PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc dans le top 5 des pays africains pour le financement des start-ups agroalimentaires

Le Maroc figure parmi les cinq plus grands marchés du continent, selon le premier rapport mondial sur le financement des start-ups agroalimentaires en Afrique, établi par la société américaine AgFunder
Agricultores marroquíes cosechan uvas en el viñedo "Val d'Argan" en el pueblo de Ounara, en la región occidental de Essaouira

AFP/FADEL SENNA  -   Des agriculteurs marocains récoltent des raisins dans le vignoble "Val d'Argan" dans le village d'Ounara, dans la région occidentale d'Essaouira

Le rapport, élaboré par AgFunder en collaboration avec le Fonds d'investissement international britannique et la Banque de développement néerlandaise, estime que, en termes de volumes d'investissement, le Maroc figure parmi les cinq premiers pays du continent. Avec un chiffre d'affaires estimé à 15,4 millions de dollars, celui-ci a augmenté de 3,2% par rapport à 2020. Au cours des cinq dernières années, les investisseurs ont injecté plus de 1,1 milliard de dollars dans 119 entreprises innovantes du secteur agroalimentaire, dont 482 millions de dollars pour la seule année 2021. Ces chiffres représentent une augmentation de 250% par rapport à 2020 et représentent 1% des investissements mondiaux tout en occupant 17% de la population mondiale.

En tête du classement, on trouve l'Égypte avec une collecte annuelle de 186 millions de dollars, tandis que le Nigeria et le Kenya ont collecté respectivement 147 millions et 88,5 millions de dollars. Ils sont suivis par l'Afrique du Sud avec 22,1 millions. En termes d'accords avec des entreprises agroalimentaires, le Maroc occupe également la cinquième place avec sept accords, loin derrière le Nigeria (38), l'Égypte (36), le Kenya (32) et l'Afrique du Sud avec 14 accords.

agricultores-economia-marruecos
AFP/FADEL SENNA - Une femme marocaine trie les bourgeons de roses de Damas (Rosa Damascena), qui sont utilisés pour fabriquer des produits cosmétiques

Cela intervient alors que le Maroc a perdu trois points dans l'indice de sécurité alimentaire, passant de la 57e à la 113e place, et a pour toile de fond la guerre en Ukraine, qui a intensifié les conflits autour des ressources céréalières dans le monde. La prolifération du Maroc dans ce secteur est reconnue à son tour par une étude de l'INRA (Institut national de la recherche agronomique), qui affirme que le Maroc s'est engagé dans la production de céréales par la nano-irrigation et la minimisation de l'utilisation de l'eau pour optimiser sa productivité.

Business Insider, un journal numérique américain spécialisé dans l'économie et les informations financières et commerciales, a dressé une liste dans laquelle il classe le Maroc comme le cinquième meilleur pays d'Afrique pour les investissements. En outre, il s'agit également de la cinquième plus grande économie du continent avec un PIB de 124 milliards de dollars en 2021 qui devrait croître de 3,2 % d'ici la fin de l'année. 

Des pays comme l'Arabie saoudite, depuis 2016 dans le cadre du projet "Vision 2030" d'élargissement et d'expansion de l'économie du Golfe, ont présenté une proposition d'investissement agroalimentaire dans le pays marocain. Selon des sources officielles citées par Asharq Al-Sawat, la Fédération des chambres saoudiennes a approuvé le projet d'investissement, qui concernera dix autres pays, lié à la culture de fruits et légumes dans le pays, ainsi qu'à la spécialisation de la production de semences hybrides. 

economia-marruecos-agricultura-mujeres
REUTERS/ABDELHAK BALHAKI - Des femmes amazighes sont assises ensemble pendant qu'elles écrasent les noix d'argan pour en extraire les amandes à la coopérative agricole féminine Taitmatine à Tiout, près de Taroudant, au Maroc

"Le rapport met en lumière les innovations au sein de l'agriculture africaine pour relever les défis actuels en matière de production et de distribution alimentaire tout en aidant le secteur à répondre et à s'adapter aux impacts de l'urgence climatique", explique Chirantan Patnaik, responsable du capital-risque chez British International Investment. Selon le rapport, l'intérêt des investisseurs pour l'Afrique diffère des tendances mondiales. 

Parmi les entreprises qui ont le plus investi dans le pays, Midstream Technologies arrive en tête de liste avec 293 millions de dollars entre les investissements et les mouvements d'actifs, soit 61 % du total. Elles sont suivies par les solutions de vente au détail en nuage, l'épicerie électronique, les technologies de vente au détail pour les magasins physiques et les fintechs agroalimentaires. En outre, le Maroc dispose de l'une des meilleures offres de vente au détail en magasin visant à numériser le marché hors ligne existant sur le continent africain, qui représente environ 80 % du marché.  

Le marché du capital-risque dans les jeunes entreprises agroalimentaires se développe et se renforce d'année en année. En fait, cette année est en passe de battre le record de 2021, avec des start-up de l'agroalimentaire qui lèveront environ 400 millions de dollars au cours du premier semestre de 2022.