PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc commence à ressentir les avantages de la numérisation

Selon la Banque mondiale, les TIC du Royaume ont stimulé l'emploi dans la région et les entreprises profitent de la transition numérique
AFP/FADEL SENNA

AFP/FADEL SENNA  -   Le Maroc s'engage de plus en plus dans le processus technologique

Un nouveau rapport de la Banque mondiale a révélé que le Maroc constate les bons effets que la technologie apporte à son économie. Le document est intitulé "Les avantages du numérique pour les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord : l'adoption des technologies numériques peut accélérer la croissance et créer des emplois" et réaffirme la performance du royaume alaouite dans ce processus.  

Actuellement, 98 % de la population de ce pays d'Afrique du Nord utilise un téléphone portable. Ces derniers utilisent également la couverture 4G et, par conséquent, les Marocains obtiennent de meilleurs résultats que la moyenne mondiale, les données allant au-delà de 81 % et la moyenne régionale ne dépassant pas 86 %.  

Le Maroc s'engage de plus en plus dans un processus technologique tourné vers l'avenir. À l'heure actuelle, c'est l'un des rares pays d'Afrique à avoir modifié plusieurs cadres juridiques pour établir ou actualiser ses lois en faveur de l'utilisation des technologies. Cela a été particulièrement bénéfique pour de nombreuses entreprises, qui ont pu étendre leur pouvoir grâce à l'Internet. Le rapport indique que plus de 55 % des entreprises marocaines disposent désormais de leur propre site web.  

digitalizacion marruecos
PHOTO/FILE - Plus de 55% des entreprises marocaines ont leur propre site web

En plus de ces bons chiffres, le rapport révèle que 62% de la population utilise l'internet, l'un des taux les plus élevés pour un pays africain. D'autre part, plus de 97% des entreprises utilisent le courrier électronique pour tout échange, dépassant la moyenne mondiale de 70% et 55% au niveau régional. 

Malgré cela, le taux d'adoption de tout type de technologie au Maroc reste très faible par rapport à la moyenne mondiale. La technologie n'a pas encore totalement pénétré la population du pays, malgré les efforts déployés pour l'inclure dans tous les systèmes, car elle craint davantage les risques tels que les escroqueries ou la fraude en ligne que les avantages qu'elle peut apporter.  

L'un des exemples les plus clairs en est le passage du coronavirus, qui a imposé l'utilisation de dispositifs technologiques pour toutes les transactions, tant au niveau national qu'international. Les Marocains ne se sont pas encore totalement adaptés à cette situation, et pour eux, il est encore préférable d'utiliser les moyens traditionnels de paiement, d'achat, etc. En outre, il s'agit d'une tendance qui est encore plus répandue dans les zones rurales que dans les grandes villes.

PHOTO/MAP - El rey Mohamed VI inaugura la Ciudad de la Innovación Souss-Massa de Marruecos
PHOTO/MAP - Le roi Mohammed VI inaugure la Cité de l'innovation de Souss-Massa au Maroc

Les institutions du pays ont été des pionnières dans l'adoption de la technologie au niveau de la base. Le Maroc obtient un score de 67%, ce qui est supérieur à la moyenne mondiale et à la moyenne régionale de 64% et 57% respectivement. Cela fait de cette nation nord-africaine l'une des plus développées sur le plan technologique.  

La Banque mondiale explique que la numérisation complète des économies de la région MENA peut avoir un impact très positif, générant une croissance du PIB par habitant d'au moins 46 % sur 30 ans. "Les avantages du passage à une économie plus numérique sont exponentiels et les gouvernements doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour lever les obstacles à cette transition", ajoute la banque. Elle indique que si toutes les économies de la région adoptaient la numérisation, leur gain serait estimé à environ 1 600 milliards de dollars. 

AFP/ERIC BARADAT - Sede en Washington del Grupo del Banco Mundial
AFP/ERIC BARADAT - Siège de la Banque mondiale à Washington

Toutefois, si une nation entame le processus, elle devrait atteindre un PIB par habitant de près de 300 milliards de dollars au cours de la seule première année. Cela signifierait pour ces pays des revenus très importants, qui sont normalement faibles et qui, grâce à la numérisation, commenceraient à augmenter d'au moins 81 %.  

L'entité souligne également que l'emploi sera favorisé grâce à la transition numérique. Les progrès technologiques peuvent entraîner une réduction du chômage, notamment pour les personnes qui ont actuellement plus de mal à trouver un emploi. 

"Plus la transition est rapide, plus les gains sont importants. La transformation numérique permettrait de créer des emplois dans une région où le taux de chômage est inacceptable, notamment chez les jeunes et les femmes. Avec un effort concerté, il est possible de changer la situation", déclare Ferid Belhaj, vice-président de la Banque mondiale pour la région MENA.