PUBLICIDAD

Iberdrola

Le gouvernement d'Aziz Akhannouch fait 100 jours au pouvoir

Le premier ministre marocain s'engage en faveur du bien-être social et de l'économie nationale. À cet égard, il vient d'approuver un plan d'urgence pour soutenir le tourisme, un secteur clé de l'économie marocaine
Aziz Akhannouch

 -   Aziz Akhannouch, Premier ministre du Maroc

Pour la première fois de son histoire, le Maroc a organisé conjointement des élections législatives, municipales et régionales le 8 septembre 2021. Ces élections ont été marquées, sur le plan interne, par la pandémie et ses ravages sur l'économie nationale. D'autre part, le processus démocratique a eu lieu quelques semaines après la rupture des relations diplomatiques entre Alger et Rabat, un événement qui a accru les tensions entre les deux pays.

Toujours sur le plan international, les élections de septembre ont eu lieu à un moment où le Maroc tente de se consolider en tant que puissance régionale en renforçant les liens avec ses alliés, comme les États-Unis, et en établissant de nouvelles alliances, comme Israël. À cet égard, la crise diplomatique avec l'Espagne qui a débuté en avril est également à noter. 

Aziz Akhannouch, leader du Rassemblement national des indépendants (RNI), a été confronté à ce panorama national et international après avoir remporté les élections et avoir été nommé Premier ministre par le roi Mohammed VI. La formation politique centriste-libérale a remporté 102 des 395 sièges, suivie du parti Authenticité et Modernité (87) et du parti nationaliste Istiqlal (81). Les deux formations politiques de centre et de centre-droit sont entrées dans la coalition gouvernementale après les négociations d'Akhannouch avec Abdellatif Ouahbi, leader du PAM, et Nizar Baraka, président de l'Istiqlal. Ouahbi a également commencé à diriger le ministère de la Justice, tandis que Bakara est en charge du ministère de l'Équipement et de l'Eau.

PHOTO/ARCHIVO  -   El rey Mohamed VI recibe al primer ministro Aziz Akhannouch
PHOTO/ARCHIVO - Le roi Mohamed VI reçoit le Premier ministre Aziz Akhannouch

Après avoir nommé les nouveaux ministres marocains, Akhannouch a annoncé les projets de son gouvernement. Le président a promis de s'engager en faveur de la protection sociale, en soutenant les familles les plus vulnérables et en renforçant la santé publique et l'éducation. En ce qui concerne l'économie nationale, durement touchée par la pandémie, Akhannouch a assuré qu'il la "stimulera au profit de l'emploi". Pour l'instant, le gouvernement a approuvé le programme "Awrach", qui vise à créer 250 000 emplois entre 2022 et 2023.

"Le gouvernement est guidé par trois principes fondamentaux : faire de l'emploi l'axe principal de toutes les politiques publiques dans le domaine économique, renforcer la souveraineté nationale dans les produits et services stratégiques, et faire connaître les produits marocains à l'international et les protéger de la concurrence déloyale", a-t-il expliqué. En ce qui concerne le coronavirus, le Premier ministre a promis de renforcer le système de santé, en augmentant le nombre de professionnels de la santé et en développant un système solide couvrant l'ensemble du pays.

11 jours après la nomination du nouveau gouvernement par Mohammed VI, Akhannouch a approuvé le budget pour 2022, mettant en avant les politiques sociales et économiques, comme promis. "Les Marocains ont fait confiance au programme présenté par l'alliance tripartite qui forme le nouveau gouvernement. De son côté, le gouvernement a donné des signaux positifs à cet égard", note le média marocain Rue20.

gobierno marroqui
Gouvernement du Maroc

En outre, le programme d'Akhannuch favorisera la numérisation de l'administration afin de rendre les institutions publiques plus efficaces, de rationner les dépenses publiques et de renforcer les projets de recherche scientifique. Le nouveau gouvernement vise également à réduire les disparités entre les Marocains. Le gouvernement a renouvelé le programme de réduction des disparités sociales et territoriales, dans le cadre duquel 200 centres ruraux seront développés et améliorés.

"Toutes les mesures prises ou initiées par le gouvernement durant ses 100 premiers jours montrent que nous respectons nos engagements", a déclaré Akhannouch à une chaîne de télévision marocaine. Le Premier ministre a évoqué la gestion de la nouvelle variante d'Omicron et la relance du tourisme, un secteur clé pour le Royaume. Récemment, le ministère du Tourisme, dirigé par Fatima Zahra Ammor, a annoncé un plan d'urgence pour soutenir le secteur. Grâce à ce projet, le gouvernement fournira 1 milliard de dirhams au tourisme marocain.

Fátima Zahra Ammor, ministra de Turismo de Marruecos
Fatima Zahra Ammor, ministre du tourisme du Maroc

Cependant, l'opposition politique, composée de socialistes et d'islamistes, accuse le gouvernement de ne pas tenir ses promesses. Mahdi Mazouari, membre du parti de l'Union socialiste, a critiqué le "manque d'esprit politique" du gouvernement actuel. "Après les promesses, nous vivons dans un silence suspect, face à un gouvernement qui ne parle pas de la lutte contre la corruption ou de la réforme fiscale", a déclaré Mazouari. En réponse, Abdel-Wadoud Kharboush, membre du RNI, affirme que le Premier ministre "travaille en silence, loin du populisme et du bruit". "En 100 jours, il s'est consacré à travailler en silence, à ne pas parler et à vendre des illusions aux Marocains", a-t-il déclaré.