PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc déploie d'importants moyens pour la surveillance de ses frontières maritimes et terrestres

Abdellatif Loudiyi, délégué chargé de la défense, a assuré que 50 000 hommes seront mobilisés pour améliorer les systèmes de surveillance
cooperacion-militar-francia-marruecos

AFP/FADEL SENNA  -   Des soldats de l'armée marocaine à un point d'observation pendant l'exercice militaire "African Lion" dans la région de Tan-Tan, dans le sud-ouest du Maroc, le 18 juin 2021.

La situation en Afrique du Nord ne laisse aucune place au calme. Le Maroc, en tant que leader régional, préfère anticiper les mouvements de ses voisins et, compte tenu de la situation tendue avec plusieurs pays voisins - notamment l'Algérie depuis la rupture des relations diplomatiques à la fin du mois d'août dernier - il préfère protéger ses frontières en redoublant d'efforts pour maintenir la sécurité dans le Royaume. Ils mobilisent actuellement des ressources matérielles et humaines pour surveiller les 3 330 kilomètres de frontières terrestres et les 3 500 kilomètres de frontières maritimes.

paso-frontera-argelia-marruecos
PHOTO/ARCHIVO - Poste frontière entre l'Algérie et le Maroc

Abdellatif Loudiyi, délégué chargé de l'Administration de la défense nationale (DNA), affirme que "la surveillance des frontières, ainsi que le renforcement des capacités opérationnelles pour faire face aux menaces, figurent parmi les principales préoccupations des Forces armées du Royaume (FAR)". Loudiyi a déclaré lors du débat sur le budget de son département par la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants que "la mission de l'armée marocaine, ainsi que de la gendarmerie royale, est de mobiliser d'importants moyens matériels et humains pour contrôler et surveiller les frontières".
 
Cet effort de surveillance accru auquel le délégué fait référence repose sur un système de points fixes et d'appui, des unités d'intervention, un système de surveillance électronique - composé d'un réseau de radars fixes et mobiles - ainsi que des moyens audiovisuels et des drones. En plus de ce déploiement, les Forces aériennes royales déploieront une série de radars fixes pour avertir de toute incursion dans l'espace aérien marocain.

refugiados-marruecos-melilla-frontera
REUTERS/JUAN MEDINA - Clôture frontalière entre le Maroc et l'enclave nord-africaine de Melilla.

Enfin, en ce qui concerne les frontières maritimes, la Marine royale fait preuve, selon les termes d'Abdellatif Loudiyi, d'une "vigilance permanente dans la lutte contre les activités illégales dans les eaux territoriales au moyen de radars de surveillance maritime et de la mobilisation d'unités d'intervention le long des côtes marocaines". 
 
La Gendarmerie royale marocaine joue également un rôle clé à tous les niveaux dans la surveillance et la protection des frontières. Loudiyi a annoncé la mobilisation de 50 000 militaires pour ces tâches, ainsi que l'investissement d'une importante somme d'argent pour la réparation et la maintenance du système de surveillance électronique des frontières.

banderas-argelia-marruecos
AFP/FADEL SENNA - Drapeaux marocain et algérien à Saïdia, à la frontière entre les deux pays.

Cette nouvelle initiative du Maroc fait suite à la création, en février, d'une zone militaire à la frontière avec l'Algérie et à l'établissement d'un commandement à Al Hoceima il y a quelques semaines. L'objectif de ce dernier est de fournir "la plus grande flexibilité et la plus grande liberté d'action nécessaires pour s'adapter aux 'conditions d'urgence' dans la région qui s'étend de l'est d'Al Hoceima au nord de Moulay Bousselham". En outre, Hassane Erreda, un général de brigade des FAR, sera chargé de l'installation à Al Hoceima, où il a déjà établi le quartier général du premier bataillon d'infanterie.