Le Liban, une révolution en temps de pandémie

La géopolitique du virus
Protestations au Liban

AFP vía GETTY IMAGES/Ibrahim Chalhoub  -   Protestations au Liban

Après presque 100 jours de combats dans les rues, les manifestants et les citoyens libanais ont entendu fin janvier le premier paquet de mesures pour combattre ce que la société libanaise considère comme le principal problème du pays. Une corruption endémique qui, comme une pandémie, empoisonne depuis des décennies les institutions et les gouvernements successifs qui se succèdent au pouvoir depuis la fin de la guerre. Fatigués de la situation dans le pays, les citoyens espèrent seulement que le nouveau gouvernement n'agira pas de manière partisane et garantira la transparence tant attendue qui permettra un réel changement de direction politique au Liban.  

Mais le nouveau gouvernement, qui est probablement le plus homogène de l'histoire récente du Liban, formé entièrement par trois partis, le MPL (Mouvement patriotique libre) chrétien et les chiites Amal et Hezbollah, naît chargé, tant par sa composition que par la façon dont il a été formé. La composition du gouvernement rompt avec la politique traditionnelle de quotas de pouvoir au Liban, selon laquelle tous les gouvernements ont une large représentation des forces politiques présentes à l'Assemblée des représentants afin d'équilibrer le pouvoir entre toutes les factions religieuses qui composent le large spectre politique libanais. D'autre part, il s'agit d'un gouvernement formé unilatéralement par le président Michel Aoun et les partis chiites, sans consensus et en mettant délibérément de côté toutes les autres forces politiques.  

La confiance des citoyens, évidemment, ne se gagne pas seulement avec des slogans et des mots grandiloquents à la manière de ce que sait un dirigeant politique : dans un pays victime de l'ennui politique, en faillite, et avec une classe dirigeante vilipendée, le peuple veut écouter, et beaucoup, avec la certitude que le nouveau gouvernement ne signifie pas un changement dans la ligne de ce qui a été demandé depuis octobre dans les rues, craignent que cette situation ne conduise à une chasse aux sorcières contre le reste des organisations politiques exclues du nouveau pacte gouvernemental. Dès le premier jour où les Libanais sont descendus dans la rue, ils ont appelé à la révocation d'absolument toute la classe politique qui a émergé parmi les 200 familles qui forment l'élite sociopolitique du pays du cèdre, et quand ils ont dit tout, ils voulaient dire tout, à commencer par Michel Aoun. Les intentions du nouveau gouvernement n'ont aucunement pris en compte les demandes de la société libanaise, ni ne vont dans ce sens, mais elles ont annoncé une approche sélective du problème de la corruption, ce qui signifie pour certains mettre en avant l'opposition politique au président Aoun et à ses alliés, à commencer par les anciens premiers ministres Fuad Siniora et Saad Hariri, qui s'opposaient au Hezbollah et à un rapprochement avec la Syrie, ou le leader druze Walid Joumblatt, seul homme politique libanais à avoir exprimé son soutien aux classes populaires pendant les mois de protestation et seul homme politique libanais qui, en cette période de tension maximale, envoie des messages de calme à la population.  

Cela implique, bien sûr, que d'autres dirigeants politiques libanais, ayant le même niveau de responsabilité que Siniora ou Hariri, ou plus, comme Nabih Berri, leader du Mouvement Amal et président de l'Assemblée des représentants ou le membre de la Chambre des représentants et ancien ministre des affaires étrangères Gebran Bassil du MPL, seront déchargés de toute responsabilité. Gebran Bassil a été élu pour la première fois à l'Assemblée des représentants en 2005, est considéré comme un homme proche de Damas, ancien ministre des affaires étrangères et des télécommunications dans le premier gouvernement de Saad Hariri et ministre de l'énergie dans le gouvernement de Najib Mikati en 2011, a été, lors des manifestations, identifié comme l'un des principaux coupables de la situation au Liban, et est l'une des principales cibles de la colère des manifestants, la représentation cynique que rien n'a changé dans le pays. Gebran Bassil est le fils politique de Michel Aoun, qu'il a nommé président du MPL en 2015, le parti qu'il a fondé. Il est également gendre au sens propre, puisqu'il est marié depuis 1999 à l'une des filles d'Aoun. Le cas de Bassil est paradigmatique de la situation au Liban et de la manière dont le nouveau gouvernement entend s'attaquer au problème de la corruption et du renouveau politique. 

