Le Liban, un pays divisé

L'explosion dans le port de Beyrouth a été le point de basculement d'un pays qui est le théâtre de luttes régionales pour l'hégémonie, de protestations populaires massives, de luttes politiques communautaires et d'une crise économique rampante.
Atalayar_ruinas puerto Beirut

 -  

Au cours des derniers mois, le Liban a souffert de fortes protestations sociales, de changements continus de gouvernement, du coup de la pandémie de coronavirus et d'une impressionnante explosion de plusieurs tonnes de nitrate d'ammonium dans le port de Beyrouth. En outre, il souffre d'une des dettes publiques les plus élevées au monde, dépassant 160 % du PIB et y consacrant près de la moitié de son budget, étant le pays qui compte le plus de réfugiés par habitant au monde, avec 156 réfugiés pour 1 000 habitants. Le système politique montre des signes d'épuisement, assailli par une corruption systémique, des luttes confessionnelles et des protestations sociales, appelant à un changement dans le pays. Pour comprendre comment le Liban, la Suisse du Moyen-Orient, en est arrivé à cette situation, il faut remonter quelques années en arrière. 

Le Liban est un pays déterminé par la variété des confessions religieuses présentes sur son territoire, qui ont conduit au fil des siècles à la création de communautés. Ce multiculturalisme inclut les musulmans et les chrétiens, mais au sein de ces grands groupes, il existe des différences importantes entre les maronites et les chrétiens catholiques ou entre les chiites et les sunnites, ainsi qu'entre les autres groupes qui constituent la réalité complexe des communautés au Liban, comme les Druzes. Ce petit morceau de terre entre la Méditerranée et la Syrie faisait partie de ce pays, mais l'influence de la France, dont elle était une colonie, a réussi à séparer ce territoire du reste du pays avec l'intention de la part de Paris de maintenir une influence importante sur la communauté chrétienne, très nombreuse dans la région.

Atalayar_bandera Hizbula

Cette séparation entre les groupes communautaires a atteint son pire moment dans les années 1970 et 1980, lorsque quinze années de guerre civile ont détruit l'un des pays les plus prospères du Moyen-Orient. Les accords de Taif de 1989 ont mis fin à une guerre civile entre communautés, conditionnée par la présence constante de puissances étrangères dans le pays. Cet accord a permis de définir la réalité politique de l'après-guerre, basée sur une division des pouvoirs de l'État qui a placé les différentes communautés au centre de l'échiquier politique, en établissant une répartition de 50 % des sièges au parlement entre chrétiens et musulmans. Les principales positions politiques ont été réparties entre les communautés dans le but de partager le pouvoir entre les différents groupes du pays, mais la conséquence en a été la création de réseaux clientélistes et le démantèlement d'un État divisé, qui ne parvient pas à trouver une identité commune avec laquelle construire un projet national inclusif.  

Les divisions communautaires au Liban ont longtemps été instrumentalisées par les différentes puissances régionales et internationales, qui cherchent à soutenir un groupe particulier dans le but d'accroître leur influence sur le pays. Pendant la guerre civile, les différents acteurs internationaux ont généreusement financé les différents groupes en conflit, dans le but de s'assurer une plus grande part de pouvoir. Plus récemment, la visite de Macron après l'explosion du port de Beyrouth a rappelé l'époque où le pays du cèdre restait dépendant de Paris, qui a eu et continue d'avoir un grand pouvoir d'influence. Les États-Unis ont commencé une carrière d'influence croissante au Liban, allouant des milliards d'euros à la défense du pays afin de limiter l'influence du Hezbollah. Aujourd'hui, Washington se trouve à un carrefour important, car il ne veut plus allouer de telles sommes à la défense du pays si le Hezbollah continue d'être présent au sein du gouvernement. Mais la réduction des subventions donnerait des ailes au groupe, ce qui renforcerait sa capacité à influencer l'État et la région.  

