Le gouvernement argentin se retire du Groupe de Lima

Le président argentin Alberto Fernandez décide de retirer sa délégation du groupe de Lima, et adopte la même position que le Mexique et la Bolivie
Atalayar_Argentina Grupo de Lima

AFP/ JUAN MABROMATA  -   Le président de l'Argentine, Alberto Fernandez

L'Argentine décide de quitter le Groupe de Lima, formé en 2017 par 16 pays de la région pour faire face au régime de Nicolas Maduro. Les États signataires étaient l'Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay et le Pérou, puis la Guyane, Haïti, Sainte-Lucie et la Bolivie ont adhéré après le départ du pouvoir d'Evo Morales, mais actuellement avec le nouveau gouvernement de Luis Arce, ils ont décidé de reprendre les relations diplomatiques avec le régime chaviste. La présidente Fernandez prend cette décision après avoir déclaré "isoler le gouvernement du Venezuela n'a rien donné". Avec cette détermination, elle décide de mettre fin à la politique isolationniste de l'ancien président Mauricio Macri, qui était l'un des grands alliés du chef de l'opposition Juan Guaidó.

Rappelons que le Groupe de Lima, a été fondé dans le but de rechercher une solution pacifique à la crise vénézuélienne, dans le cadre de leurs demandes sont, la libération des prisonniers politiques, tenir des élections présidentielles légales et vérifiables, offrir une aide humanitaire, fournir des solutions aux migrants vénézuéliens dans ces pays d'Amérique latine. Lors des dernières réunions du Groupe de Lima, la délégation argentine a été très ambiguë quant à son rôle au sein de l'organisation, puisque dans les résolutions adoptées ou les communiqués émis, la signature du pays sud-américain n'apparaissait nulle part.

"Une fois de plus, nous réitérons que la meilleure façon d'aider les Vénézuéliens est de faciliter l'existence d'un dialogue inclusif qui ne favorise aucun secteur particulier, mais de parvenir à des élections acceptées par la majorité avec un contrôle international", ont-ils déclaré par le biais du communiqué de presse publié sur le site du ministère argentin des Affaires étrangères. Elisa Trotta Gamus qui était ambassadrice du gouvernement de Juan Guaidó en Argentine, a rejeté la décision de la Casa Rosada, à travers un tweet, " nous regrettons la décision du gouvernement argentin de quitter le Groupe de Lima, qui depuis 2017 a été fondamental pour dénoncer les graves violations au DD.H. au Venezuela, et pour travailler sur la seule vraie solution, qui est de récupérer la démocratie dans notre pays ". 

 Atalayar_Argentina Grupo LIMA
AFP PHOTO / PRÉSIDENCE ARGENTINE - Lopez Obrador (R) lors d'un discours pendant l'événement du drapeau national à Iguala, Mexique

Ce changement de position du gouvernement argentin intervient après la visite officielle du président Alberto Fernández au Mexique, où il a été reçu par le président Andrés Manuel López Obrador (AMLO), qui, durant ses années de mandat, a refusé de signer les résolutions du Groupe de Lima. Le Mexique ainsi que l'Argentine ont rejoint le Groupe de Lima avec leurs anciennes administrations. L'ancien président mexicain Enrique Peña Nieto considérait ce groupe de pays comme une réelle possibilité de parvenir à une solution politique au Venezuela. Les deux pays considèrent que l'émission de sanctions contre le régime de Maduro n'est pas une solution rentable et qu'il faut un processus de négociation avec le régime pour convenir d'un processus électoral.

Actuellement, les processus de négociation entre le régime et l'équipe de Juan Guaidó sont suspendus, après la levée de la table de négociation de la délégation chaviste composée du vice-président Delcy Rodríguez et de son frère l'ancien ministre de la Communication Jorge Rodríguez. Le Groupe international de contact, un mécanisme créé par les pays européens pour servir de médiateur lors de la crise politique au Venezuela, maintien des séries de pourparlers avec les deux parties pour parvenir à un accord, qui viserait à la tenue d'élections présidentielles, avec des observateurs électoraux et l'habilitation de tous les partis politiques d'opposition.

Le ministère argentin des Affaires étrangères, dans son communiqué de presse, considère également que les sanctions prises à l'encontre du Venezuela ont aggravé la situation économique du pays caribéen : "Dans un contexte où la pandémie a fait des ravages dans la région, les sanctions et blocus imposés au Venezuela et à ses autorités, ainsi que les tentatives de déstabilisation qui ont eu lieu en 2020, n'ont fait qu'aggraver la situation de sa population et, en particulier, celle de ses secteurs les plus vulnérables. Il est important de noter que les sanctions ont eu des répercussions sur la jouissance des droits de l'homme par la population vénézuélienne, comme l'indique le rapport du Rapporteur spécial sur les effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l'homme". 

Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra.