Le Haut-Comité de la Fraternité humaine appelle à une prière mondiale pour l'humanité face au coronavirus

La journée de prière et de jeûne du 14 mai permettra de prier pour tous afin de surmonter la pandémie
Le pape François est reçu par le souverain de Dubaï, le cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum, et le prince héritier d'Abu Dhabi, Mohammed bin Zayed al-Nahyan, lors de la première visite papale dans la péninsule arabique le 4 février 2019

PHOTO/GEHAD HAMDY  -   Le pape François est reçu par le souverain de Dubaï, le cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum, et le prince héritier d'Abu Dhabi, Mohammed bin Zayed al-Nahyan, lors de la première visite papale dans la péninsule arabique le 4 février 2019

Le Haut-Comité de la Fraternité Humaine a lancé un message au monde entier pour faire une « Prière pour l'Humanité » face à la situation difficile de la crise sanitaire de la maladie COVID-19, qui a déjà fait des centaines de milliers de morts et des millions de cas diagnostiqués sur toute la planète. L'appel lancé à tous ceux qui « croient en Dieu » et à « l'humanité partout dans le monde » les incite à supplier Dieu par la prière, chacun à sa place et selon sa religion ou sa croyance, pour que le « Créateur » éradique ce terrible fléau.

Le Haut-Comité invite donc tous les peuples du monde à « se tourner vers Dieu par la prière et la supplication, par le jeûne et les œuvres de miséricorde, chacun à sa place et selon sa religion, sa croyance ou sa doctrine, afin que Dieu élimine cette pandémie, nous aide à sortir de cette affliction, inspire aux scientifiques la découverte d'un médicament qui y mettra fin et sauve le monde des conséquences sanitaires, économiques et humaines de la propagation de cette dangereuse pandémie ».

Le 14 mai est la date fixée pour cette prière pour l'humanité, qui vise à collaborer à la réalisation des objectifs du document « Fraternité humaine pour la paix et la coexistence », scellé en février 2019 à Abu Dhabi lors de la visite historique du pape François aux Émirats arabes unis (EAU), la première visite effectuée par un Souverain Pontife sur les terres de la péninsule arabique et dans laquelle un texte d'entente entre les différentes religions et confessions a été signé afin d'œuvrer à la coexistence fraternelle entre tous, indépendamment du credo personnel de chacun.  

Le Haut Comité de la Fraternité humaine a donc organisé jeudi prochain une journée de prière et de pétition pour l'humanité. En ce sens, cette entité « appelle tous les chefs religieux et les peuples du monde entier à répondre à cet appel humanitaire et à aller vers le Tout-Puissant d'une seule voix pour préserver l'humanité, l'aider à surmonter la pandémie et à rétablir la sécurité, la stabilité, la santé et le développement, pour rendre notre monde, après la fin de cette pandémie, plus humain et plus fraternel que jamais ». 
 

El jeque Mohamed bin Rashid al-Maktoum , vicepresidente y primer ministro de Emiratos Árabes Unidos y gobernante del emirato de Dubái, el papa Francisco y Ahmed al-Tayeb, Gran Imán de Al-Azhar, llegan a la Reunión de la Fraternidad Humana en el Monumento a los Fundadores, el 4 de febrero de 2019
PHOTO/Mohamed al-Hammadi/Ministère des affaires présidentielles - Le Cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum, vice-président et premier ministre des Émirats arabes unis et dirigeant de l'émirat de Dubaï, le Pape François et Ahmed al-Tayeb, Grand Imam d'Al-Azhar, arrivent à la réunion de la Fraternité humaine au Monument des fondateurs le 4 février 2019

Les membres du Haut-Comité ont aussi logiquement fait référence à la science et à la médecine comme des outils essentiels pour surmonter la COVID-19 qui continue à mettre des milliers et des milliers de vies en danger. « En plus d'affirmer notre conviction sur l'importance du rôle de la médecine et de la recherche scientifique dans le traitement de cette pandémie, nous n'oublions pas de nous tourner vers Dieu, le Créateur, dans cette grande crise », indique la déclaration.  