Un exemple de l'impunité avec laquelle il agit est son voyage fin janvier au sommet du Forum économique mondial de Davos, 24 heures après la formation du gouvernement au Liban. Dans une interview à la chaîne américaine CNBC, il n'a pas pu répondre à la question de savoir comment un pays en faillite pouvait financer le voyage et le séjour d'un ministre en Suisse, faisant allusion à un prétendu financement privé pour lequel il n'a pas donné d'autres explications. Le gendre de Michel Aoun est tout simplement la prise de conscience pour de nombreux citoyens qui sont descendus dans la rue ces derniers mois qu'aucun gouvernement dirigé par Aoun ne peut faire partie de la solution aux problèmes politiques du Liban, un homme qui a perpétué dans sa propre famille le style traditionnel de l'oligarchie libanaise. Les trois fils de Michel Aoun sont membres du MPL et députés à l'Assemblée des représentants, son gendre Chamel Roukoz, un ancien militaire également membre du MPL et député à l'Assemblée.

Après avoir passé 14 ans en exil en France, Michel Aoun, de retour au Liban en 2005, a exprimé son intention de poursuivre la corruption qui sévit dans le pays, et qui est à l'origine des luttes sectaires qui ont coûté la vie à Rafic Hariri, se voyant comme le sauveur du pays. Cependant, le refus après l'assassinat de Rafic Hariri de soutenir Aoun par les Hariri, et d'autres forces politiques telles que les Druzes de Walid Joumblatt, a conduit Aoun à placer la croix sur ceux qui seraient désormais ses principaux adversaires politiques.  

La nouvelle explosion de colère a eu lieu dans les rues le 21 janvier, poursuivant les violentes manifestations qui secouaient le pays d'un bout à l'autre depuis le samedi 18 janvier, pour protester une fois de plus contre le sectarisme politique qui prévaut au Liban. Les jours précédant la formation du nouvel exécutif ont eu lieu certaines des manifestations les plus intenses depuis le mois d'octobre. Devant les manifestants, les forces de sécurité libanaises, les FSI, ont dû être utilisées avec un maximum de dureté, en utilisant des balles et des balles en caoutchouc et même les fameux canons à eau qui, il y a quelques mois, ont servi à éteindre les incendies qui ont consumé le pays. Les FSI, comme la situation générale dans le pays, ont vu leurs salaires baisser et sont dans les rues depuis octobre, créant une situation explosive entre eux et les manifestants.  

Selon Amnesty International, près de 400 personnes ont été blessées rien que cette semaine à Beyrouth en raison de la nature brutale des affrontements avec les forces de sécurité. La Croix-Rouge libanaise a estimé, pour le seul samedi 18, que 300 personnes ont été blessées à Beyrouth lors des affrontements avec les FSI. Le même 21 janvier, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a dénoncé la situation de violence au Liban et a exhorté le gouvernement à moduler la réponse que le FSI donnait aux protestations. Cependant, le feu politique semblait inextinguible et, après l'annonce du nouveau gouvernement, a commencé ce que l'on a appelé la semaine de la colère au Liban. L'ampleur des manifestations a fait plus de 500 blessés dans tout le pays, sans compter les attaques de journalistes par les FSI.  

Manifestantes en Líbano
REUTERS/Mohamed Azakir - Manifestants au Liban

Une fois de plus, les derniers jours de janvier, avec l'approbation du plan économique du nouveau gouvernement, les protestations dans les rues ont augmenté. Les mesures économiques que le nouveau gouvernement prétend être déterminé à prendre, et qui ont été expressément approuvées, avec le rejet de plusieurs partis au motif que le nouvel exécutif devrait se soumettre à une motion de confiance à l'Assemblée avant d'approuver tout type de loi ou de plan économique, sont les mêmes que celles présentées dans le plan économique par le dernier gouvernement de Saad Hariri en décembre. Et tout cela dans un environnement radicalement différent de celui de décembre, avec une crise économique et sociale très difficile à résoudre et un horizon peu flatteur, où le coronavirus prévoyait de s'attaquer au Liban. Le 11 février, alors que la rue était en pleine effervescence sociale contre le nouveau gouvernement, celui-ci a confortablement adopté la motion de confiance réclamée par plusieurs partis d'opposition à l'Assemblée des représentants. Dehors, dans la rue, les affrontements entre les manifestants contre le gouvernement d'Hassan Diab et les FSI ont fait plus de 200 blessés. Comme cela s'est produit en novembre, les manifestants ont coupé les accès menant à l'Assemblée des représentants pour tenter d'empêcher le déroulement de la session parlementaire, confrontant le FSI qui a utilisé toutes ses ressources, comme le dénonce la Croix-Rouge libanaise, qui certifie l'utilisation de canons à eau et de gaz lacrymogène contre la population qui tente d'empêcher la tenue de la session de l'Assemblée. 

