Le Hezbollah et l'Iran derrière de grandes opérations contre le trafic de drogue

Le groupe terroriste libanais, soutenu par Téhéran, utilise l'argent de la drogue pour financer ses attentats
Un drapeau du Hezbollah et une affiche représentant le leader du Hezbollah au Liban, Sayyed Hassan Nasrallah

PHOTO/REUTERS  -   Un drapeau du Hezbollah et une affiche représentant le leader du Hezbollah au Liban, Sayyed Hassan Nasrallah

Les sanctions américaines contre l'Iran, la pandémie de coronavirus et l'effondrement économique du Liban ont poussé le Hezbollah à chercher d'autres sources de financement. Aujourd'hui, l'organisation terroriste semble dépendre de plus en plus d'entreprises criminelles, y compris la contrebande de drogue, pour financer ses opérations, selon les rapports des analystes américains et moyen-orientaux. Début juillet, la police italienne a trouvé 84 millions de comprimés d'amphétamine Captagon cachés dans des rouleaux de papier, selon le Washington Post. Ce montant, un record selon les agents italiens eux-mêmes, a une valeur estimée à 1,1 milliard de dollars. 

Selon le Post, d'après les rapports des services de renseignement américains, ces drogues proviennent de Syrie, dans des usines contrôlées par le régime de Bachar al-Assad. La reconstitution du voyage de ces substances vers la côte italienne faite par le journal américain commence à Lattaquié, une ville côtière syrienne avec des installations portuaires iraniennes contrôlées par le Hezbollah. Le groupe terroriste libanais a été lié à un certain nombre de saisies de drogue importantes, dans des endroits allant de la Syrie à la Jordanie, en passant par les centres urbains d'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, et même en opérant en Europe centrale et méridionale. 

En juillet, les autorités grecques ont confisqué une importante cargaison de pilules de Captagon en provenance de Syrie, d'une valeur de plus de 500 millions de dollars. Mais la police de Dubaï a également trouvé plus de cinq tonnes de drogue dans des compartiments cachés l'année dernière. Ces opérations anti-drogue ont été répétées en Égypte, en Arabie Saoudite et en Jordanie.

Hizbulá
PHOTO/REUTERS - Un membre libanais du Hezbollah dans une banlieue du Liban

L'agence européenne de police, Europol, a averti en juin que les agents du Hezbollah étaient soupçonnés de « faire du trafic de diamants et de drogue » et de blanchir de l'argent, en utilisant les pays européens comme base de leurs opérations. Le Captagon est une drogue synthétique que le Hezbollah a commencé à fabriquer il y a plus de dix ans, selon les analystes du renseignement

Des liens étroits avec le trafic de drogue depuis les années 1990

Le Hezbollah assure toute la coordination logistique des opérations, mais sous l'égide des Gardiens de la Révolution islamique d'Iran. Le partenariat créé entre les deux groupes chiites a servi de soutien financier à la milice libanaise, mais la grave crise économique que traverse l'Iran a accru les activités de ce type. Le président iranien Hassan Rohani a lui-même admis que la République islamique traversait la pire crise économique depuis sa création en 1979 et que la monnaie iranienne continuait de s'effondrer. La crise a conduit le Hezbollah et l'Iran à rechercher des revenus par tous les moyens possibles. 

Selon Al-Ain, de récents rapports des services de renseignement ont indiqué que les sanctions de Washington sur l'Iran ont conduit Téhéran à réduire le financement des milices au Liban et en Syrie. Mais le commerce de la drogue entre le Hezbollah et l'Iran n'est pas un problème récent. Elle remonte aux années 1990, mais elle est maintenant devenue un élément important de sa continuité.

Hizbulá
AFP/AL-MANAR TV - Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah au Liban

Peu après un groupe de factions armées chiites réunies sous le nom de « Parti de Dieu », certains de ces groupes avaient déjà des liens avec le trafic de drogue dans la vallée de la Bekaa au Liban, et l'argent qu'ils tiraient de ces activités criminelles était utilisé pour augmenter le nombre de membres des groupes terroristes et améliorer leur mise en scène. Selon un rapport du FBI publié en novembre 2008, Hassan Nasrallah, chef de la milice chiite libanaise, a déclaré à ses disciples que « le trafic de drogue est moralement acceptable lorsqu'il est vendu à des Occidentaux, dans le cadre de la guerre contre les ennemis de l'Islam ».

Les liens entre le Hezbollah et les cartels de la drogue en Amérique latine sont bien connus. Leurs liens avec le trafic de drogue, le blanchiment d'argent et les armes avec les « entrepreneurs » de la drogue ont été des sources de leur financement. Des pays tels que le Venezuela, l'Équateur, la Bolivie, l'Argentine, le Nicaragua et le Cuba ont ouvert leurs portes à l'Iran et au Hezbollah en échange de conseils stratégiques et d'armes.