Najib Mikati nommé Premier ministre du Liban

L'homme d'affaires sunnite a reçu le soutien du Hezbollah et du Mouvement du futur
presidente-libano-michel-aoun

REUTERS/STEPHANIE McGEHEE  -   Le nouveau Premier ministre libanais Najib Mikati

Le Liban est de retour à la case départ, sans premier ministre, sans gouvernement et avec l'une des pires crises économiques du XXIe siècle. Le 15 juillet, l'ancien premier ministre désigné Saad Hariri a démissionné après avoir été incapable de trouver un accord avec le président libanais Michel Aoun pour former un gouvernement. "Il est évident que nous ne parviendrons pas à nous entendre, le président et moi", a déclaré le leader sunnite après sa rencontre avec Aoun.

La démission de Hariri signifie, une fois de plus, qu'il faut passer par le processus de consultation pour désigner un nouveau premier ministre. Le nom de Najib Mikati, un homme d'affaires milliardaire qui aurait déjà occupé le poste de Premier ministre à deux reprises, a été fortement pressenti pour occuper ce poste. Mikati a de l'expérience en politique, ayant effectué deux mandats précédents en tant que premier ministre. D'abord, pendant un gouvernement intérimaire de trois mois en 2005, puis dans un gouvernement à part entière d'avril 2011 à février 2014.

PHOTO/DALATI NOHRA/ via REUTERS - Le président libanais Michel Aoun lors d'une conférence de presse au palais présidentiel de Baabda.
PHOTO/DALATI NOHRA/ via REUTERS - Le président libanais Michel Aoun lors d'une conférence de presse au palais présidentiel de Baabda.

Mikati a également été ministre des travaux publics et des transports en 1998 et dirige le parti Mouvement Azm, qui est représenté au parlement. L'homme d'affaires, comme la plupart de la classe politique libanaise, a été accusé de corruption en 2019 avec son frère et son fils pour des gains illicites grâce à des prêts immobiliers subventionnés, mais la famille a nié toutes les accusations et a affirmé que ces accusations étaient motivées par des raisons politiques.

Onze jours après que le Premier ministre désigné Saad Hariri a présenté sa démission, le processus de consultation convoqué par le président Michel Aoun a commencé tôt ce matin au palais présidentiel de Baabda. Aoun a reçu le candidat favori, Najib Mikati, suivi de Hariri. Après la réunion, le leader du Courant du Futur et ancien Premier ministre a exprimé son soutien à Mikati. Hariri a exprimé son espoir qu'un gouvernement dirigé par l'homme d'affaires sunnite soit "formé dès que possible".

Tammam Salam, premier ministre libanais de 2014 à 2016, a également affiché son soutien à Najib Mikati en prônant la formation d'un "cabinet de spécialistes" capable de mettre fin à l'effondrement du pays. Hariri et Salam ont tous deux souligné la nécessité de respecter les procédures constitutionnelles. Une autre personnalité importante soutenant la candidature de Mikati est le vice-président du Parlement, Elie Ferzli. Parmi les partisans de l'homme d'affaires sunnite figure le Parti socialiste progressiste, qui est à majorité druze.

diputado-hizbula-libano
PHOTO/AFP - Le représentant du Hezbollah libanais et député Mohammed Raad (4e R) marche avec d'autres membres du bloc parlementaire du groupe au palais présidentiel de Baabda, dans l'est de Beyrouth

Le groupe parlementaire du Hezbollah, qui avait refusé de dire quel candidat il soutiendrait, a finalement annoncé au palais de Baabda qu'il soutenait la nomination de Najib Mikati comme nouveau Premier ministre du Liban. "Aujourd'hui, avec l'émergence d'indications sur la possibilité de former un gouvernement, nous avons nommé Najib Mikati, ce qui reflète le sérieux de notre engagement à former un cabinet", a déclaré le chef du Hezbollah, Mohammad Raad, après sa rencontre avec le président Michel Aoun dans le cadre de consultations parlementaires contraignantes.

La principale pierre d'achoppement à la nomination de Najib Mikati au poste de Premier ministre du Liban a été les partis chrétiens. Les 15 députés des Forces libanaises ont déjà déclaré qu'ils ne désigneraient pas de candidat, tandis que les 31 députés du Courant patriotique libre, le parti dirigé par le président Michel Aoun, se seraient opposés à Mikati, jugé trop proche de Hariri.

Malgré les obstacles posés par les partis chrétiens, Mikati a été nommé Premier ministre du Liban. Il avait déjà reçu le soutien des groupes parlementaires du Courant du Futur, du Hezbollah, du Parti socialiste progressiste et enfin des Forces libanaises. Lors de consultations parlementaires contraignantes menées par le président libanais, Najib Mikati a finalement reçu le soutien de 72 députés sur 128, tandis que 42 se sont abstenus de le nommer.

ex-primer-minsitro-libano-saad-harir
PHOTO/DALATI NOHRA/ via REUTERS - L'ancien premier ministre désigné du Liban, Saad al-Hariri, lors d'une conférence de presse annonçant son départ de la formation du cabinet

Le pays est sans gouvernement à part entière depuis près d'un an, depuis que le Premier ministre intérimaire Hassan Diab a démissionné après l'explosion du port de Beyrouth en août dernier. La communauté internationale a demandé à plusieurs reprises au Liban de former un gouvernement qui s'engage à mettre en œuvre des réformes structurelles afin de débloquer des prêts et une aide au développement pour restructurer et relancer son économie.

Cependant, l'ancien premier ministre désigné Saad Hariri, en raison de ses multiples désaccords avec le président libanais Michel Aoun, n'a pas été en mesure de mener à bien la mission de former un cabinet et il reviendra à Najib Mikati, sauf circonstances imprévues, de mener à bien cette tâche difficile au moment où le Liban connaît l'une de ses plus grandes crises depuis la guerre civile de 1975-90.