PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Mali opte pour un nouveau calendrier pour rendre le pouvoir aux civils

La junte militaire au pouvoir a proposé à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) la création d'une feuille de route transitoire
Sur cette photo d'archive prise le 18 septembre 2020, le colonel Assimi Goita (C), président du CNSP (Comité national pour le salut du peuple)

AFP/MICHELE CATTANI  -   Sur cette photo d'archive prise le 18 septembre 2020, le colonel Assimi Goita (C), président du CNSP (Comité national pour le salut du peuple)

Samedi, la junte au pouvoir au Mali a proposé à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) la création d'un nouveau calendrier visant à rendre le pouvoir aux civils, selon le ministre des affaires étrangères Abdoulaye Diop.

Le conseil militaire avait initialement demandé un délai pouvant aller jusqu'à cinq ans, une période incongrue pour la CEDEAO, qui tiendra un sommet extraordinaire dans la capitale ghanéenne Accra dimanche. Cette décision intervient à un moment où de nouvelles sanctions sont susceptibles d'être imposées au pays.  

Le colonel Assimi Goita, chef autoproclamé du Comité national pour le salut du peuple
AP/BABA AHMED - Le colonel Assimi Goita, chef autoproclamé du Comité national pour le salut du peuple

La télévision d'État a rapporté que le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maiga, s'est rendu à Accra samedi pour présenter un nouveau plan au président actuel du Ghana, Nana Akufo-Addo, qui préside également la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest. Selon le ministre des Affaires étrangères, Goodluck Jonathan, médiateur de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, qui était en mission au Mali pendant la semaine, a demandé à la junte militaire de reconsidérer la proposition d'une transition qui s'étendrait sur cinq ans à partir du 1er janvier 2022.

"Le président de transition, le colonel Assimi Goita, qui est désireux de poursuivre le dialogue et la bonne coopération avec la CEDEAO, nous a envoyés rencontrer le président du Ghana, avec une nouvelle proposition à présenter à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, mais il n'a pas précisé la nouvelle période de temps pour le processus de transition proposée par le conseil militaire", a déclaré le ministre des affaires étrangères à la télévision d'État. 

Carte du Mali montrant la capitale, Bamako, où des soldats ont détenu le président et le premier ministre lundi
AFP/AFP- Carte du Mali montrant la capitale, Bamako, où des soldats ont détenu le président et le premier ministre lundi

Le 12 décembre, une réunion au sommet des dirigeants d'Afrique de l'Ouest a appelé à la tenue d'élections avant le 27 février de cette année, tout en maintenant les sanctions précédemment imposées à près de 150 personnes, en gelant certains actifs financiers et en imposant des interdictions de voyager au sein de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest, ainsi qu'en imposant de nouvelles sanctions économiques et financières. La situation au Mali s'est détériorée depuis que le colonel Assimi Goita a mené un coup d'État contre le président élu de l'époque, Ibrahim Boubacar, en août 2020.   

En outre, menaçant de sanctions, Assimi Goita a promis de rétablir un régime civil après la tenue des élections présidentielles et législatives. Cependant, Goita a mené un second coup d'État en mai 2021, forçant le retrait d'un gouvernement civil intérimaire.    

Carte montrant les zones d'influence des groupes armés au Sahel et les bases militaires régionales
AFP/AFP - Carte montrant les zones d'influence des groupes armés au Sahel et les bases militaires régionales

Cette crise politique s'ajoute à la dangereuse crise sécuritaire à laquelle le pays est confronté depuis 2012, ainsi qu'à l'émergence de nouveaux groupes d'insurgés djihadistes dans le nord du pays, hors du contrôle du gouvernement. Ce dernier coup d'État est le cinquième du Mali, le premier ayant eu lieu huit ans seulement après l'indépendance en 1960, lorsque le premier président civil, Modibo Keita, a été renversé par le lieutenant Moussa Traoré. 

Depuis lors, quatre coups d'État se sont succédé, le deuxième en 1991, un autre en 2012 et les suivants en 2020 et 2021, fragmentant encore davantage la sécurité du pays, notamment dans les zones rurales, et entraînant l'émergence de nouveaux groupes armés.