PUBLICIDAD

Iberdrola

Le leader maronite du Liban appelle à la « neutralité » pour surmonter la crise nationale

Il existe des mouvements politiques qui s'alignent sur la position de Bechara Boutros al-Rai
Le patriarche maronite libanais Bechara Boutros al-Rai

REUTERS/FAISAL AL-NASSER  -   Le patriarche maronite libanais Bechara Boutros al-Rai

Le Liban traverse une très grave crise politique, institutionnelle et économique qui exige des solutions rapides et énergiques. Le pays du Moyen-Orient souffre d'une détérioration financière alarmante et d'un chaos institutionnel qui exige des réponses immédiates ; exigées, surtout, par une population mécontente qui ne cesse de manifester contre le pouvoir établi et la corruption installée.

Les caisses libanaises sont faibles et le pays est en train de faire un long voyage dans le désert en matière économique avec des indicateurs plus que terrifiants ; comme une prévision d'inflation de 55 % pour cette année 2020, un niveau de pauvreté de 45 %, et un taux de chômage de 35 %, ce dernier selon des données de mars de cette année. La situation est telle que même au début du mois de juillet, plusieurs suicides ont été enregistrés dans différentes villes libanaises, du fait qu'une grande partie de la population est plongée dans la pauvreté.

La livre libanaise est fortement dévaluée et s'échange officiellement à 1 507 pour un dollar, atteignant même la valeur de plus de 9 000 sur le marché noir. Même les hôpitaux manquent de moyens pour soigner les malades et il n'est pas rare qu'ils soient privés d'électricité pendant des heures.

Le Liban souffre d'un effondrement financier qui constitue la plus grande menace pour la stabilité depuis la guerre civile entre 1975 et 1990. Face à cette situation, le patriarche maronite Bechara Boutros al-Rai, le plus haut représentant des chrétiens au Liban, a souligné la nécessité urgente d'atteindre la « neutralité » dans la nation. Un commentaire qui comporte une référence implicite au Hezbollah, un groupe chiite très influent dans le pays et dans l'exécutif libanais et intimement lié à la République islamique d'Iran. 

La communauté maronite a son importance au sein de la société libanaise ; en effet, la loi précise que l'actuel président de la République doit être de cette confession, en l'occurrence Michel Aoun. Tout cela dans le cadre d'un système de gouvernement complexe, divisé par des quotas entre les différentes religions présentes dans la nation. Le Liban est une démocratie parlementaire régie par un cadre confessionnel, dans lequel les principaux postes sont répartis proportionnellement entre les différentes communautés religieuses du pays. 

El presidente de Líbano, Michel Aoun
PHOTO/REUTERS - Le président du Liban Michel Aoun

Récemment, le patriarche maronite, Bechara Boutros al-Rai, s'est rapproché de la critique de l'exécutif libanais. En pleine crise nationale, le principal dirigeant chrétien du pays a attaqué des dirigeants politiques lors de récents homélies dominicales. Le 12 juillet, il a souligné le refus des Libanais de laisser « une majorité jouer avec la constitution, le pacte national et la loi, ou avec le modèle de civilisation du pays ». Il a également dénoncé le fait que ces mêmes personnes « l'isolent des nations et des peuples frères et amis et le conduisent de l'abondance à la famine ».

En outre, il a appelé le président Michel Aoun à « briser le blocus de la libre décision nationale » et a appelé la communauté internationale à aider à "rétablir l'indépendance et l'unité du Liban ». Ses propos ont été interprétés comme une critique de l'influence excessive dans le pays du groupe chiite Hezbollah, derrière lequel se cache l'Iran. 

Le régime des ayatollahs s'immisce dans les affaires intérieures de plusieurs États voisins par le biais des actions de groupes chiites partageant les mêmes idées. C'est le cas du Liban lui-même, avec le Hezbollah ; du Yémen, avec les rebelles hutus ; de la Syrie, avec la milice d'origine afghane de Liwa Fatemiyoun ; de l'Irak, avec les Forces de mobilisation populaire ; ou de la Palestine, avec le Hamas. 

L'Église maronite a parié sur un changement social plus profond. Le 1er juillet, elle a lancé le Pacte national pour l'éducation mondiale dans le but de se rapprocher de l'esprit des protestations sociales de ces derniers mois et d'encourager les jeunes à se libérer des liens politiques liés à la communauté religieuse à laquelle ils appartiennent et à « s'efforcer de construire un pays meilleur » avec une « séparation claire entre les sphères religieuse et civile », comme l'a clairement indiqué Bechara Boutros al-Rai dans ses propos, recueillis par Alfa y Omega. 

