PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Japon tient tête à la Chine pendant la visite de Nancy Pelosi

Le Gouvernement japonais serre les rangs avec son allié américain et répond avec force aux tirs de missiles chinois dans les eaux de sa zone économique exclusive
Nancy Pelosi y el primer ministro japonés Fumio Kishida

TWITTER/@JPN_PMO  -   La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida

Tempête dans le Pacifique après que la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, ait entamé sa visite en Asie. Après avoir mis la diplomatie chinoise en ébullition lors de sa visite à Taïwan, le conflit se poursuit lors de la dernière étape du voyage, qui se déroule au Japon. 

Le gouvernement chinois a répondu au défi lancé par Pelosi, qui soutient fermement l'indépendance de Taïwan vis-à-vis du géant asiatique, par un déploiement militaire colossal dans les eaux entourant l'île de Formose. Le jeudi même qui a suivi la visite du numéro deux de la Maison Blanche, les forces armées chinoises ont lancé des exercices à grande échelle dans les eaux du détroit de Taïwan, accompagnés de vidéos de propagande menaçantes montrant leur déploiement de forces. 

Selon le gouvernement de Taipei, les forces aériennes chinoises ont également violé une nouvelle fois l'espace aérien de Taïwan lors des exercices militaires. Des chasseurs de l'armée de l'air chinoise ont survolé le ciel de l'île, en plus de quelques missiles balistiques qui ont ensuite touché les eaux de la zone exclusive du Japon.

la delegación estadounidense de la Cámara de los Representantes es recibida en Japón por el primer ministro
TWITTER/@PAN_PMO - La délégation américaine à la Chambre des représentants est reçue au Japon par le Premier ministre Fumio Kishida

Concernant ce dernier incident, le Premier ministre japonais Fumio Kishida a déclaré lors d'une conférence de presse que ces frappes de missiles dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon constituent une menace directe pour la sécurité nationale japonaise. Rappelons que la zone économique exclusive est le périmètre sur lequel une nation a le contrôle au-delà des 24 milles nautiques de ses eaux territoriales et jusqu'à 200 milles nautiques si elle n'est pas en conflit avec la ZEE d'un autre pays, un cas qui se règle en franchissant la médiane entre les deux côtes qui se chevauchent. 

Le Japon est un pays qui, après la défaite colossale et traumatisante subie lors de la Seconde Guerre mondiale, a complètement restructuré ses forces armées et les a développées presque exclusivement d'un point de vue défensif. Hormis la nomenclature (Japan Self-Defense Forces), face aux menaces chinoise et nord-coréenne, le Japon travaille depuis les années 1990 au déploiement d'un système de défense antimissile balistique progressif et avancé qui caractérise désormais l'archipel nippon. 

Fumio Kishida a rencontré la Présidente Pelosi pendant un peu plus d'une heure, après quoi tous deux sont passés devant les caméras pour délivrer un message d'unité et de coopération étroite entre leurs pays. Tant Pelosi que Kushida ont exprimé leur rejet des exercices militaires chinois dans le Pacifique, dont Kushida a demandé l'annulation. 

rueda de prensa de nancy pelosi en japón
Speaker of the House Office/Youtube - 

Selon le cabinet du ministre japonais de la Défense Nobuo Kishi, ce dernier incident de missile balistique dans les eaux japonaises, qui n'est pas un fait nouveau, aggrave la situation en raison de la trajectoire des projectiles. Selon le ministère de la Défense, au moins quatre des cinq missiles qui ont atterri dans les eaux ZEE japonaises ont traversé l'île principale de Taïwan, ce qui est inhabituel et extrêmement dangereux. Le ministre de la Défense Nobuo Kishi a annoncé qu'une protestation officielle sera déposée auprès de la Chine par la voie diplomatique en réponse à ces derniers lancements défiants. 

 La tension créée par la tournée de Pelosi a également affecté les agendas des ministres des affaires étrangères chinois et japonais, qui devaient tenir une série de discussions en août, mais qui ont été annulées par la Chine. Cette décision pourrait avoir des conséquences sur la coopération commerciale au sein de l'ANASE, l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est, le géant du commerce mondial qui unit les pays de la région et un partenaire économique essentiel de l'Union européenne. Les répercussions de cette crise diplomatique se sont fait sentir jusqu'à Bruxelles, l'euro se dépréciant par rapport au dollar lorsqu'il a été confirmé que l'avion SPAR19 de l'USAF transporterait Pelosi à Taïwan. 

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.