PUBLICIDAD

Marruecos

Le Hezbollah et ses alliés perdent la majorité absolue aux élections générales libanaises

Le groupement chiite et d'autres partis de même tendance ne retrouveront pas leur majorité absolue dans un parlement qui reste profondément divisé dans un contexte de crise économique, politique et sociale
libano-hizbula-elecciones

AP/HUSSEIN MALLA  -   Les partisans du groupe Hezbollah, soutenu par l'Iran, lèvent le poing et applaudissent en écoutant le discours du leader Sayyed Hassan Nasrallah.

Le bloc dirigé par le Hezbollah et soutenu par le gouvernement iranien a perdu sa majorité parlementaire au Liban après avoir perdu son soutien lors des élections générales du 15 mai. 

Les résultats officiels, annoncés ce matin par le ministre de l'Intérieur Bassam Maouloaui, reflètent une chute du Hezbollah et de ses alliés, obtenant 62 sièges, soit 3 de moins que la majorité parlementaire, qu'ils avaient pourtant obtenue en 2018 avec 71 députés.

Le Hezbollah, qui, en plus d'être un parti politique, possède également une puissante aile militaire, est le principal groupement chiite libanais qui, depuis ses origines dans la guerre civile (1975-1990), a été un acteur clé pour l'Iran afin de consolider son influence dans le pays et de contrer ses rivaux régionaux, tels que l'Arabie saoudite, Israël et les États-Unis. Bien que le Hezbollah et son principal allié, le parti chiite Amal, n'aient pas subi de pertes importantes, plusieurs de ses partenaires parlementaires en ont subi.

elecciones-libano-expatriados-votos
PHOTO/AFP  -   Une femme libanaise vote dans un bureau de vote

Les Forces libanaises, un parti chrétien maronite proche de l'Arabie saoudite, qui a également ses racines dans la guerre civile, serait l'un des vainqueurs des élections. Ce jour-là, les FL auraient battu le Courant patriotique libre du président Michel Aoun, proche du Hezbollah, pour devenir le plus grand parti chrétien du pays. 

Le FL, qui promet un "changement radical", est l'un des principaux rivaux du Hezbollah et a fait de l'appel au désarmement de la guérilla l'un de ses principaux objectifs. "Nous n'acceptons pas qu'un seul parti monopolise le concept de résistance, alors que la véritable résistance est celle pratiquée par l'ensemble de l'État soutenu par le peuple. Ce que dit le Hezbollah est faux, car il ne veut que préserver ses armes", a déclaré le chef du parti Samir Geagea lors de la campagne.

Hasan Nasrallah, le chef opaque du Hezbollah, a fait référence à la controverse sur les armes que la milice a entretenue après la guerre civile, déclarant dans un discours que "ce sont les armes du Hezbollah qui ont empêché la mise en œuvre du plan électrique ou l'exploitation des barrages ? ce sont les armes du Hezbollah qui ont permis le transfert d'argent à l'étranger ?

elecciones-libano-expatriados
PHOTO/REUTERS - Elecciones parlamentarias del Líbano

En outre, en réponse à la montée des FL, le numéro deux du Hezbollah, Mohammad Raad, a déclaré : "Nous vous accepterons comme adversaires au Parlement, mais pas comme boucliers protégeant les Israéliens". "Ne nourrissez pas les flammes de la guerre civile", a averti le politicien chiite.

Ces élections laissent derrière elles un parlement divisé en deux blocs antagonistes, dirigés par le Hezbollah et les FL, sans qu'aucun ne dispose de la majorité, ce qui rend la gouvernabilité difficile dans un pays qui a besoin d'un gouvernement stable pour faire face à une grave crise économique, politique et sociale.

Ces élections se sont déroulées dans un contexte très difficile pour le pays. Jusqu'à 80% des Libanais vivent sous le seuil de pauvreté, dans un contexte de grave dépression économique. La pandémie de COVID-19 et l'explosion dans le port de Beyrouth en 2020 n'ont fait qu'aggraver une situation qui a conduit à des manifestations de masse et à une désaffection croissante de la population face à l'immobilisme d'une classe politique où les pratiques telles que la corruption et le clientélisme sont endémiques. 

presidente-libano-aoun
AFP/DALATI AND NOHRA - Michel Aoun, Président de la République du Liban

Cette situation est aggravée par la sectarisation de la politique libanaise, où les sièges parlementaires, ainsi que les postes clés, sont répartis par quotas entre les confessions du pays. Ainsi, le président doit être un chrétien maronite, le premier ministre un musulman sunnite et le président du parlement un musulman chiite, et les partis politiques sont également très sectaires. 

Entre les deux, pas moins de 13 candidats réformistes ont fait leur entrée au Parlement, un résultat surprenant qui reflète le climat de contestation de la société libanaise face aux factions et aux seigneurs de la guerre qui dominent le pays depuis la guerre civile. Ces nouveaux députés pourraient maintenant détenir la clé du nouveau gouvernement. Par ailleurs, 8 femmes sont entrées au parlement, soit 2 de plus qu'en 2018, mais encore loin de l'égalité. 

Le taux de participation a été de 41%, soit 8 points de moins qu'en 2018, mais beaucoup plus élevé parmi le vote de l'étranger, atteignant 63%. Selon le chef de la mission électorale de l'UE, György Hölvényi, les élections ont été un "succès", même si le processus a été "assombri par des pratiques généralisées d'achat de voix, de clientélisme et de corruption".