Parmi les exigences qui ont amené les citoyens libanais à se manifester le 17 octobre dernier, la plus importante, celle de parvenir à un gouvernement indépendant, engagé dans la lutte contre la corruption, est non seulement loin d'être réalisée, mais pour de nombreux citoyens, la situation, et pas seulement économique, s'est considérablement aggravée. Dans la rue, les manifestants rejettent la formation du gouvernement par une partie des partis qui ont perpétué le système, basé sur les traditionnels quotas de pouvoir, et cela est compris comme un mépris de leurs revendications, qui sont passées par la formation d'un gouvernement de techniciens indépendants. Le sentiment est que rien n'a changé. Le nouveau gouvernement est en partie composé de techniciens, ce que le Hezbollah a refusé de faire, mais auquel le président Aoun était favorable. Enfin, dans ce domaine, un quota paritaire a été atteint, intégrant 50 % de techniciens dans le nouvel exécutif. Par ailleurs, pour la première fois dans l'histoire du Liban, une femme a pris en charge le portefeuille de la Défense, Zerina Akar, qui occupera également la vice-présidence du cabinet présidé par Hassan Diab et dans lequel, outre Akar elle-même, il y a quatre autres femmes.   

Ministras Gobierno de Líbano
AGENCE ANADOLU/Mahmut Geldi - Ministres Gouvernement du Liban

Le nouveau premier ministre, Hassan Diab, est un ingénieur et un universitaire, proche du Hezbollah mais non affilié à un parti, il est donc théoriquement considéré comme indépendant. Doté d'un fort profil technocratique, il a occupé de 2011 à 2014 le poste de ministre de l'éducation dans le gouvernement de Najib Mikati, un gouvernement qui, comme celui qu'il dirige actuellement, est issu de l'abandon du pouvoir par Saad Hariri. Bien qu'il ne semble pas représenter un espoir de changement pour le Liban, du moins aux yeux des citoyens, on peut dire qu'il n'est pas une victime de son passé, ni connu pour être politiquement endetté, ce qui est monnaie courante dans la classe politique libanaise. Dans son premier discours public en tant que Premier ministre, il a déclaré qu'il était destinataire des demandes de la société libanaise, ce qui, comme nous l'avons vu, n'est pas partagé par les gens dans la rue, au vu des protestations que la formation de ce nouveau gouvernement a provoquées. De plus, sa proximité avec le Hezbollah ne fait pas non plus de lui le destinataire des sympathies des manifestants, qui ont vu comment, au fil des mois, ils ont dû affronter les partisans d'Amal et du Hezbollah, qui sont opposés à un changement de direction politique dans le pays.  

Pendant ce temps, le Hezbollah continue d'exercer la tutelle du nouveau gouvernement et, dans une certaine mesure, celui-ci s'est conformé à sa mesure, en plaçant à sa tête un homme proche de l'organisation chiite, Hassan Diab. Elle est également l'une des trois organisations politiques qui forment l'exécutif. En termes politiques, cela peut se traduire par une continuité, et que le Hezbollah, qui était dans une position très confortable avec l'exécutif précédent bien qu'il soit dirigé par des ennemis de l'organisation chiite, s'est appuyé sur son poids social, politique et militaire. Le Hezbollah a dû intégrer le nouveau gouvernement, à la recherche d'une stabilité bien nécessaire au niveau national. L'une des premières mesures prises par le nouvel exécutif est une exonération fiscale pour l'organisation chiite. L'année a mal commencé pour l'organisation chiite, avec une région extrêmement instable après la mort au début de l'année de Qassem Soleimani et les affrontements en Syrie avec l'armée turque. En dehors de la région, le Hezbollah a subi un revers majeur lorsque son bras politique a été déclaré organisation terroriste en Allemagne, sous prétexte que ses publications en Europe sont une apologie de la violence, ainsi qu'un instrument fondamental dans les activités de prosélytisme politique et religieux des communautés chiites européennes. L'Allemagne a pris cette mesure unilatéralement, car si l'UE a déclaré la branche armée de l'organisation chiite comme étant une organisation terroriste, il n'en va pas de même pour sa branche politique.

