PUBLICIDAD

Marruecos

Le gouvernement marocain prévoit d'étendre le programme de protection sociale

Le ministre de la Santé et de la Protection sociale affirme que le projet aura de bonnes conséquences pour l'avenir du Royaume
Marruecos ha anunciado una ampliación de los programas de protección social, que va a estar compuesto de nuevas categorías. El gobierno, a través de Khaled Ait Taleb, ministro de Sanidad y Protección Social informó acerca del nuevo proyecto en el que la directiva del país se está comprometiendo en talleres sociales, que van a empezar a beneficiar a aquellos que necesiten distintas ayudas para mantener su propia economía.    El nuevo programa gubernamental se basa en los talleres que se llevan realizando des

Palais royal du Maroc via REUTERS  -   Photo d'archive, le roi du Maroc Mohammed VI pose avec les membres du nouveau gouvernement au Palais royal de Fès, au Maroc, le 7 octobre 2021.

Le Maroc a annoncé une expansion des programmes de protection sociale, qui seront composés de nouvelles catégories. Le gouvernement, par l'intermédiaire de Khaled Ait Taleb, ministre de la Santé et de la Protection sociale, a informé du nouveau projet dans lequel les dirigeants du pays s'engagent dans des ateliers sociaux, qui commenceront à bénéficier à ceux qui ont besoin de diverses aides pour soutenir leur propre économie.  

Le nouveau programme gouvernemental s'appuie sur les ateliers qui se déroulent depuis des années et dans lesquels le roi Mohamed VI s'est fortement impliqué. Ce nouveau plan renforcera et développera plusieurs programmes dans les domaines de l'aide sociale, de l'amélioration de la gouvernance, ainsi que du lancement de nouvelles exclusions qui signifient une réforme du système de ciblage. De même, ce projet vise à diversifier et à étendre les mécanismes de soutien aux groupes les plus vulnérables de la société, ce qui, dans le cas des retraités par exemple, permettra d'étendre leur couverture santé et retraite. Le gouvernement prévoit également de mettre en place un système de compensation pour ceux qui ont perdu leur emploi.  

Ait Taleb affirme que le résultat de ce projet conduira à une généralisation de la protection sociale, qui aura de grandes perspectives d'avenir et qui sera contrôlée par des autorités compétentes qui maintiendront l'équilibre et la durabilité nécessaires pour que l'idée fonctionne et s'impose comme l'un des nouveaux objectifs du gouvernement.  

AP/MOSA’AB ELSHAMY
AP/MOSA’AB ELSHAMY - Photo d'archive, le ministre marocain de la santé Khalid Ait Taleb, au centre, visite un centre de vaccination où des agents de santé ont reçu les premières doses du vaccin COVID-19, à Rabat, au Maroc.

Le pouvoir du pays alaouite a réalisé ce projet, dans lequel il a apporté un nouveau dynamisme à ces réformes, et qui signifie en soi un tournant pour sa propre mise en œuvre. Les mécanismes de programmation s'attendent à ce que ces nouveaux ateliers aient une grande dimension nationale et qu'ils soient viables au moins jusqu'en 2025, date à laquelle ils pourront développer de nouvelles réformes qui permettront au projet d'être de plus en plus à jour

Le ministre de la Santé a également été interviewé par le quotidien marocain Hespress. Selon lui, avant la fin de l'année, le gouvernement commencera à se concentrer sur la préparation de l'inclusion des personnes possédant une carte "Ramid" dans le système de couverture médicale. Cela permettra aux groupes les plus vulnérables de bénéficier des mêmes avantages offerts par le système de santé du pays, en plus d'obtenir un régime d'assurance maladie obligatoire.  

"La priorité sera donnée à la couverture santé, sur laquelle nous avons fait beaucoup de progrès et des lois et décrets ont été adoptés", a déclaré le ministre de la Santé. 

AFP/FADEL SENNA
AFP/FADEL SENNA - Des membres du personnel médical de l'hôpital militaire Mohammed V, portant des masques et des casquettes de protection alors qu'ils participent à une réunion, dans la capitale marocaine Rabat, le 15 avril 2020, pendant la crise de la nouvelle pandémie de coronavirus.

La carte Ramid et le service Ramid est un système annoncé par le Comité de surveillance économique pour permettre aux travailleurs des familles qui n'ont pas de carte d'effectuer leurs déclarations afin de bénéficier de prestations en fonction du nombre de membres de la famille. Le gouvernement fournira environ 800 dirhams aux familles de deux membres ou moins, 1000 dirhams aux familles de trois à quatre membres et 1200 dirhams aux familles de plus de quatre membres

Pour demander cette aide, les citoyens marocains devront s'inscrire auprès du service, mais seul le chef de famille, c'est-à-dire la personne qui contribue le plus financièrement au ménage, pourra déclarer l'aide.  La déclaration du gouvernement insiste sur l'importance de ce point, ajoutant qu'aucune demande ne sera acceptée de la part d'une personne autre que le chef de famille. La population du pays maghrébin aura jusqu'au jeudi 16 avril de cette année pour envoyer la procédure et elle dispose d'un numéro de téléphone spécifique pour répondre à toutes les questions ou les doutes qu'elle peut avoir sur ce système. 

AFP/FADEL SENNA
AFP/FADEL SENNA - Un membre du personnel médical de l'hôpital militaire marocain de campagne dans la région de Benslimane.

"Comme vous le savez, le nombre de détenteurs de la carte Ramid représentera un tiers des personnes impliquées dans le système de couverture santé, et il est prévu que nous terminions ces ateliers en 2022, puis nous passerons à d'autres tailles, qui continueront à fonctionner jusqu'en 2025", a déclaré Ait Taleb.