Le Hezbollah, le Parti de Dieu, est représenté au sein du gouvernement libanais depuis 2005, date à laquelle il a réussi à prendre en charge deux portefeuilles ministériels. L'importance du groupe n'a fait que croître, étant la seule milice autorisée à posséder des armes dans le pays, rivalisant avec la propre armée du pays en termes de capacités opérationnelles et étant la colonne de défense contre Israël, qui a déjà envahi le Liban en 2006. L'importance de cet acteur est absolue dans le pays, car il a réussi à fournir à ses partisans de nombreux services de base que le gouvernement lui-même ne fournit pas, ce qui lui permet de maintenir un niveau élevé d'influence et de sympathie au sein de la population. Devenu un État dans l'État, il s'est aventuré à l'étranger avec des soldats envoyés à la guerre en Syrie, car Bachar al-Asad est un allié de longue date du Hezbollah. 

Atalayar_Saad Hariri

En outre, depuis sa création dans les années 1980, elle a reçu un fort soutien de l'Iran, un pays avec lequel elle partage la foi chiite et qui voit dans l'organisation un moyen important de défendre son influence dans le pays et de consolider un arc chiite qui s'étend également à l'Irak et à la Syrie. L'Arabie saoudite, qui est en concurrence avec l'Iran pour l'hégémonie régionale, a également des liens importants avec le pays, notamment grâce à la relation fluide entre l'ancien Premier ministre Rafic Hariri et la maison mère à Riyad. La relation s'est refroidie à partir de 2015, surtout après l'incident de 2017 au cours duquel, dans des circonstances étranges, le Premier ministre Saad Hariri (fils de Rafic Hariri assassiné) a démissionné de son poste lors d'un voyage en Arabie Saoudite. Le pays a promis des prêts au Liban pour aider à la reconstruction après l'explosion du port de Beyrouth, mais à condition que le Hezbollah ait moins d'influence sur le gouvernement.  

La crise économique et financière dans laquelle le pays est plongé depuis des années a entraîné une grande partie de sa population dans la pauvreté, avec 3,3 millions de personnes en situation de vulnérabilité, soit près de la moitié du pays. Au début de l'année 2020, la situation compliquée a conduit à l'organisation de manifestations massives dans le pays, pour protester contre la corruption, le gouvernement et les coupes exigées de l'exécutif pour son énorme déficit. Les manifestants, pour la plupart des jeunes, ont demandé à quitter le système politique actuel pour former un pays véritablement articulé, car les partis communautaires ne savent pas comment faire avancer le pays. 

Atalayar_puerto Beirut

Saad Hariri, l'ancien Premier ministre, a été accusé de former à nouveau un gouvernement après avoir démissionné l'année dernière en raison des protestations, dans un contexte d'incapacité manifeste des partis politiques traditionnels à parvenir à un consensus minimum. Empêtrée dans une formidable crise économique et financière qui a plongé l'économie et la monnaie du pays, avec une pandémie qui a provoqué une baisse de 12% du PIB de l'Etat et une population appauvrie, l'explosion du port de Beyrouth a mis le Liban sous les feux de la rampe internationale pendant quelques mois. Mais les problèmes du pays sont anciens et difficiles à résoudre.  

Dans ce scénario, l'une des plus grandes victimes de l'explosion du port de Beyrouth a été les enfants. Sur les 190 morts, 6 500 blessés et 300 000 personnes touchées par l'explosion, on compte quatre enfants morts, 1 000 blessés et 100 000 personnes touchées, ce qui nous donne une idée de l'impact subi par les enfants, qui sont toujours les plus vulnérables. L'ONU, par l'intermédiaire de son agence spécialisée pour les enfants, l'UNICEF, s'est concentrée sur les enfants du Liban, qui accueille également 630 000 enfants réfugiés de la guerre en Syrie et 400 000 enfants d'origine palestinienne. Pour se faire une idée de la situation des enfants les plus vulnérables, il est vivement recommandé de voir le film Capernaum, réalisé par la réalisatrice libanaise Nadine Labaki, qui nous fait découvrir la pauvreté des enfants dans le pays par la main de son protagoniste, Zain al-Rafeea, un enfant pauvre de la banlieue de Beyrouth. Parfois, la meilleure façon de comprendre les problèmes d'un pays aussi meurtri que le Liban est de regarder sa réalité à travers la fiction.