Le gouvernement vénézuélien passe à la deuxième phase du dialogue avec des exigences économiques

Comme annoncé par le président Nicolás Maduro
atalayar_Nicolás Madura

 -  

Le gouvernement vénézuélien présentera lors de la deuxième phase des négociations avec l'opposition, qui débute ce vendredi au Mexique, une "pétition ferme" comprenant "toutes les demandes économiques", y compris la levée des sanctions, a déclaré jeudi le président Nicolás Maduro.

Selon la chaîne de télévision publique VTV, le président a rencontré ce soir les membres de la délégation pro-gouvernementale, menée par le président du parlement, Jorge Rodríguez, avec qui il a convenu que l'objectif de cette demande est de "progresser dans la reprise de l'économie du pays".

M. Maduro a récemment déclaré, lors d'un événement gouvernemental, qu'"il est temps de rendre l'or séquestré à la Banque d'Angleterre, tous les comptes bancaires et de lever toutes les sanctions contre l'entreprise publique Petróleos de Venezuela, S.A. (PDVSA) et de le rendre au gouvernement". (PDVSA) et la restitution à la Banque centrale du Venezuela (BCV) de l'or volé à Londres et de plus de 8 milliards de dollars dans le monde".

atalayar_Jorge Rodríguez

Les négociations qui ont débuté au Mexique le 13 août, avec une première phase qui a duré trois jours, constituent pour le gouvernement "un succès sans précédent", car il estime avoir forcé "l'opposition radicale" à s'asseoir et à discuter, alors que les pourparlers ont été déclenchés par une proposition lancée par le chef de l'opposition Juan Guaidó le 11 mai.

La table de dialogue a été inaugurée par la signature d'un protocole d'accord entre les parties, qui établit la nécessité de la levée des sanctions, la promotion du respect des droits de l'homme, la tenue d'élections avec des "garanties" et le rejet de toute forme de violence politique contre l'État et ses institutions.

En signant le document, ils s'engagent également à défendre l'économie nationale, à accepter les initiatives humanitaires, à reconnaître la "nécessité de construire une vision d'un avenir commun" pour les Vénézuéliens et à inviter la communauté internationale à soutenir ces objectifs.

atalayar_Juan Guaidó

Entre la première phase des négociations et la seconde, l'ancien député de l'opposition vénézuélienne Freddy Guevara, un homme politique très proche de Guaidó qui était un interlocuteur entre les parties lors des précédents pourparlers, a été libéré après plus d'un mois de prison.

Guevara avait été arrêté le 12 juillet après avoir été accusé d'être impliqué dans des groupes paramilitaires.

Après sa libération, le président Nicolás Maduro a déclaré qu'il serait "le bienvenu" dans la délégation de l'opposition, si les antichavistes décidaient de le faire rejoindre le groupe de négociation, mais l'opposition n'a pas fait de commentaire sur son éventuelle participation.