juin 2021, avant le sommet de trois jours du G7, du 11 au 13 juin.

L'économie est une autre question qui doit être abordée par la partie américaine. Récemment, les ministres des finances du G7 se sont réunis à Londres pour réformer le système fiscal. Lors de cette réunion, ils se sont mis d'accord sur une taxe de 15% sur les multinationales de la technologie, une mesure qui doit être approuvée lors de ce sommet. Selon un communiqué de la Maison Blanche, "le président Biden et les partenaires du G7 sont engagés dans une reprise mondiale qui profite aux familles de travailleurs et de la classe moyenne, chez nous et dans le monde entier." Une fois approuvé par le groupe des sept, il devra obtenir le soutien des pays du G20, qui comprend la Russie, la Chine, l'Inde et le Brésil.

Les autres membres ont accueilli l'arrivée de Biden avec joie et espoir. Mme Merkel a admis qu'elle était "très heureuse" de la présence du président américain au sommet, affirmant qu'il transmettrait un message "en faveur d'un multilatéralisme fondé sur des valeurs qui conduira à un différend avec la Russie et, à certains égards, également avec la Chine".

Les deux pays, qui sont actuellement en proie à des tensions avec les puissances occidentales, ont été présents lors de la première journée. Au début de son voyage, M. Biden a déclaré que la Russie risquait des conséquences "fortes et significatives si elle s'engageait dans certaines activités." Biden et Poutine se rencontreront à Genève le 16 juin. Le président russe a toutefois reconnu qu'il ne s'attendait pas à des "percées majeures".

Atalayar_Cumbre G7
PHOTO/REUTERS - La chancelière allemande Angela Merkel (C) et son mari Joachim Sauer (R) arrivent à l'aéroport de Cornwall, près de Newquay, en Cornouailles, le 11 juin 2021, pour le sommet du G7.

De même, quelques jours avant son voyage, le président américain a déclaré dans le Washington Post que "les États-Unis doivent diriger le monde depuis une position de force pour faire face aux activités néfastes des gouvernements de la Chine et de la Russie". Au Royaume-Uni, il s'est engagé avec son homologue britannique à ouvrir une nouvelle enquête sur les origines du COVID-19 en Chine, en envisageant l'idée que le virus ait pu s'échapper d'un laboratoire. Le sommet abordera également la question d'une alternative verte proposée par Washington pour rivaliser avec l'initiative "Belt and Road" de Pékin.

Le ministère chinois des affaires étrangères a déjà critiqué les actions de M. Biden, l'accusant d'"attiser la confrontation" et de créer un plan avec les alliés contre la Chine. Le journal du pays asiatique, Global Times, a assuré que la Chine est en train de fixer l'agenda du monde. Les médias considèrent que la raison pour laquelle il y a tant de références au géant asiatique de la part du G7 est que "le centre de gravité économique et politique du monde s'est déplacé vers l'Est".

Les dirigeants de l'Union européenne ont également rejoint la position de M. Biden et ont déclaré que la Chine était un "rival systémique".

Nouvelle alliance Washington-Paris

Emmanuel Macron est l'un des hommes politiques avec lesquels Biden a le plus échangé lors de la première journée du sommet. Ils ont même eu une conversation privée informelle en marge des autres dirigeants, qui a servi de prélude à la réunion bilatérale qu'ils auront aujourd'hui.

Atalayar_Cumbre G7
PHOTO/REUTERS -Le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron arrivent à l'aéroport de Cornwall, Newquay, avant le sommet du G7 à Carbis Bay, Cornwall, Grande-Bretagne, le 11 juin 2021.

"Les dirigeants ont discuté de diverses questions régionales et bilatérales, notamment du COVID-19 et des efforts de lutte contre le terrorisme au Sahel. Ils ont également réaffirmé l'importance de la coopération entre les États-Unis et la France et du partenariat transatlantique", a déclaré un porte-parole. 
Les deux dirigeants se sont entretenus amicalement à plusieurs reprises, en plus de marcher ensemble dans une demi-étreinte.

"Maintenant que nous sommes ensemble, unis et déterminés à faire la différence, il est temps de passer à l'action. Je suis sûr que nous le ferons", a tweeté M. Macron, accompagné d'une vidéo avec son homologue américain.

Petites tensions post-Brexit

Malgré la concorde générale entre les dirigeants du G7, il y a également eu quelques moments de confrontation mineure. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Macron, se sont affrontés à Johnson au sujet du protocole irlandais. "La guerre des saucisses" est le dernier épisode en date des tensions entre Londres et Bruxelles au sujet du Brexit. L'Union européenne insiste sur le fait que la viande congelée ne peut être importée de l'extérieur du bloc, de sorte que l'Irlande du Nord pourrait se retrouver sans produits carnés britanniques. Le délai pour la libre circulation de la viande congelée entre le Royaume-Uni et l'Irlande du Nord prend fin le 30 juin.

Atalayar_Cumbre G7
AFP/ PHIL NOBLE -Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le président du Conseil européen Charles Michel, le président américain Joe Biden, le Premier ministre japonais Yoshihide Suga, le Premier ministre britannique Boris Johnson, le Premier ministre italien Mario Draghi, Le président français Emmanuel Macron, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et la chancelière allemande Angela Merkel posent pour une photo de famille à leur arrivée au sommet du G7 à Carbis Bay, en Cornouailles, dans le sud-ouest de l'Angleterre, le 11 juin 2021.

"Si après six mois, vous ne pouvez pas respecter ce que vous avez négocié, cela signifie que vous ne respecterez rien. Je crois au poids des traités", a déclaré M. Macron. En revanche, Mme Von der Leyen a souligné que "le protocole irlandais est la seule solution et doit être pleinement mis en œuvre".

Cependant, deux journées sont encore à venir qui pourraient servir à rapprocher les membres du G7. La relance économique par le coronavirus et le changement climatique reviendront sur la table. En outre, le Premier ministre indien Narendra Modi sera un participant virtuel le deuxième jour.