Ses deux derniers sermons ont marqué un tournant vers une position plus ouvertement critique à l'égard des politiques du Hezbollah et de Michel Aoun, deux pôles qui soutiennent précisément le gouvernement du Premier ministre Hassan Diab. Le groupe du Hezbollah est considéré comme un terroriste par plusieurs pays occidentaux, tels que les États-Unis et le Royaume-Uni, et exerce une grande influence sur le gouvernement libanais. 

Una foto de la agencia fotográfica libanesa Dalati and Nohra del 12 de junio de 2020 muestra al primer ministro Hassan Diab presidiendo una sesión de emergencia del Gobierno
AFP PHOTO/HO/DALATI ET NOHRA - Une photo de l'agence photographique libanaise Dalati et Nohra du 12 juin 2020 montre le Premier ministre Hassan Diab présidant une session d'urgence du gouvernement

« L'intervention a été perçue comme un changement dans leur politique de soutien au président et plutôt comme une critique de la position politique du pays, au niveau régional et international », a expliqué Mohanad Hage Ali, membre du Carnegie Middle East Center, dans des déclarations reprises par Noticias de Israel.

Pour sa part, l'homme politique libanais Ahmed Fatfat, ancien ministre de la jeunesse et des sports, a récemment déclaré que toutes les milices de son pays, en particulier le Hezbollah, doivent être démantelées. L'ancien ministre estime que le Hezbollah n'est pas un parti politique légitime et qu'il empiète sur le Liban et son processus de décision politique, qui est désormais davantage axé sur la jurisprudence du régime des ayatollahs que sur la Constitution libanaise. Pour Fatfat, le leader de ce groupe chiite, Hassan Nasrallah, est en effet celui qui dirige le Liban.

El líder del movimiento chií Hizbulá de Líbano, Hassan Nasrallah
AFP/HO/IRAN PRESS - Le chef du mouvement chiite Hezbollah au Liban, Hassan Nasrallah

Bechara Boutros al-Rai a intensifié les critiques sur l'influence de l'Iran et de ses alliés sans les nommer, en disant que le peuple libanais refusait d'être isolé de ses alliés et qu'il menait à la décadence.

Certains mouvements politiques s'alignent sur la position du leader chrétien, qui est en opposition directe avec le Hezbollah et qui exige la « neutralité ». Cette tendance a été confirmée par le leader du mouvement Marada, Suleiman Bey Frangieh, fils d'un ancien président libanais dans les années 1970.

Suleiman Bey Frangieh a rencontré le patriarche maronite et a déclaré qu'il était « prêt pour toute réunion nationale qui sauvera le Liban et qui aura une vision claire pour sortir de la situation actuelle ». Le dirigeant de Marada a souligné que « le plus important est de sortir le pays de son état actuel et d'arriver à un endroit où les gens sont satisfaits ». 

Il a souligné que la situation actuelle au Liban nécessite une impulsion vers une solution et un apaisement de l'état actuel pour régler le problème national, en particulier en ce qui concerne l'économie. J'appelle également à « rétablir la confiance afin d'attirer les investisseurs », une tâche à laquelle tout le monde doit coopérer. 

El político cristiano libanés, diputado y líder del movimiento Marada Suleiman Frangieh
PHOTO/REUTERS - Politicien chrétien libanais, député et leader du mouvement Marada Suleiman Frangieh

Selon plusieurs analystes, la classe politique anti-Hezbollah a été désunie ces derniers temps, ce qui a rendu impossible toute tentative de sortir du scénario actuel, mais elle trouve maintenant une autorité à suivre dans la figure du patriarche maronite afin de limiter l'influence et le contrôle du Hezbollah sur l'Exécutif.

Cette nouvelle position qui défend la neutralité pourrait être bien vue par la communauté internationale, qui pourrait attirer l'aide économique étrangère tant désirée, indispensable pour pouvoir sortir de la crise actuelle au Liban. 

En fait, le gouvernement libanais a demandé un prêt de 20 milliards de dollars au Fonds monétaire international (FMI), mais les discussions des hauts fonctionnaires de cette entité traînent en longueur car les États-Unis demandent non seulement des réformes économiques strictes, comme c'est habituellement le cas, mais aussi que les Libanais expulsent le Hezbollah de la sphère gouvernementale.