Début janvier, la situation officielle de l'économie nationale s'est effondrée. Cependant, avec l'entrée en fonction du nouveau gouvernement, les ministres des finances Ghazi Wazni et de l'économie Raoul Naemeh étaient prêts à déclarer le pays en faillite et à rechercher des financements étrangers. Une faillite que, pour la première fois de son histoire, le Liban a été contraint de déclarer, avec le non-paiement de sa dette au début du mois d'avril. De même, le nouveau gouvernement a été contraint de déprécier la livre libanaise par rapport au dollar, ce qui a entraîné une perte de pouvoir d'achat pour les citoyens libanais épuisés. Une partie de la population rejette ces mesures, dénonçant le fait qu'il n'y aurait pas besoin de fonds étrangers ou d'organisations supranationales si la classe politique rendait l'argent public qu'elle a volé pendant 40 ans. Dans l'esprit des Libanais épuisés, les 11 milliards de dollars de dons privés reçus par le gouvernement en 2018, qui ont été dilués, paraphrasant le caractère immortel de Philip K. Dick, comme des larmes dans des gouttes de pluie.  

Le nouveau Premier ministre, Hassan Diab, a déclaré que, suite aux mesures exprimées par ses ministres des finances et de l'économie, le gouvernement effectuera un audit de la banque centrale du Liban. Les médias indépendants aux États-Unis prédisent une contraction économique au Liban d'environ 25 % cette année et une augmentation du chômage de 25 à 50 %. Devant cette perspective, de nombreux analystes prédisent qu'il est probable que le FMI conditionnera le financement de l'Etat libanais à l'adoption de mesures économiques, comme le suivi des finances du Liban jusqu'à ce que la situation se stabilise. Le Liban maintient un déficit d'environ 11 % de son PIB, alors que l'endettement relatif du pays est de 150 % du PIB. Le chômage des jeunes s'élevait à 37% en octobre, au moment de la « révolution WhatsApp », rejoints par les près de 250 000 Libanais qui ont perdu leur emploi en raison de l'urgence sanitaire. Avec toutes ces données, il n'est pas compliqué de penser que le Liban sera l'économie la plus touchée de la région en raison de l'urgence sanitaire, selon Al Monitor. Aux données que nous venons de voir, il faut ajouter une contraction de l'économie de 12 % depuis l'émission de l'alerte sanitaire, avec une perte mensuelle de 6 %, dans un pays qui n'a subi qu'en 2109 une contraction économique de 6,5 %. Le secteur de l'énergie est l'un des domaines économiques qui pourrait apporter un souffle nouveau au Liban à l'heure actuelle. Une partie des réserves d'hydrocarbures controversées de la Méditerranée serait située dans les eaux territoriales libanaises. Le gouvernement Hariri a déjà exprimé sa volonté d'explorer pour le gaz et le pétrole et de déterminer les quantités concernées. Cependant, le même gouvernement a vendu les droits d'exploitation à des sociétés françaises et russes, avec pour effet, si possible, d'exploiter ces hydrocarbures de manière très laxiste sur l'économie libanaise. Et si c'est possible, parce qu'Israël a déclaré que 90 % des réserves sur lesquelles le Liban a juridiction se trouvent en fait dans les eaux territoriales israéliennes.  

Bien que le FMI ne se soit pas considéré comme capable de faire des projections sur l'économie libanaise à court terme, la Banque mondiale a annoncé un crédit de 40 millions de dollars pour permettre à Beyrouth de faire face à la pandémie du COVID-19 avec certaines garanties. La pandémie ne connaît pas d'autre révolution que celle qu'elle provoque dans les sociétés où elle est présente, et le Liban ne fait pas exception. Face à l'urgence de la crise sanitaire, le président Michel Aoun a lancé un appel à la communauté internationale pour qu'elle envoie une aide d'urgence à un pays confronté à une pandémie en faillite et pauvre en ressources. 

