PUBLICIDAD

Marruecos

Le Japon renforce son parapluie défensif et mise sur le premier port spatial commercial d'Asie

Le gouvernement de Tokyo développe son système de surveillance ultra-terrestre dans le but de doubler la puissance de son secteur spatial
L'actuel Premier ministre Fumio Kishida avec le général américain John Dolan, chef des forces américaines au Japon en 2016, à l'époque où il était ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Shinzo Abe

PHOTO/AP  -   L'actuel Premier ministre Fumio Kishida avec le général américain John Dolan, chef des forces américaines au Japon en 2016, à l'époque où il était ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Shinzo Abe

Le nouveau Premier ministre japonais, Fumio Kishida, poursuit la politique d'État initiée par ses prédécesseurs, Shinzo Abe et Yoshihide Suga, et consacre l'essentiel de ses efforts à la relance économique et au renforcement des capacités de défense du pays face à l'expansion de la Chine et de la Russie.

Sur le plan militaire, la Force aérienne d'autodéfense du Japon a récemment renforcé son système national de surveillance de l'espace en créant un deuxième escadron d'opérations spatiales, basé sur la base aérienne de Hofu Kita dans la préfecture de Yamaguchi, à 765 kilomètres de Tokyo. Sa mission consiste à suivre, surveiller et empêcher les pays tiers de générer des interférences électromagnétiques qui pourraient constituer une menace pour les satellites d'État et commerciaux japonais.

Le gouvernement Kishida souhaite maintenir et sécuriser ses capacités dans le domaine de l'espace et accélère le processus de création d'une organisation dédiée à la protection de ses satellites contre les actions offensives. Elle veut également prévenir les accidents accidentels, tels que ceux causés par les centaines de milliers d'objets et de débris de tailles et de formes différentes qui voyagent sans contrôle autour de la Terre à des vitesses de plusieurs milliers de kilomètres par heure. 

El centro de control del primer Escuadrón de Operaciones Espaciales (en imagen) se encuentra en la base aérea de Fuchu, en las inmediaciones de Tokio. El segundo acaba de ser instalado en Hofu Kita, en el otro extremo de la nación
PHOTO/Kyodo - Le centre de contrôle du premier escadron d'opérations spatiales (photo) est situé sur la base aérienne de Fuchu, près de Tokyo. Le second vient d'être installé à Hofu Kita, à l'autre bout du pays.

L'escadron Hofu Kita nouvellement formé vient compléter la première unité militaire japonaise dédiée à la sécurité dans l'espace. Il y a exactement deux ans, le Premier ministre de l'époque, Shinzo Abe, a établi le premier maillon d'une petite force spatiale sur la base aérienne de Fuchu, près de Tokyo. 

Le chef d'état-major de l'Air Self-Defence Force, le général Shunji Izutsu, prévoit de créer un troisième escadron dès que possible et de former une structure d'entité de type brigade, qui devrait entrer en service opérationnel en 2023. Cette brigade d'opérations spatiales est destinée à empêcher la Chine, la Corée du Nord ou la Russie d'interférer avec la vaste flotte de satellites du Japon, de la désactiver ou de l'endommager, ce qui aurait des répercussions sur l'économie et la sécurité du géant technologique asiatique.

El Gobierno de Tokio trata de impedir que China, Corea del Norte o Rusia logren interferir, desactivar o dañar la amplia flota de satélites japoneses, lo que afectaría de forma muy negativa la seguridad y la economía del gigante asiático
PHOTO/JAXA - Le gouvernement de Tokyo tente d'empêcher la Chine, la Corée du Nord ou la Russie d'interférer avec la vaste flotte de satellites du Japon, de la désactiver ou de l'endommager, ce qui aurait des répercussions négatives sur la sécurité et l'économie du géant asiatique.
Doubler son chiffre d'affaires d'ici à 2030

L'activation du deuxième escadron d'opérations spatiales a suscité une attention maximale de la part de l'écosystème spatial japonais. La cérémonie de lancement s'est déroulée en présence du secrétaire d'État à la défense, Makoto Oniki, du président de l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA), Hiroshi Yamakawa, et du directeur général du Secrétariat national de la politique spatiale, Yasuyuki Kasai. 

L'invité spécial de l'événement était le général James H. Dickinson, chef du commandement spatial américain. Il convient de noter qu'aucun gouvernement de Tokyo ne fait un pas en avant dans le domaine spatial sans consulter au préalable Washington, son principal allié. Étaient également présents les représentants militaires d'une douzaine de nations avec lesquelles le Japon coopère dans le domaine de la surveillance de l'espace, à l'exception de l'Espagne, qui dispose d'un centre d'opérations de surveillance de l'espace (SSOC).

Les plans du général Izutsu, déjà approuvés par le ministre de la Défense Nobou Kishi, prévoient la mise en orbite en 2026 du premier satellite équipé de capteurs permettant de suivre l'environnement spatial. Et le déploiement d'une constellation de satellites de communication sécurisés pour servir les forces militaires japonaises où qu'elles se trouvent. 