Les Émirats ont joué un rôle important dans cette initiative visant à rapprocher les différentes cultures et religions et à collaborer avec la présence historique du pape sur le sol émirati, mentionnée plus haut, où il a rencontré le cheikh Mohamed bin Rashid al-Maktoum, vice-président et premier ministre des Émirats arabes unis et dirigeant de Dubaï, Le cheikh Mohamed bin Zayed al-Nahyan, prince héritier d'Abou Dhabi et commandant suprême adjoint des forces armées, et Ahmed al-Tayeb, grand imam d'Al-Azhar, signeront le texte « Fraternité humaine pour la paix et la coexistence » lors de la cérémonie de rencontre interreligieuse qui se tiendra au mémorial dédié au fondateur d'Abou Dhabi, dans la capitale des Émirats arabes unis. Ce texte a servi de base au développement du Haut Comité de la Fraternité Humaine qui a suivi, dont la tâche est de garantir l'application de ce qui a été convenu dans le document, qui assure que tous les peuples vivent ensemble pacifiquement dans la fraternité et le respect mutuel, quelle que soit la religion qu'ils professent ; dans ce cas, sur la base du grand rapprochement entre le christianisme et l'islam aux EAU.

Muhammad bin Zayed al-Nahyan lui-même a fait référence sur le réseau social Twitter à cet événement majeur à venir jeudi, en lançant un appel généralisé à cette prière mondiale pour surmonter la grande transe dont souffre le monde entier : « Le 14 mai, les gens de partout s'uniront dans la prière pour la fin du coronavirus. Répondant à l'appel du Haut Comité de la Fraternité humaine, ils s'uniront contre ce défi. Peu importe la manière dont nos efforts se déploient, nous avons besoin de la grâce et de la miséricorde de Dieu ».
 

“El 14 de mayo, personas de todas partes se unirán colectivamente en oración por el fin del coronavirus. Respondiendo al llamado del Comité Superior de Fraternidad Humana, se unirán contra este desafío. Sin importar cómo se desarrollen nuestros esfuerzos, necesitamos la gracia y la misericordia de Dios”, escribió el jeque Mohamed  bin Zayed al-Nahyan en Twitter
« Le 14 mai, les gens du monde entier se réuniront pour prier ensemble pour la fin du coronavirus. Répondant à l'appel du Comité supérieur de la Fraternité humaine, ils s'uniront contre ce défi. Peu importe la manière dont nos efforts se déploient, nous avons besoin de la grâce et de la miséricorde de Dieu », a écrit le Cheikh Mohamed bin Zayed al-Nahyan sur Twitter

Ce grand mouvement fraternel commence le jour historique du 4 février 2019, lorsque le pape François et le grand imam d'Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb, ont signé à Abu Dhabi le document historique susmentionné « Fraternité humaine pour la paix et la coexistence », destiné à entériner la fraternité et la coexistence interreligieuses comme un lien humain universel, dans le but d'unir les communautés séparées par la religion, la politique ou le racisme et de protéger la personne elle-même, indépendamment de sa confession, de son sexe ou de son origine. 

Avec cette initiative, les Émirats se présentent comme un pays qui soutient la tolérance et la lutte pour garantir la liberté de culte. En fait, plus de 200 nationalités différentes vivent ensemble dans cette nation arabe, ce qui montre la diversité culturelle qu'elle chérit. L'année 2019 a donné un élan majeur aux Émirats dans cette direction, au point que le président Khalifa bin Zayed al-Nahyan l'a désignée comme l'Année de la tolérance. 

Ainsi, la tolérance et le dialogue entre chrétiens et musulmans ont été largement soutenus par la présence du pape dans la péninsule arabique lors de sa visite à Abou Dhabi. La mission principale de François était d'apporter un message de paix et de coexistence interreligieuse. La déclaration proposée par les dirigeants du monde chrétien et musulman a montré la demande de justice, d'égalité, de dignité, de sécurité et de bonheur pour toute la population mondiale.  

« Au nom de Dieu, qui a créé tous les êtres humains ; ils sont égaux en droits, en devoirs et en dignité ; et il les a appelés à vivre comme des frères et des sœurs entre eux afin de construire la terre et d'y répandre les valeurs de bonté et d'amour », selon le texte convenu aux Émirats.  

Le document a été signé en présence de 400 dirigeants et représentants religieux et culturels du monde entier et s'est concentré sur certains points essentiels, tels que la défense de la paix, la promotion de la culture de la tolérance, la protection des lieux de culte et de la liberté de croyance, le renforcement des relations entre l'Est et l'Ouest, la diffusion des concepts de moralité et de citoyenneté et la protection des droits des femmes et des enfants et des groupes les plus vulnérables.