Dans les rues vides de Beyrouth et d'autres villes du pays, le Hezbollah a organisé des brigades de désinfection et a essayé d'étendre les soins de santé aux quelque quatre millions et demi de personnes qui se sont retrouvées sans couverture médicale. L'organisation chiite a mobilisé près de 15 000 volontaires pour rejoindre les brigades de désinfection, tout en mettant à la disposition du gouvernement non seulement son vaste réseau de soins de santé primaires et son système de transport d'urgence, mais aussi ses installations de pointe et ses laboratoires de traitement des tests. Comme nous l'avons vu dans un article précédent, le réseau de santé de l'organisation religieuse est probablement plus puissant que l'État lui-même, ce qui lui a permis, au cours de ces mois, non seulement de fournir une assistance médicale et d'augmenter la capacité à fournir des soins à la population dans les plus de dix hôpitaux que possède l'organisation, mais aussi de tirer profit de la distribution de nourriture à l'échelle nationale aux groupes de population qui en ont le plus besoin.

Le gouvernement a agi relativement rapidement lorsque le premier cas a été détecté le 21 février. Progressivement, tous les services non essentiels au fonctionnement de l'État ont été fermés, les aéroports ont été fermés, à commencer par Beyrouth, et un mois plus tard, une quarantaine et des restrictions de mobilité ont été décrétées pour l'ensemble de la population. Cependant, le système de santé est le reflet fidèle de la situation nationale : il est actuellement résistant, mais le manque de ressources peut le faire exploser au moment le plus inattendu. À cet égard, diverses organisations telles que Human Rights Watch soulignent que le risque d'infection face au manque et à l'impossibilité, en raison du prix élevé, d'acquérir plus d'équipements de protection individuelle, de masques et de ressources sanitaires pourrait bientôt doubler le taux actuel de contagion. La gestion de la crise sanitaire n'a de nouveau été critiquée que par le dirigeant druze Walid Joumblatt, qui est clairement le seul dirigeant politique libanais à critiquer ouvertement la situation dans le pays.  

Le manque de tests au Liban a rendu difficile l'obtention d'un nombre approximatif de cas positifs, avec environ 550 tests quotidiens effectués pour déterminer les cas du COVID-19. Au 20 mai, le Liban comptait 859 cas confirmés, 599 actifs et 26 décédés selon le groupe de recherche de la base de données UTN-FRCU, avec un taux de létalité de 2,8 %, bien que plusieurs analystes locaux estiment que les cas pourraient désormais être plus de 1 500, le nombre de cas dans les zones rurales et les camps de réfugiés étant difficile à déterminer. Selon les données fournies par le ministère de la santé, au début de la crise sanitaire, le Liban disposait de 576 lits dans tout le pays, dont 234 lits de soins intensifs et 263 ventilateurs, avec une augmentation totale de la capacité de 50 %. En d'autres termes, la limite de la capacité du système de santé libanais au début de la crise était de 864 lits, 351 lits d'USI et quelque 400 ventilateurs pour une population d'un peu plus de 6 millions d'habitants, à laquelle il faut ajouter près d'un million de réfugiés, dans un système de santé où la plupart des hôpitaux et des centres de santé sont privés, et comme ce fut le cas en 2010 avec la crise sanitaire H1N1, ils ont mis toutes les difficultés possibles à collaborer avec le ministère de la santé pour gérer la crise actuelle.  

Selon le système prédictif de The Global Health Institute de la American University of Beirut, le système de santé libanais s'effondrera irrémédiablement lorsque le nombre de personnes infectées se situera entre 17 000 et 20 000. Le 24 avril, Walid Ammar, porte-parole du ministère libanais de la santé, a déclaré à Think Global Health que le gouvernement ne reconnaissait que 677 cas de COVID-19 dans le pays. Il a également indiqué que les capacités sanitaires avaient considérablement augmenté, sans indiquer de chiffres, en se concentrant principalement sur l'hôpital universitaire Hariri à Beyrouth. Dans le même temps, elle a reconnu que le système de santé publique, si l'on peut l'appeler ainsi, manquait de tout l'équipement nécessaire pour faire face à la pandémie de manière garantie. Le gouvernement a établi 5 phases de sortie de la quarantaine, du 27 avril, fin de l'enfermement, jusqu'au 8 juin, date à laquelle on estime que le pays aura retrouvé une activité dans tous les secteurs de la société, du commerce à l'ouverture des lieux de culte. Le 13 mai, une recrudescence du nombre de cas a réactivé les mesures de confinement de la population, mesures qui ont pris fin le 27 mai.  

