PUBLICIDAD

Marruecos

Le gouvernement de Bashagha se retire de la capitale après une nouvelle vague de violence

La Libye continue de subir l'une de ses plus graves crises politiques et sociales depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi
jalifa-haftar-libia

REUTERS/ESAM OMRAN AL-FETORI  -   Des manifestants libyens se rassemblent lors d'une manifestation contre la décision du parlement turc d'envoyer des forces turques en Libye, à Benghazi, en Libye, le 3 janvier 2020.

Les affrontements civils liés à la lutte pour le pouvoir en Libye s'intensifient. Le dernier jour, des groupes fidèles au Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibeh ont affronté des partisans du chef de l'opposition Fathi Bashagha dans un nouvel épisode de violence.  

Depuis plusieurs mois, la Libye est au cœur d'un conflit majeur entre deux gouvernements qui tentent de mettre en place un gouvernement qui apporterait une certaine stabilité politique et sociale au pays, sans succès. D'une part, le Gouvernement d'unité nationale dirigé par Dbeibeh et soutenu par l'ONU gouverne avec celui de Bashagha, qui a le soutien de la Chambre des représentants depuis mars dernier, basé à Tobrouk, une ville de l'est de la Libye, et avec le soutien du maréchal Khalifa Haftar, chef de l'Armée nationale libyenne.  

fathi-bashagha-exministro-interior-libia
AFP/MAHMUD TURKIA  -   Fathi Bashagha

Cette tentative de gouverner conjointement s'est déjà avérée être un échec après que Bashagha soit arrivé à Tripoli, la capitale libyenne, pour exécuter une sorte de coup d'État contre le gouvernement de Dbeibeh, une insurrection qui est restée impassible après que ce dernier ait refusé de céder le pouvoir à Bashagha. À la suite de cette tentative de soulèvement, le Premier ministre a déclaré qu'il ne céderait son autorité "qu'à un gouvernement issu d'un parlement élu". Cependant, les élections dans le pays restent utopiques. Elles devaient se tenir le 24 décembre 2021, mais n'ont pas eu lieu et ont maintenant été reprogrammées pour la mi-2022, bien qu'il n'y ait toujours pas de date concrète.  

La partie délicate de ces élections est de s'assurer qu'elles se déroulent de manière démocratique. La Libye, qui traverse une crise politique, économique et sociale sans précédent depuis le déclenchement du printemps arabe, est un autre des nombreux pays qui composent le continent africain et qui ne connaissent toujours pas la démocratie. En tentant de lutter pour la liberté politique, des milliers de citoyens se sont soulevés contre des régimes dictatoriaux, inspirés par le premier soulèvement en Tunisie. 

dbeibe-libia
AP/HAZEM AHMED  - Premier ministre désigné Abdul Hamid Mohamed Dbeiba

La tentative de prise du pouvoir par Bashagha, déjouée après de violents affrontements entre les deux factions politiques et militaires, s'est soldée par la reddition du chef de l'opposition et son départ de la capitale. En conséquence, le Haut représentant de l'UE, Josep Borrell, a manifesté son inquiétude face à la crise en Libye. Ainsi, le chef de la diplomatie a critiqué le fait que "au lieu d'organiser des élections pour avoir un seul gouvernement, ils ne se sont pas organisés et ils ont deux gouvernements. Tôt ou tard, quand vous avez deux gouvernements, ils s'affrontent". 

C'est cet affrontement qui s'est produit après "des mois de calme relatif et maintenant la guerre recommence", a-t-il déclaré. "Ce qui se passe est très inquiétant". 

Comme Borrell, l'ONU a exprimé son inquiétude face aux derniers affrontements. Le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que "la Mission d'appui des Nations unies en Libye a exprimé sa profonde préoccupation au sujet des affrontements armés de dimanche, qui ont impliqué des tirs indiscriminés et l'utilisation présumée d'armes lourdes, dans la zone de Janzour, un quartier densément peuplé de Tripoli".  

pancarta-gadafi-libia
REUTERS/ASMAA WAGUIH  - Une bannière déchirée représentant Mouammar Kadhafi est vue sur un bâtiment pendant les affrontements entre les combattants anti-Kadhafi et les forces de Kadhafi à Syrte, le 12 octobre 2011.

Dujarric a averti que ces confrontations "pourraient dégénérer en un conflit armé de plus grande ampleur". Il a averti que "ces incidents soulignent une fois de plus la nécessité urgente de s'attaquer à la prolifération et à l'utilisation d'armes non contrôlées en Libye". 

La Libye est actuellement divisée en deux factions après que la Chambre des représentants a mis fin au mandat de Dbeibeh, conséquence directe du report des élections, et a nommé Bashagha à sa place. Ainsi, la Libye, dirigée par un système politique bicéphale en place depuis 2014 jusqu'en 2021, date à laquelle la Mission d'appui des Nations unies en Libye (UNSMIL) a réussi à élire un gouvernement de transition dont l'objectif principal était d'organiser des élections démocratiques. 

gadafi-libia-aniversario-revolucion
REUTERS/GORAN TOMASEVIC  -  Un combattant rebelle tient un drapeau du Royaume de Libye et un couteau pendant un bombardement par les soldats fidèles au leader libyen Mouammar Kadhafi lors d'une bataille près de Ras Lanuf, le 4 mars 2011.

Après l'impossibilité de la mettre en œuvre, la Libye a connu une nouvelle fois une division politique qui a suscité le mécontentement de la population et fomenté sa propre crise interne. Le pays d'Afrique du Nord est à nouveau bloqué et l'ONU continue de travailler à la mise en œuvre d'un nouveau plan de transition, un processus compliqué qui s'éternise. 

Il est de plus en plus difficile d'obtenir le consensus politique national souhaité. Cette situation est encore aggravée par les intérêts géopolitiques des différentes puissances qui ont un intérêt dans le pays. Il convient de noter que la Libye reste l'un des principaux producteurs de pétrole et constitue l'une des principales sources de revenus de l'économie libyenne. 

ciudadanos-libia
AFP/ABDULLAH DOMA  - Des citoyens libyens agitant le drapeau national

Cependant, la situation convulsive qu'elle traverse en raison de divisions politiques a entraîné une importante vague de fermetures forcées des différentes installations pétrolières. Il y a moins d'un mois, le ministre libyen du Pétrole et du Gaz, Mohamed Aoun, a indiqué que la production de pétrole brut du pays était tombée à 500 000 barils par jour, contre 1,2 million de barils par jour ces dernières années.  

De cette manière, les affrontements entre Dbeibeh et Bashagha ont réussi à déborder sur le secteur de l'énergie, l'un des secteurs les plus importants pour soutenir l'économie libyenne, qui a été ruinée après une décennie de guerres civiles.  

Les analystes qualifient déjà la Libye d'État défaillant. Depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 40 ans, la Libye ne parvient pas à vivre de manière stable. Le chaos politique et social résultant de son renversement et de son assassinat subséquent perdure. Les intérêts économiques, comme dans de nombreuses autres guerres, sont l'une des principales raisons de la poursuite de ce conflit, tout comme l'inefficacité des parties à trouver un terrain d'entente.  

En Libye, l'instabilité et la violence font partie du quotidien du pays. La crise politique et sociale a inévitablement entraîné l'une des pires crises humanitaires de notre siècle. Outre les milliers de victimes civiles, le pays a subi une crise migratoire majeure et est devenu l'une des principales victimes des mafias du trafic d'êtres humains.