PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Golfe se tourne vers le captage du carbone et l'hydrogène pour favoriser la transition énergétique

Les CPN du Golfe développent leurs capacités de captage du carbone et de l'hydrogène
atalayar-carbon-energies-vertes-hydrogène-pays-ccus-golfe

PHOTO/AFP  -   Photo d'archive. Usine de charbon à l'intérieur d'un conglomérat industriel en Allemagne

Les producteurs d'hydrocarbures tirant des revenus durables des prix mondiaux élevés, les compagnies pétrolières nationales (CPN) du Golfe accélèrent leurs investissements dans le captage, l'utilisation et le stockage du carbone (CCUS), l'hydrogène et d'autres énergies vertes afin de rendre leurs activités moins intensives en carbone et de soutenir la transition énergétique.

La semaine dernière, Saudi Aramco a conclu un accord avec la société chinoise Sinopec pour développer le CCUS et l'hydrogène tout en construisant un complexe de fabrication dans le parc énergétique King Salman, dans l'est de l'Arabie saoudite.

En juillet, la Compagnie pétrolière nationale d'Abu Dhabi (ADNOC) a signé un accord avec la société française TotalEnergies pour collaborer sur le CCUS et l'hydrogène. L'accord aidera ADNOC à atteindre son objectif de capturer 5 millions de tonnes par an (tpa) de carbone d'ici 2030, soit six fois sa capacité actuelle de 800 000 tpa à partir de ses usines de gaz.

Ces accords sont les derniers en date des nombreux accords conclus ces derniers mois par les CPN du Golfe, qui pourraient les positionner comme des leaders mondiaux dans le domaine du CCUS et de l'hydrogène.

Les avantages de la production à faible coût et les ressources massives en hydrocarbures des CPN du Golfe signifient que CCUS peut réduire les émissions dans les décennies à venir, alors que le monde continue à dépendre du pétrole et du gaz dans le cadre de la transition énergétique.

atalayar-arabia-saudi-empresa-suadi-aramco-petroleo-energia
REUTERS/MAXIM SHEMETOV - L'usine pétrolière de Saudi Aramco à Abqaiq, en Arabie saoudite

Aramco, ADNOC et Kuwait National Petroleum Company ont produit 19,3 % du pétrole mondial et détenaient 28,7 % des réserves pétrolières prouvées du monde en 2021, tandis que QatarEnergy a produit 4,4 % du gaz mondial et détenait 13,1 % des réserves de gaz prouvées du monde.

De plus, grâce à l'énergie solaire la moins chère du monde, à l'abondance d'énergie éolienne et à l'abondance de terres sur lesquelles construire des projets de production d'énergie verte, les CPN du Golfe pourraient être les premières à produire et à exporter de l'hydrogène vert, qui pourrait générer 200 milliards de dollars de revenus d'ici 2050, selon un rapport publié l'année dernière par le cabinet de conseil Roland Berger et Dii Desert Energy, un réseau public-privé consacré à la transition énergétique.

Capture du carbone

Le CCUS permet aux sociétés d'hydrocarbures de retirer le carbone des processus de production, qui peut être stocké, redéployé dans des techniques de récupération assistée du pétrole ou transformé en d'autres biens de consommation.

De nombreuses entreprises ont été lentes à adopter le CCUS en raison de ses coûts initiaux élevés et de l'absence d'un marché pour les crédits et les compensations de carbone. Cependant, le secteur prend de l'ampleur car les marchés des utilisateurs finaux, en particulier en Europe, demandent des sources d'énergie plus propres et des marchés d'échange de carbone.

Le nombre de nouveaux projets CCUS annoncés dans le monde est passé de 18 en 2019 à 38 en 2020 et 97 en 2021, selon l'Agence internationale de l'énergie. Cependant, cette série de projets est loin d'avoir un impact significatif sur les objectifs climatiques mondiaux, selon l'agence, qui estime que 1,7 milliard de tonnes par an de capacité CCUS est nécessaire d'ici 2030 pour atteindre des émissions nettes nulles d'ici 2050.

atalayar-carbon-energias-renovables-transicion-energia-reservas-carbon
REUTERS/DANIEL MUÑOZ - Photo d'archive. Un récupérateur place du charbon dans des stocks au port de Newcastle, en Australie, en 2012

Étant donné qu'un grand nombre de ces entreprises sont en charge des CPN du Golfe, elles constituent un test pour l'adoption mondiale de la technologie CCUS. Selon Mitsubishi Heavy Industries, qui participe à de nombreux projets de production d'électricité dans la région, le Moyen-Orient pourrait produire 50 millions de tonnes par an d'ici 2030 ; les projections pour le total mondial en 2030 vont de 80 à 89 millions de tonnes par an.

Selon le Global CCS Institute, le Qatar, les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite ont séquestré 3,7 millions de tpa de carbone en 2020, soit 10 % du total mondial, mais le groupe de réflexion a estimé que le CCG pourrait atteindre 60 millions de tpa d'ici 2035.

