Le Liban épuise ses réserves de change et plonge dans le chaos économique

Moody's met en garde contre la poursuite du déclin économique du Liban en raison de la suspension des relations avec les banques correspondantes
Atalayar_Edificio del Banco Central del Líbano en Beirut

REUTERS/MOHAMED AZAKIR  -   Bâtiment de la Banque centrale du Liban à Beyrouth

La société américaine de services financiers Moody's a averti que le déclin économique du Liban s'accélérera s'il perd ses relations avec les banques correspondantes. L'agence de notation financière Moody's a exprimé son inquiétude, selon des informations disponibles sur son site Internet, quant aux conséquences de l'utilisation des réserves obligatoires des banques à la Banque nationale du Liban (BNL).

Dans une note envoyée par courriel, Moody's indique que "l'usurpation des réserves obligatoires des banques auprès de la Banque centrale du Liban, compte tenu de l'impasse persistante du gouvernement, augmentera les risques pour les banques." Cela mettrait à son tour en péril les relations restantes du Liban avec les banques correspondantes et compromettrait davantage "la disponibilité des services de paiement transfrontaliers pour les transferts, le commerce et le tourisme, qui sont parmi les principaux piliers de l'économie."

"Saper les réserves obligatoires (de change) des banques détenues à la BNL dans le contexte d'une impasse gouvernementale continue... mettrait en péril les relations de ces institutions avec leurs banques correspondantes, pénalisant davantage l'accès aux services de paiement internationaux", détaille l'agence dans sa note.

atalayar_Libano economia
REUTERS/MOHAMED AZAKIR - Le gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salameh

En crise depuis 2019, le Liban subventionne certaines importations grâce à des mécanismes créés par la Banque nationale et financés par ses réserves de change qui ont littéralement fondu en presque deux ans. Elles atteindraient 16,35 milliards de dollars, selon une déclaration du gouverneur il y a une dizaine de jours, dont à peine plus d'un milliard de dollars serait disponible, le reste étant constitué des réserves de change obligatoires des banques. Au début du mois, une lettre divulguée aux médias a révélé que quatre banques correspondantes de la Banque nationale avaient suspendu leurs relations.

La perte de ces relations accroîtrait la dépendance du Liban à l'égard du financement extérieur officiel, car les paiements transfrontaliers et les mécanismes de compensation resteraient paralysés, même après une restructuration complète de la dette, selon le mémo. Citant des données de la banque centrale et de Haver Analytics, Moody's a noté que les réserves utilisables du Liban étaient tombées à 1 milliard de dollars à la fin de février 2021.

Dans une lettre adressée au procureur du Liban le mois dernier, le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salameh, a prévenu que les banques correspondantes étrangères commençaient à restreindre leurs relations commerciales avec le système financier local.

atalayar_Libano economia
AP/MARK LENNIHAN - Moody's Corp. à New York City

Le pays a fait défaut sur sa dette en devises étrangères en mars 2020 et a été rétrogradé au bas de l'échelle par les principales agences de notation financière américaines. Dès juillet 2020, alors que le Liban se dirigeait vers l'effondrement économique après avoir fait défaut sur les euro-obligations, Moody's Investors Service a rétrogradé la note d'émetteur du pays - la solvabilité du gouvernement libanais - à "C", le plus bas niveau possible.

Les pressions économiques croissantes dues aux quarantaines et fermetures liées au COVID-19 au début des années 2020 ont aggravé la situation. La frustration a atteint un point de rupture en août 2020, lors de l'explosion du port de Beyrouth, qui a tué au moins 200 personnes et en a blessé 5 000 autres. Cela a conduit à la démission du premier ministre et de son gouvernement et à des changements politiques et économiques. Depuis lors, le gouvernement libanais n'a toujours pas été reconstruit, ce qui entrave les tentatives de traitement de l'aide et de réduction de l'inflation.

Atalayar_Libano economia
AP/HUSSEIN MALLA - Des personnes font la queue devant un bureau de change pour acheter des dollars américains à Beyrouth, au Liban

Les années précédentes, le Liban avait un taux de change réduit pour aider à contrôler l'inflation, autre problème majeur de son économie. Avant 2020, la Banque centrale a plafonné l'inflation à 3 % par an. Cependant, ce pic d'inflation signifie que les conversions en lires sont désormais fixées à 6 240 lires pour un dollar comme taux officiel, alors que dans la rue, la transaction est presque le double. Avec la possibilité de perdre 20 millions de dollars par mois, l'aide étrangère des Nations Unies (ONU) sera sévèrement affectée, un résultat critique lors d'une telle crise mondiale.

Les agences des Nations unies et d'autres organisations non gouvernementales (ONG) ont donné près de 500 millions de dollars au Liban. Ils distribuent actuellement des cartes de débit et des bons d'achat. Cependant, au taux de change actuel, les Libanais ne reçoivent que 6,240 lires pour un dollar. Les organisations donatrices tentent de convaincre les autorités libanaises de traiter les dons par le biais du taux informel, selon lequel les citoyens libanais recevraient 14 000 lires pour un dollar. Cependant, la Banque centrale du Liban a résisté à cette demande. La Banque mondiale est d'accord, et note que si cette demande est acceptée, elle pourrait aggraver une inflation déjà persistante, affectant davantage les communautés appauvries.