Mais même les mesures d'urgence prises pour faire face à l'urgence sanitaire n'ont pas arrêté les protestations. Le 26 avril, dernier jour de confinement décrété par le gouvernement, les Libanais sont descendus à nouveau dans la rue, un incident qui a déterminé le haut niveau de violence enregistré au cours du dernier mois de protestations. Dans la nuit du lundi 27, l'armée a tiré sur des groupes de manifestants à Beyrouth et dans d'autres villes du pays, tuant une personne à Tripoli. Dans la nuit du 28 au 29, les rues du Liban étaient en feu de rage face aux actions de l'armée et aux déclarations du nouveau Premier ministre qui, après avoir condamné avec beaucoup de laxisme les actions manifestement excessives de l'armée, a averti la population des conséquences de rester dans les rues. Cette nuit-là, le Liban a été allumé par les incendies provoqués par les attaques contre les agences bancaires dans tout le pays.  

Manifestaciones en Líbano
REUTERS/Ali Hashisho - Manifestations au Liban

Depuis le début de la révolution en octobre, les banques libanaises ont été en première ligne des protestations des citoyens. Après avoir fermé pendant environ un mois après le début des manifestations, ils ont mis en place une sorte de corralito pour limiter le montant d'argent qu'ils pouvaient distribuer aux citoyens, face à la crainte d'un retrait massif d'argent liquide impossible à couvrir avec les réserves existantes. Ce montant maximum quotidien que les citoyens libanais peuvent recevoir, après plus de 6 mois de corralito, a été réduit à 100 dollars par citoyen. De plus, le gouverneur de la Banque centrale du Liban a donné l'ordre, quelques jours avant la fin de la quarantaine, de ne pas échanger les dollars pour moins de 3200 livres/dollar. Malgré le fait qu'Hassan Diab semble avoir réitéré son intention de contrôler la Banque centrale et annoncé la destitution du gouverneur, accusé d'opacité dans les comptes et d'avoir organisé le corralito, les groupes de citoyens qui se sont organisés pendant les premiers mois des manifestations pour manifester et bloquer les agences, exigeant une solution pour que les citoyens puissent récupérer leurs économies, ont fini par exploser. Réorganisés, ils continuent à se rassembler quotidiennement devant les branches pour protester, mais plus avec le caractère nettement pacifique des premiers mois. Malgré une quarantaine imposée par le nouveau gouvernement début mai, les protestations se poursuivent dans les rues du Liban. Le danger pour les manifestants n'est plus le COVID-19, mais la menace est représentée par les perspectives économiques d'un pays en faillite au milieu d'une crise économique et sociale mondiale, plus dure que celle de la dernière décennie et du même niveau que celle vécue il y a un peu moins d'un siècle, où les citoyens n'ont plus les moyens de voyager, de scolariser leurs enfants ou pire, de se nourrir. Avec la baisse de la livre libanaise, le salaire moyen au Liban à la fin du mois d'avril suffisait pour acheter deux litres de lait.  

La situation au Liban a été l'une des questions prioritaires discutées lors du sommet de la Ligue arabe en Égypte à la fin du mois d'avril. Sans parvenir à un quelconque accord sur la manière de traiter la question libanaise au sein de la Ligue, les pays membres se sont limités à faire une déclaration institutionnelle de soutien au gouvernement et aux forces de sécurité. Le gouvernement, quant à lui, a demandé début mai aux banques privées libanaises d'augmenter l'octroi de crédits et l'extension et l'élargissement de ceux déjà accordés afin de tenter d'obtenir un flux minimum de capitaux, en sollicitant l'aide d'un FMI douteux, auquel elles ont demandé un crédit de 10 milliards de dollars, offrant entre autres l'assouplissement du taux de change de la livre libanaise.  

