Le Maroc accuse l'Espagne de "tenter d'européaniser une crise bilatérale"

Le ministre marocain des affaires étrangères a souligné que "la crise n'a pas commencé avec l'arrivée de Ghali et ne se termine pas avec son départ"
Atalayar_Nasser Bourita, ministro Exteriores Marruecos

AFP/FADEL SENNA  -   Nasser Bourita, ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Maroc

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Naser Bourita, a affirmé aujourd'hui que le gouvernement espagnol "tente d'européaniser une crise qui est bilatérale" entre le Maroc et l'Espagne et qui "n'a pas pris fin le 1er juin" avec le départ du territoire espagnol du leader sahraoui Brahim Ghali.

"La crise est là parce que ses causes profondes perdurent", a poursuivi M. Bourita, qui s'est exprimé ainsi lors d'une apparition devant la presse après la visite de son homologue hongrois, Peter Szijjarto.

M. Bourita a répété jusqu'à quatre fois que "la crise est bilatérale" et "politique", tandis que l'Espagne "tente de l'européaniser et de la détourner de ses causes connues, qui sont de plus en plus reconnues par un nombre croissant d'acteurs", a-t-il déclaré.

"Il s'agit avant tout d'une crise de confiance mutuelle, liée à une attitude que le Maroc considère comme contraire à l'esprit du partenariat : l'essentiel est la cohérence entre les actions et les paroles sur le séparatisme (car) on ne peut pas interdire le séparatisme dans son pays et l'encourager chez son voisin".

En de précédentes occasions, Bourita lui-même a rappelé que son gouvernement avait toujours gardé ses distances avec le séparatisme catalan, et a accusé l'Espagne, en retour, d'agir de connivence avec le "séparatisme sahraoui", qui s'est notamment manifesté par l'arrivée et l'hospitalisation de son leader, Brahim Gali, dans un hôpital de Logroño pour un traitement contre le COVID. 

Atalayar_Brahim Ghali, jefe Frente Polisario
PHOTO/REUTERS - Brahim Ghali, secrétaire général du Front Polisario

Mais M. Bourita a répété que "la crise n'a pas commencé avec l'arrivée ni ne s'est terminée avec le départ de cette personne".

"Européaniser cette crise est une fuite en avant, une manière de détourner l'attention", a déclaré Bourita, pour qui "le Maroc est satisfait de sa relation avec l'Union européenne et de sa coopération multiforme avec elle", citant les récentes déclarations de deux responsables européens louant la relation avec Rabat.

Il a également évoqué la question des migrations : "Nous n'avons aucune leçon à recevoir, nous agissons comme les partenaires que nous sommes", a-t-il déclaré, en référence aux accusations d'avoir encouragé, activement ou par négligence, l'émigration massive, les 17 et 18 mai, de plus de 10 000 de ses citoyens vers la ville de Ceuta.

Demain, le Parlement européen votera sur une motion controversée - que Bourita n'a pas mentionnée - sur "l'utilisation d'enfants par les autorités marocaines dans la crise migratoire de Ceuta", et la possibilité qu'elle constitue une violation de la Convention des Nations unies sur les droits de l'enfant.