Le gouvernement de Pedro Sanchez renonce à créer sa propre organisation spatiale nationale

Le Ministre des sciences et de l'innovation, Pedro Duque, affirme que l'agence spatiale espagnole est l'Agence spatiale européenne
Atalayar_España espacio

PHOTO/Executive Forum  -   Le Ministre des sciences et de l'innovation, Pedro Duque, a déclaré que l'Espagne n'a pas besoin d'une agence spatiale espagnole car cette tâche est assumée par l'Agence spatiale européenne.

Le Ministre des sciences et de l'innovation, l'astronaute Pedro Duque, refuse de promouvoir la création d'une organisation spatiale nationale qui coordonne les compétences qui, dans le gouvernement de Pedro Sánchez, sont réparties entre cinq départements : Science, Industrie, Défense, Transition écologique et Transport.

Dans son discours lors du colloque organisé par Executive Forum au Casino de Madrid le 3 mars dernier et en réponse à la question de savoir quand le gouvernement envisage la création d'une organisation équivalente à une Agence spatiale nationale, Pedro Duque a déclaré que notre pays n'en avait pas besoin. "L'Agence spatiale espagnole est l'Agence spatiale européenne et, pour le moment, nous allons rester comme nous sommes".

Du point de vue du Ministre, la création d'une organisation nationale dédiée exclusivement aux questions liées à l'espace a fait l'objet de réflexions "qui ont été faites il y a quelque temps". Mais créer davantage de structures publiques "est un peu effrayant" car "elles ne sont pas toujours la solution aux problèmes".

Atalayar_España espacio
PHOTO/MCI - La création d'un organisme pour centraliser les activités spatiales qui sont réparties entre cinq ministères est une question qui met le gouvernement mal à l'aise, car elle obligerait certains ministères à céder des compétences et cela ne plaît pas aux personnes concernées.

M. Duque a souligné que pratiquement tous les investissements espagnols dans le domaine de la recherche et du développement proviennent de son ministère par le biais de contributions à l'Agence spatiale européenne (ESA). Il a souligné que son département doit "rassembler" les besoins des autres secteurs de l'administration et "mettre sur la bonne voie" les contributions à l'innovation spatiale. Ces activités "sont bien coordonnées" et l'activation d'une organisation nationale axée sur l'espace serait un "complément" à l'ESA, déclare Pedro Duque.

La science ne montre aucun intérêt pour un second satellite espagnol

Lorsqu'on lui a demandé si son ministère allait promouvoir le développement d'un nouveau satellite pour remplacer le satellite électro-optique d'observation de la Terre SeoSat/Ingenio qui a été détruit à la mi-novembre, le Ministre n'a pas donné de réponse. Il n'a pas non plus révélé si son département travaille à l'élaboration d'un plan spatial national.

Atalayar_España espacio
PHOTO/DLR - L'Agence aérospatiale allemande (DLR) est dirigée par l'ingénieur et scientifique Anke Kaysser-Pyzalla, la femme qui représente le gouvernement d'Angela Merkel dans tous les forums spatiaux internationaux.

Les propos du Ministre ont surpris nombre des responsables consultés dans le secteur, ainsi que des hauts fonctionnaires de l'administration de l'État en dehors du ministère des sciences, qui préfèrent tous rester anonymes. Pour la plupart, ils manquent d'une "plus grande coordination" et d'une politique qui peut être concrétisée dans un Livre blanc qui définit "un plan spatial national pour les 5 à 10 prochaines années". Le modèle actuel "est insuffisant et empêche une bonne coordination entre les différents services".

Certains soulignent "l'absence d'un leader" dans l'Administration générale de l'Etat capable de "lever le drapeau de ce que signifie définir une politique accompagnée d'un Plan spatial national". Ils étaient convaincus qu'en raison de sa formation et de son parcours, Pedro Duque était "la personne qui aurait pu le mieux diriger la création de cette petite structure... pour laquelle nous prêchons depuis des années". Mais ils laissent entendre que la question n'est pas intéressante et met les présidents du gouvernement mal à l'aise, ce qui amène les ministres à "parquer une question qui génère des conflits".

