Le Maghreb renforce les restrictions sur le COVID-19 pour le Ramadan

Les gouvernements du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie décrètent de nouvelles mesures pour réduire la mobilité pendant le mois sacré en raison de l'augmentation des contagions en Afrique du Nord
Atalayar_Magreb COVID

AFP/FADEL SENNA  -   Un homme portant un masque contre la propagation du Covid-19 se promène dans la vieille ville de Marrakech

Les gouvernements d'Afrique du Nord ont décidé de se blinder contre le COVID-19 pendant le mois sacré du Ramadan. Le ton est repris au Maroc, en Algérie et en Tunisie, où les autorités ont décidé d'imposer une nouvelle série de restrictions en raison de l'augmentation significative du nombre d'infections causées par les nouveaux variants qui circulent dans la région, selon les autorités sanitaires.

Malgré les similitudes évidentes entre les pays qui composent le Maghreb, chaque gouvernement a choisi de déployer des mesures différentes en réponse à leur situation spécifique. Un point en faveur de la stabilisation des contagions est le fort développement des campagnes de vaccination, notamment au Maroc, qui donne au Royaume Alaouite un avantage sur ses voisins.

Le 7 avril, les autorités marocaines ont imposé un couvre-feu nocturne entre 20 heures et 6 heures du matin afin de limiter la mobilité au cours du mois suivant. La mesure est entrée en vigueur le premier jour du Ramadan - le 13 - et durera jusqu'à la fin du mois, c'est-à-dire jusqu'au 12 mai. C'est le deuxième mois sacré consécutif qui est célébré avec des restrictions, de sorte qu'une partie de l'opinion publique a manifesté son indignation à l'égard du gouvernement. 

Atalayar_Magreb COVID
PHOTO/AP - Des médecins marocains attendent des membres de l'agence de santé pour une consultation lors du deuxième jour de la campagne de vaccination COVID-19 à l'hôpital Cheikh Khalifa à Casablanca, au Maroc

La Commission scientifique et technique du COVID-19, chargée de gérer la situation sanitaire au Maroc, a justifié cette décision après avoir annoncé la légère augmentation des infections et la découverte d'une nouvelle variante du virus, détectée dans la ville de Ouarzazate (sud) et présente dans 7 régions. Celle-ci peut être qualifiée de "100% marocaine", selon le directeur du laboratoire de biotechnologie de la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, Azzedin Ibrahimi. 

Depuis le début de la pandémie, le Maroc a recensé un total de 506 000 cas et 8 945 décès. Des sources au ministère de la santé indiquent que 364 nouvelles infections ont été détectées hier et qu'un seul décès a été enregistré. En matière de vaccination, le Royaume Alawi est le leader de tout le continent. Depuis le début de sa campagne de vaccination, fin janvier, les autorités sanitaires ont vacciné près de 9 millions de personnes sur une population totale de 36 millions, et le rythme ne cesse de s'accélérer. Le Maroc utilise les vaccins d'AstraZeneca et de Sinopharm, et attend l'arrivée de doses supplémentaires de ces deux sociétés et du programme COVAX.

De son côté, le gouvernement algérien a également réagi par des mesures palliatives à la menace de la troisième vague. Riyad Mehdaoui, membre du comité scientifique du ministère de la santé chargé de la surveillance du virus, a admis que les dernières données sur le COVID-19 dans le pays sont "vraiment inquiétantes". Depuis le début de la pandémie, l'Algérie a enregistré un total de 120 000 infections et 3 155 décès, mais les infections ont augmenté ces derniers jours de 200% suite à l'arrivée des variantes britannique et nigériane. 

Atalayar_Magreb COVID
AFP/ RYAD KRAMDI - Un agent médical tient une fiole du vaccin russe Sputnik V contre le coronavirus COVID-19 dans une clinique de la ville de Blida, à quelque 45 kilomètres au sud-ouest de la capitale algérienne

Hier, l'Algérie a signalé 156 nouveaux cas et 3 décès. Le gouvernement a lancé sa campagne de vaccination un jour après le Maroc, après avoir reçu un total de 50 000 doses du vaccin russe Sputnik V. Le contrat avec le gouvernement russe prévoyait l'achat d'un million de vaccins d'ici mai. Par ailleurs, Alger a conclu la semaine dernière un nouvel accord avec Moscou pour produire le vaccin russe sur le sol algérien.

Malgré l'achat des doses, la campagne de vaccination menée par l'Algérie progresse lentement. Jusqu'à présent, seules 15 000 doses ont été inoculées, alors que la population totale du pays est de 43 millions de personnes. Face à cette situation, les autorités ont choisi d'imposer des restrictions limitées à un total de 9 wilayas - régions administratives - dont Alger et Oran, avec un couvre-feu de 23h à 4h du matin. Toutes les prières peuvent encore avoir lieu, mais les mosquées ne peuvent être ouvertes plus d'une demi-heure.

En Tunisie, les autorités ont décrété la fermeture des écoles primaires et secondaires et des universités à partir de cette semaine et jusqu'au 30 avril. Ils ont également restreint la circulation des transports publics et interdit la circulation entre 19 heures et 5 heures du matin, sauf en cas d'urgence.

Le gouvernement tunisien, sous la pression du secteur de la restauration, a écarté l'imposition d'un couvre-feu à partir de 19 heures, comme annoncé initialement. Le Premier ministre, Hichem Mechichi, a rectifié sa décision le 10 avril et a finalement annoncé que le couvre-feu entrerait en vigueur à partir de 22 heures. Si les magasins peuvent rester ouverts au public jusqu'à cette date, les fêtes privées restent interdites pendant le mois de Ramadan. 

Atalayar_Magreb COVID
AFP/ FETHI BELAÏD - Le Premier ministre tunisien, Hichem Mechichi

La Tunisie fait partie des cinq pays d'Afrique où le nombre de nouvelles infections est le plus élevé, selon les chiffres de CDC-Afrique. Depuis mars dernier, le pays a enregistré un total de 285 490 cas et plus de 9 700 décès. Hier, il y a eu 1 514 nouvelles infections et 66 décès. Le pays a connu une forte augmentation des décès liés au coronavirus depuis le début du mois. En outre, les autorités sanitaires ont mis en garde contre la surpopulation des hôpitaux.

Plus de 225 900 personnes sur les 11,7 millions d'habitants que compte la Tunisie ont reçu au moins une dose de Pfizer depuis le lancement de la campagne nationale de vaccination le 13 mars. Selon les derniers chiffres publiés lundi par le ministère de la santé, pas moins de 10 118 personnes ont été vaccinées dimanche et 33 019 autres ont reçu la deuxième dose. En outre, plus de 1,5 million de personnes se sont inscrites sur la plateforme numérique de vaccination evax.tn.

L'Afrique du Nord a été la deuxième région la plus touchée par le COVID-19 sur l'ensemble du continent, derrière le sud. Cependant, contrairement à ses voisins du sud, le Maghreb est la région la plus avancée en termes d'immunisation contre le virus dans toute l'Afrique grâce à l'effet du Maroc. Pourtant, le continent africain n'est devancé que par l'Océanie dans la course à la vaccination, et l'écart avec le suivant, l'Europe, est de 160 millions de vaccins.