L'une des conséquences inattendues de la pandémie à laquelle le gouvernement a dû faire face est l'impact sur les prisons dans tout le pays. À la mi-mars, comme dans le reste du pays, de vives protestations ont eu lieu dans les prisons en raison du surpeuplement de la population carcérale au Liban et de l'absence totale de mesures pour prévenir ou atténuer l'incidence du COVID-19 dans les prisons. Selon Carnegie, depuis la fin du mois de mars, il n'existe aucune information fiable sur la situation. Selon ce groupe de réflexion, le gouvernement a donc ignoré les demandes, se limitant à utiliser la force pour mettre fin aux protestations.  

Manifestantes en Líbano
REUTERS/Mohamed Azakir - Manifestants au Liban

Le dernier des problèmes urgents auxquels le nouveau gouvernement a dû faire face ces derniers mois est celui des réfugiés au Liban, qui sont à nouveau expulsés du pays. Pour ce faire, le gouvernement a eu recours à la redéfinition des conditions d'octroi du statut de réfugié à Beyrouth et à la promotion du retour volontaire, en violation des directives du HCR (Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés). En faveur du nouveau gouvernement, il joue sur le fait que la situation économique au Liban n'est plus favorable et que de nombreux Syriens qui sont entrés dans le pays pour échapper à la violence ont choisi de rentrer ou de trouver un autre lieu de refuge. Selon les données du gouvernement, le gouvernement libanais a alloué environ 25 milliards de dollars pour s'occuper, selon le HCR, du million de réfugiés temporaires que le Liban accueille sur son territoire, dont environ 950 000 sont syriens et environ 20 000 d'autres nationalités, principalement irakiens et soudanais. Le nombre de réfugiés permanents, principalement des Palestiniens, est estimé par le HCR à environ 500 000. La rhétorique de la classe politique libanaise n'aide pas à aborder le problème des réfugiés dans une situation limite comme celle que connaît actuellement le Liban.  

La rhétorique de la classe politique libanaise n'aide pas à traiter le problème des réfugiés dans une situation limite comme celle que connaît actuellement le Liban. Les paroles de Gebran Bassil en 2017 à cet égard définissent ce qu'une grande partie de la classe politique pense de la situation des réfugiés au Liban. Dans un acte du MPL, il a appelé avec une rhétorique ouvertement raciste les réfugiés syriens à quitter le Liban, parce qu'il n'y a qu'un seul endroit où ils devraient être, leur pays. Pour le ministère de la santé, ils constituent la source de contagion la plus grave de tout le pays. Selon le HCR, le premier cas dans un camp a été enregistré à la fin du mois d'avril. La meilleure stratégie pour lutter contre la pandémie dans les camps de réfugiés a donc été de se laver les mains et de confier le contrôle de la crise aux Nations unies, qui ont fait état des difficultés à faire parvenir les soins de santé de base dans les camps.    

Cependant, le dernier, ou l'avant-dernier chapitre au Liban est en train de s'écrire en ces premiers jours de juin. Le 4 juin, près de 200 domestiques éthiopiens au Liban se sont réunis devant l'ambassade d'Éthiopie à Beyrouth. Ils avaient été expulsés des maisons dans lesquelles ils travaillaient. L'ambassade a essayé de trouver un logement, mais a rencontré les difficultés inhérentes à la situation dans le pays. La solution semble donc lente et compliquée et consiste à essayer de trouver un logement pour ces 200 personnes qui restent dans les rues au milieu des protestations et d'une pandémie virulente qui n'a pas encore dit son dernier mot.  

Traditionnellement, les citoyens éthiopiens sont embauchés pour le travail domestique au Liban dans le cadre de la Kefala, un système traditionnel d'emploi de travailleurs étrangers au Moyen-Orient, selon lequel l'employeur embauche le travailleur à l'origine et assume la responsabilité de son séjour et de son statut juridique pendant la durée de la relation de travail. L'employeur impose des conditions de travail et décide quand et comment mettre fin à la relation de travail. Depuis le début de la crise sanitaire causée par le COVID-19 au Liban, près de 7 000 travailleurs domestiques, sur les 250 000 que compte le pays selon Amnesty International, ont été expulsés de leur emploi et rapatriés par leurs ambassades. La plupart de ces travailleurs, employés dans le secteur domestique et la construction, étaient originaires d'Éthiopie, du Bangladesh et des Philippines. Le tableau est vraiment sombre.