 

Atalayar_Espacio españa
PHOTO/ESA - À l'heure où l'Union européenne s'est engagée à mettre en place une constellation institutionnelle de communications par satellite sécurisées et où de nouvelles initiatives pour l'exploration du cosmos voient le jour dans une grande partie du monde, il n'existe en Espagne aucune organisation mondiale qui représente les intérêts nationaux globaux.

Ils soulignent que la création d'une agence aurait l'effet secondaire de la "continuité". Ils sont conscients que "les variations budgétaires sont inévitables", mais s'il y avait une organisation spatiale, "les changements de gouvernement ne provoqueraient pas de perturbations majeures et permettraient de maintenir la stabilité et la continuité des objectifs fixés précédemment", résument-ils.

La plupart des pays européens ont leur propre agence

Le fait que l'ESA rassemble les efforts de 22 États européens dans les domaines de l'exploration, de l'observation de la Terre et des télécommunications n'empêche pas la France de disposer de sa propre agence spatiale (CNES) depuis 1961. C'est aussi le cas de l'Allemagne, qui l'a fondée en 1969 (DLR), de l'Italie depuis 1988 (ASI), du Royaume-Uni en 2010 (UK Space Agency) et même du Luxembourg, qui lui a donné vie en 2018 (LSA) et du Portugal en 2019 (Portugal Space).

Atalayar_Espacio españa
PHOTO/Norsk Romsenter - En Europe occidentale, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Royaume-Uni, le Luxembourg, le Portugal, la Suède, la Norvège, la Hongrie, la Roumanie, la Pologne et la Grèce disposent de leurs propres organisations spatiales de taille variable. Sur la photo, le chef de l'Agence spatiale norvégienne, Christian Hauglie-Hanssen.

La mise en place d'une organisation qui définit la politique spatiale d'une nation ne nécessite pas un pays aux grandes prétentions. Dans le cadre de la vieille Europe, la Suède possède depuis 1972 sa propre petite institution (Rymdstyrelsen) exclusivement dédiée au domaine spatial, la Norvège a organisé son agence en 1987 (Norsk Romsenter), la Hongrie depuis 1992 (HSO), la Roumanie l'a créée en 1991 (ROSA), la Pologne l'a fondée en 2014 (POLSA) et la Grèce en 2019 (HSA).

Entre eux, ils ne conservent pas un modèle de structure similaire. "Chaque nation a choisi ce qui convient le mieux à ses possibilités et à ses ambitions et a mis en place une organisation similaire à la NASA", dont le budget annuel est de l'ordre du chiffre abyssal de 14,4 milliards de dollars. La meilleure chose à faire est de "s'adapter aux réalités nationales et de mener une politique rationnelle et coordonnée sous la même égide... il est temps".

Atalayar_Pedro Duque
PHOTO/AP - Le Ministre des sciences, de la technologie et de l'enseignement supérieur est l'architecte de la création en 2019 de l'Agence spatiale portugaise au sein du gouvernement d'Antonio Costa.

Certains sont favorables à une sorte de Commission spatiale nationale, dotée d'un budget propre et d'un président à plein temps qui agirait comme validateur interne, avec la capacité de tirer le maximum de rendement des ressources mises à sa disposition.

À l'heure où l'Union européenne est encline à mettre en place une constellation institutionnelle de communications par satellite et où de nouvelles initiatives apparaissent dans une grande partie du monde, "il faut un organe pour coordonner et définir la position globale de l'Espagne, et non un ministère". Tout le monde s'accorde à dire que la nouvelle organisation ne devrait pas être centralisée dans un ministère spécifique, mais à un niveau beaucoup plus élevé. Mais en réitérant les déclarations du ministre Duque "pour le moment, nous allons rester comme nous sommes".