Le grand barrage de la Renaissance éthiopienne met de nouvelles tensions dans les relations entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan

Le manque de compréhension entre les trois régions menace la stabilité de la région
Una imagen de satélite muestra la Gran Presa del Renacimiento Etíope (GERD) y del Río Nilo Azul en Etiopía el 12 de julio de 2020

PHOTO/Satellite image ©2020 Maxar Technologies via REUTERS  -   Une image satellite montre le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) et le fleuve Nil Bleu en Ethiopie le 12 juillet 2020

La transformation de la nature par l'homme est et a toujours été, depuis des milliers d'années, une partie intégrante de la création et du développement ultérieur de certains des États qui composent le continent africain. Le conflit pour le contrôle de certaines ressources - telles que l'eau, le pétrole ou d'autres matières premières - a conduit à certains des conflits les plus sanglants de ces dernières années. Dans ce contexte, et malgré l'absence d'accord avec l'Egypte ou le Soudan, l'Ethiopie a commencé à remplir son controversé Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) dans le Nil bleu mercredi. Le gouvernement égyptien a réagi rapidement en exigeant des "éclaircissements urgents" sur les rapports selon lesquels Addis-Abeba avait commencé à remplir le barrage, mettant ainsi en danger la stabilité de la région.

Le ministre éthiopien de l'eau, de l'irrigation et de l'énergie, Seleshi Bekele, a expliqué par le biais du réseau social Twitter que la présence d'eau dans le barrage était due aux fortes pluies qui ont eu lieu au cours des dernières semaines et non à une opération de remplissage intentionnelle, comme ils l'avaient précédemment souligné. "La construction de la DIRD a atteint le niveau de 560 mètres contre 525 mètres l'année dernière. Le débit entrant dans le réservoir, dû aux fortes pluies et au ruissellement, a dépassé le débit sortant et a créé une accumulation naturelle. Le remplissage se poursuivra jusqu'à ce que le débordement soit déclenché", a déclaré le ministre via le réseau social Twitter. 

Seleshi Bekele a également indiqué que les travaux n'ont pas encore atteint une hauteur de 640 mètres et que cela se fera "au cours des prochaines années". Le ministre éthiopien a averti que les fortes pluies attendues cette année "pourraient provoquer des inondations majeures dans la région. La chaîne de télévision publique Ethiopian Broadcasting Corporation (EBC) a rapporté mercredi que le ministre de l'eau, de l'irrigation et de l'énergie du pays, Seleshi Bekele, avait déclaré que les opérations de remplissage du barrage avaient commencé en juillet, comme promis par le chef du gouvernement, Abiy Ahmed.  La chaîne de télévision s'est toutefois excusée d'avoir "mal interprété" la nouvelle, selon le quotidien Egypt Today, bien que les images satellites prises entre le 27 juin et le 12 juillet montrent une augmentation constante de la quantité d'eau retenue par la presse, selon plusieurs médias locaux. 

GERD
PHOTO/MAXAR TECHNOLOGIES via AP - Cette image combinée, réalisée à partir d'images satellites prises le vendredi 26 juin 2020, en haut, et le dimanche 12 juillet 2020, en bas, montre le grand barrage de la Renaissance éthiopienne sur le Nil Bleu dans la région de Benishangul-Gumuz en Ethiopie

Le gouvernement du Soudan, quant à lui, a déclaré mercredi que le niveau de l'eau dans le Nil Bleu avait baissé de 90 millions de mètres cubes par jour après que l'Ethiopie ait commencé à remplir le barrage. Dans sa déclaration officielle, le Soudan a rejeté toute action unilatérale entreprise par l'une des parties tout en poursuivant les efforts de négociation entre les trois parties concernées.  "Le gouvernement du Soudan et le ministère de l'Irrigation et des Ressources en eau suivront ces développements de manière à garantir les intérêts nationaux du Soudan", peut-on lire dans la déclaration, reprise par l'agence de presse saoudienne. 

"Le ministère de l'irrigation et des ressources en eau réitère son ferme rejet de toute action unilatérale de quelque partie que ce soit, en particulier à la suite des efforts continus de l'Union africaine et du président sud-africain Cyril Ramaphosa pour parvenir à un consensus entre les trois pays sur cette question en suspens, qui pourrait être résolue par une forte volonté politique", indique la déclaration. 

El ministro de Riego y Recursos Hídricos de Sudán, Yasser Abbas
AFP/ASHRAF SHAZLY - Le ministre soudanais de l'irrigation et des ressources en eau, Yasser Abbas

L'Egypte, qui dépend presque entièrement du Nil pour son eau douce, craint que le barrage ne diminue son approvisionnement en eau, tout comme le Soudan, tandis que l'Ethiopie espère devenir le plus grand exportateur d'énergie d'Afrique une fois le grand barrage terminé. Les pourparlers trilatéraux entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan sur ce barrage se sont terminés - une fois de plus - sans accord.  La délégation éthiopienne a estimé que ce manque de consensus était dû aux "exigences excessives de l'Egypte". Le ministre de l'information du Soudan a poursuivi dans la même veine lundi, en déclarant qu'"un dialogue et une solution équitable étaient nécessaires", selon la BBC. 

"L'Éthiopie réaffirme que la négociation trilatérale et l'engagement en faveur d'un résultat mutuellement bénéfique est la seule façon d'obtenir un résultat", a déclaré le gouvernement éthiopien dans un rapport défendant ses conclusions.  Pour sa part, le ministre égyptien des affaires étrangères a admis avoir fait preuve de "souplesse et de compréhension" concernant le barrage. "Nous nous attendions à un changement de certaines des positions de l'Ethiopie, mais elles sont restées les mêmes et nous ne sommes pas parvenus à un consensus. Nous ne souhaitons pas retourner au Conseil de sécurité de l'ONU, mais si quelque chose menace la paix régionale et internationale, la responsabilité incombe au Conseil de sécurité, de prendre des mesures pour l'empêcher", a-t-il souligné, dans des déclarations recueillies par l'Egypt Today numérique. 

El ministro de Recursos Hídricos e Irrigación de Egipto, Mohamed Abdel Aty
REUTERS/TIKSA NEGERIA - Le ministre égyptien des ressources en eau et de l'irrigation, Mohamed Abdel Aty

Le différend tripartite entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan sur le partage des eaux du Nil reste dans l'impasse, comme l'ont montré les récents pourparlers. L'échange de menaces a été une constante depuis lors. Le ministre égyptien des affaires étrangères, Sameh Shoukry, a averti au début de ce cycle de négociations que le remplissage et l'exploitation du barrage sans accord "augmenterait les tensions et pourrait conduire à des crises et des conflits qui déstabiliseraient davantage une région déjà troublée. De plus, cet affrontement entre l'Égypte et l'Éthiopie, tous deux alliés des États-Unis, pourrait mettre en danger la vie de milliers de civils.

Le conflit entre ces trois nations a commencé en mai 2011 lorsque l'Ethiopie a commencé à construire cette presse. En 2015, les trois pays sont parvenus à un consensus et ont signé la déclaration de principes, selon laquelle les nations autour de ce barrage ne devraient pas être affectées par sa construction. Malgré les progrès et l'apparente stabilité, en octobre 2019, l'Égypte a reproché à Addis-Abeba d'avoir prétendument fait obstruction à l'accord final et a appelé à l'activation de l'article 10 de cette déclaration qui stipule que si les trois pays ne peuvent trouver une solution à certains différends, ils doivent recourir à la médiation.