Le Liban fixe le mois de mars pour les élections parlementaires

Le Parlement approuve des élections anticipées dans un contexte de crise économique, politique et sectaire dévastatrice
Aoun

 -  

Le Parlement libanais a fixé mardi les prochaines élections législatives au 27 mars 2022. La décision, approuvée par la chambre basse lors de sa première session ordinaire depuis septembre, avance la date de deux mois pour éviter que les élections ne coïncident avec le mois sacré du Ramadan. L'anticipation électorale intervient, en outre, dans un contexte de profonde crise économique, politique et sociale. Une semaine après le début de la violence dans les rues de Beyrouth.

La dernière session s'est terminée par un vote de confiance au nouveau premier ministre, Najib Mikati. À cette occasion, cependant, de nouveaux amendements à la loi électorale ont été introduits au Palais de l'UNESCO de Beyrouth, le siège parlementaire de fortune, concernant l'approbation de la participation de la diaspora libanaise aux élections, l'annulation d'un quota minimum de sièges réservés aux femmes ou l'utilisation de grands centres de vote et de cartes de vote magnétiques.

La Chambre, qui compte 128 membres, a refusé d'attribuer un nombre minimum de sièges aux femmes, l'une des principales demandes de la société civile, malgré la position du président Michel Aoun. Le chef de l'État a fait part de son soutien aux quotas à la Commission nationale libanaise pour les affaires féminines. Cette thèse a été rejetée par le Parlement.

Mikati
-

Au cours de la session, un vote a eu lieu en faveur de l'autorisation du vote des citoyens libanais à l'étranger, qui en ont assez des partis politiques traditionnels. Cette décision est controversée en raison des implications possibles de leur participation à l'aggravation du clivage sectaire au Liban. Les observateurs estiment que ce groupe pourrait déstabiliser le château de cartes politique du Liban, qui repose sur une répartition du pouvoir entre les différentes confessions religieuses du pays.

Gebran Bassil, président du Mouvement patriotique libre, dont Aoun est membre, a attaqué la suppression des quotas de femmes et a annoncé que son parti ferait appel à la Cour constitutionnelle pour annuler les élections anticipées, une compétence que Bassil attribue à la présidence et non au parlement. Bien qu'a priori, la nouvelle date semble inamovible.

Le compte à rebours commence pour l'exécutif dirigé par Mikati, la personnalité la plus riche du Liban, qui aura trois mois pour mettre en œuvre un solide plan de relance économique afin de remettre le pays sur pied. Une tâche complexe dans laquelle il aura le soutien du Fonds monétaire international (FMI) et dans laquelle il devra pallier les pénuries d'énergie, l'effondrement économique et la profonde division sociale.

Líbano violencia
-

Tant que les élections n'auront pas eu lieu, Mikati a exclu de démissionner. Sauf hécatombe, l'homme d'affaires restera à la tête du cabinet jusqu'à ce qu'un nouveau Premier ministre reçoive un vote de confiance du Parlement et forme un gouvernement. Cette période est susceptible d'être prolongée en raison du récent blocage institutionnel, qui a maintenu le Liban sans chef d'état-major pendant plus d'un an depuis la démission de Hassan Diab à la suite de l'explosion dans le port de Beyrouth.

Le tragique événement, qui a fait 200 morts, quelque 7 500 blessés et détruit une multitude de quartiers de Beyrouth, n'a pas été élucidé un an et demi plus tard. Le premier juge à entamer les investigations, Fadi Sawan, s'est heurté à l'inébranlable servilité de l'Etat libanais, caractérisé par une structure corrompue où règnent la malfaisance et l'impunité. Des pressions politiques ont conduit à sa révocation en tant que responsable de l'affaire en février.

Tarek Bitar a remplacé le magistrat et fait avancer l'enquête. Cela a suscité des inquiétudes au sein de l'élite libanaise quant à une éventuelle décision de justice, qui entraînerait une série de conséquences pénales pour plusieurs hauts fonctionnaires liés au mouvement Amal, proche de la milice chiite Hezbollah. Pour cette raison, les organisations ont lancé une protestation à Beyrouth contre le juge, où ont commencé les altercations qui ont conduit à la mort de sept personnes