Bien que les chiffres de l'accord entre Aramco et Sinopec ne soient pas connus, l'investissement aidera l'Arabie saoudite à atteindre son objectif de 11 millions de tpa de capacité CCUS d'ici 2035, dans le cadre de son objectif plus large d'atteindre des émissions nettes nulles d'ici 2060. Actuellement, le Royaume capte 800 000 tpa de carbone à partir de son usine de liquéfaction de gaz à Hawiyah.

Pendant ce temps, QatarEnergy est en tête de la région en capturant 2,1 millions de tpa de carbone à partir de son usine de liquéfaction de gaz de Ras Laffan et prévoit d'étendre son champ de gaz North Field, dont la production devrait commencer en 2025.

Pour stimuler l'adoption du CCUS, l'Arabie saoudite a lancé l'année dernière une plateforme permettant aux pays de la région MENA d'échanger des crédits carbone et des compensations. Aramco est parmi les premiers membres de la plateforme.

Ces ambitions mises à part, les parties prenantes internationales s'inquiètent d'une dépendance excessive à l'égard du CCUS pour réaliser ses plans de zéro net, en raison de la nécessité de réaliser des progrès technologiques importants dans ce domaine et du fait que le CCUS pourrait servir de couverture à la poursuite de la production de pétrole pour les décennies à venir plutôt que d'encourager le passage à des sources d'énergie propres.

atalayar-planta-produccion-hidrogeno-verde-alemania-paises-golfo-energias-renovables-transición-energetica
AFP/INA FASSBENDER - Installation pour la production d'hydrogène vert sur le site du "Shell Energy and Chemicals Park Rheinland" du géant pétrolier anglo-néerlandais Shell à Wesseling, dans l'ouest de l'Allemagne
Hydrogène

Les CPN du Golfe investissent également de manière significative dans l'hydrogène, un carburant et une source d'énergie propres qui peuvent être générés à partir d'hydrocarbures ou de ressources énergétiques vertes et utilisés localement ou exportés.

Comme le CCUS, l'hydrogène a pris un essor considérable ces dernières années. Le nombre de pays ayant élaboré des stratégies en matière d'hydrogène est passé de trois (France, Corée du Sud et Japon) à 17 en 2021, et 20 autres pays seraient en train d'élaborer leurs stratégies.

L'Arabie saoudite a déjà des projets d'hydrogène en cours d'exploitation, ainsi que des plans ambitieux d'expansion. En mars, elle a commencé la construction d'une usine d'hydrogène alimentée par l'énergie éolienne et solaire, d'une valeur de 5 milliards de dollars, dans le cadre de son mégaprojet NEOM, qui sera la plus grande usine d'hydrogène au monde à son achèvement, avec une production de 650 tonnes par jour.  

L'année dernière, le prince Abdulaziz bin Salman al-Saud, ministre saoudien de l'Énergie, a annoncé que le royaume entendait devenir le premier producteur d'hydrogène au monde, en visant 2,9 millions de tonnes d'ici 2030 et 4 millions de tonnes d'ici 2035.

D'autres pays du Golfe, tels que les Émirats arabes unis, le Koweït et Oman, élaborent des stratégies nationales en matière d'hydrogène, même si le Qatar ne prévoit pas de produire lui-même de l'hydrogène, son gaz étant utilisé pour alimenter des électrolyseurs à l'étranger.

atalayar-adnoc-empresa-paises-golfo-petroleo-gas-hidrogeno-energia-renovable-transicion
PHOTO/FILE - ADNOC

En mai, ADNOC a annoncé un nouveau partenariat énergétique avec BP pour développer des centres d'hydrogène dans les Émirats arabes unis et au Royaume-Uni. ADNOC devrait prendre une participation dans le projet d'hydrogène H2Teesside de BP, tandis que BP investira dans l'usine d'hydrogène vert d'ADNOC à Masdar, à Abu Dhabi. ADNOC cherche également à développer une chaîne d'approvisionnement en hydrogène vert avec le Japon.

Le lien avec l'énergie intelligente

En adoptant le CCUS et en augmentant leurs capacités de production et d'exportation d'hydrogène, les CPN du Golfe cherchent également à tirer parti des technologies numériques émergentes et de l'intelligence artificielle (IA) pour diversifier leurs économies et permettre une croissance durable.

Aramco et ADNOC mettent déjà en œuvre l'IA pour rendre leurs opérations plus efficaces, surveiller et réduire les émissions de CO2 et intégrer des ressources énergétiques vertes.

L'investissement dans les technologies numériques peut également créer des synergies susceptibles de conduire au développement de nouveaux secteurs manufacturiers.

Par exemple, Aramco a annoncé en janvier un accord avec le constructeur automobile français Gaussin pour explorer la fabrication de véhicules à hydrogène, qui fait suite à des accords avec les sociétés françaises Air Liquide, Alteia et Axens pour développer l'IA, la capture du carbone, l'hydrogène à faible teneur en carbone, l'ammoniac et la fabrication.