En su reciente visita a Japón, el jefe del Mando Espacial de Estados Unidos, general James H. Dickinson (el tercero abajo a la derecha), en una reunión con el secretario de Estado de Defensa, Nobuo Kishi
PHOTO/DoD Japon - Lors de sa récente visite au Japon, le chef du commandement spatial américain, le général James H. Dickinson (troisième en partant du bas à droite), a rencontré le secrétaire d'État à la Défense, Makoto Oniki

Si la liberté d'action dans l'espace est cruciale pour le gouvernement japonais, le Premier ministre Fumio Kishida s'attache également à accroître le potentiel de son industrie spatiale, dont le chiffre d'affaires avoisine les 11 milliards de dollars. 

Tokyo vise à doubler ces chiffres d'ici 2030 et la loi fondamentale sur l'espace approuvée par le Conseil des ministres en juillet 2020 prévoit d'importantes initiatives pour atteindre un chiffre d'affaires d'environ 20 milliards de dollars en moins de 10 ans. À près de 65 ans et professionnel de la haute politique, M. Kishida sait mesurer les objectifs qu'il s'est fixés. Ce n'est pas pour rien qu'il était déjà ministre des Affaires étrangères et de la Défense pendant le mandat de Shinzo Abe (2012-2020).

Diversas delegaciones de la Fuerza Aérea de Autodefensa de Japón han visitado las instalaciones del Mando y la Fuerza Espacial de Estados Unidos antes de poner en marcha la organización encargada de velar por la seguridad ultraterrestre
PHOTO/USAF - Des délégations de l'Air Self-Defence Force du Japon ont visité les installations de l'US Space Command and Force avant le lancement de l'Organisation pour la sécurité de l'espace extra-atmosphérique.
Leader en Asie dans l'utilisation commerciale de l'espace

Forte d'un programme national d'exploration spatiale enviable sous l'égide de la JAXA, Tokyo souhaite désormais développer au maximum l'économie de l'espace et capitaliser sur des décennies d'investissements de plusieurs milliards de dollars. L'actuelle loi sur l'espace vise à déployer des constellations de petites plateformes, à porter à sept le nombre de satellites de la constellation Quasi-Zénith - qui, depuis novembre 2018, a augmenté la précision des signaux GPS sur une grande partie de l'Indo-Pacifique - et à coopérer avec la NASA pour le retour sur la Lune et les futures missions vers Mars.

L'une des nouveautés les plus importantes de l'édition 2020 de la loi sur l'espace est une collaboration plus étroite entre les autorités publiques et le secteur privé. L'objectif est que les autorités, les grandes entreprises et les entrepreneurs du pays des cerisiers en fleurs coordonnent leurs efforts et se mettent au travail pour la construction de spatioports. L'objectif ultime est de placer le Japon à la pointe de l'Asie en matière d'utilisation commerciale de l'espace.

Los encuentros personales entre el ministro de Defensa, Makoto Oniki, y secretario de Defensa norteamericano, general Lloyd Austin, son continuos, para coordinar sus acciones frente a la expansión de China y Rusia
PHOTO/DoD-Lisa Ferdinando - Des réunions personnelles entre le ministre de la Défense Nobou Kishi et le secrétaire américain à la Défense, le général Lloyd Austin, sont en cours afin de coordonner leurs actions face à l'expansion de la Chine et de la Russie.

Aux États-Unis, il existe plus de 20 spatioports approuvés par la Federal Aviation Administration (FAA), la plupart situés dans des déserts ou des endroits reculés. En revanche, les projets proposés au Japon "sont proches des grandes villes" en raison de l'extension territoriale limitée du pays, mais "principalement pour promouvoir l'économie locale", a déclaré Kimitake Nakamura, diplomate et spécialiste du droit de l'espace, ministre et chef adjoint de l'ambassade du Japon en Espagne, lors de son intervention au IIe congrès de droit de l'espace qui s'est tenu fin avril à Madrid.

Les administrations locales, les entreprises et les entrepreneurs intéressés par l'exploitation commerciale des spatioports ont formé une association appelée Space Port Japan. Son principal objectif est de construire au Japon le premier port spatial d'Asie et de faire du pays un centre d'affaires majeur dédié aux voyages spatiaux. 

La asociación civil Space Port Japan trabaja con las administraciones locales, compañías y emprendedores con la intención de construir en el archipiélago nipón un gran polo de negocios dedicado a los viajes espaciales
PHOTO/Noiz Architects - L'association civile Space Port Japan travaille avec les administrations, les entreprises et les entrepreneurs locaux à la construction d'un grand centre d'affaires dédié au voyage spatial dans l'archipel japonais.

Dans la municipalité de Taiki, il existe un projet de construction de plates-formes de décollage "pour les lancements verticaux et pour l'atterrissage et la récupération d'engins spatiaux", explique M. Nakamura. Egalement à Kushimoto et Shimojishima sur l'île d'Okinawa. Même Virgin Orbit, la société britannique de Richard Branson, a pris l'initiative de construire un port spatial à l'aéroport d'Oita. De là, elle lancera et fera atterrir son vaisseau mère WhiteKnightTwo avec des touristes à bord de son avion suborbital SpaceShipTwo.