PUBLICIDAD

Marruecos

Le Maroc et la Chine, deux nouveaux alliés proches

La "nouvelle route de la soie" engagera le pays asiatique à investir dans le Royaume par l'établissement d'entreprises dans la région
Drapeaux de la Chine et du Maroc

 -  

Les alliances du Maroc s'élargissent et il semble que la Chine devienne un bon allié pour le pays alaouite. Les deux nations concluent des accords économiques qui signifient un renforcement des relations. La Commission nationale du développement et de la réforme, l'une des délégations asiatiques et sous la direction de Ning Jizhe, a rencontré Nasser Bourita, le ministre marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Expatriés, par vidéoconférence, au cours de laquelle ils ont signé plusieurs accords économiques.

Selon l'agence de presse EFE, les deux régions ont signé un accord dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle initiative chinoise Belt and Road (BRI), connue sous le nom de "Nouvelle route de la soie". La signature de ces accords aura des conséquences positives pour les deux pays. Leur principal objectif est de renforcer la coopération économique et les échanges commerciaux entre les deux pays et de donner la priorité à la construction de ports, de chemins de fer et d'aéroports autonomes.

"Je saisis cette occasion pour adresser mes félicitations au Parti communiste chinois à l'occasion de la célébration de son centenaire. La signature du "Plan de mise en œuvre conjoint pour la nouvelle route de la soie" n'est pas une coïncidence. Entre le Royaume du Maroc et la République populaire de Chine, ils interviennent comme l'une des premières, sinon la première, activité diplomatique de 2022", a déclaré Bourita au début de l'appel. 

Nasser Bourita, ministro de Asuntos Exteriores del Reino de Marruecos
Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères du Royaume du Maroc

L'accord a pour mission de favoriser l'accès aux financements chinois prévus par le nouveau projet, qui facilitera le commerce du Maroc et, en outre, permettra de réaliser de grandes idées et de grands projets à l'intérieur même des frontières du pays maghrébin. Le Maroc aura ainsi accès aux fonds que la Chine a affectés au financement du plan et le Royaume pourra les utiliser. Le gouvernement marocain a également accepté de soutenir les grandes entreprises chinoises qui s'installeront et investiront au Maroc. Ces entreprises appartiennent principalement aux secteurs de l'automobile, de l'aéronautique, de la technologie, du commerce électronique, de l'agriculture et du textile. 

L'accord oblige également les deux parties à renforcer leur coopération afin de mener des recherches pour attirer de meilleures entreprises dans les secteurs de la technologie, de l'énergie et de l'agriculture, ainsi qu'en matière de formation professionnelle sur le lieu de travail.

Au cours du discours, les deux délégués représentant les deux nations ont encore renforcé la situation de confiance entre les pays, tout en échangeant des mots aimables l'un envers l'autre. Le ministre marocain a souligné que la consolidation avec la Chine est l'une des priorités du gouvernement. En outre, il a félicité les bonnes relations qui ont permis aux échanges commerciaux de croître de 50% au cours des cinq dernières années, puisqu'en 2016, ils se sont déplacés entre 4 milliards de dollars, et en 2021, la somme est passée à 6 milliards. Bourita a également souligné que le tourisme chinois dans le Royaume avait augmenté au fil du temps, avec plus de 200 000 touristes chinois exemptés de visas en 2016. 

Xi Jinping y Mohamed VI
Mohammed VI et Xi Jinping

De la part de la délégation asiatique, Jizhe a rappelé que les relations économiques entre les deux pays sont très bonnes, soulignant que les investissements directs chinois au Royaume ont atteint le chiffre de 380 millions de dollars, qui ont été initialement destinés à couvrir les projets d'infrastructure, les télécommunications, et le secteur de la pêche et les activités de celle-ci. Il a également insisté sur la nécessité de renforcer la communication et d'activer le plan dès maintenant pour donner la priorité à des secteurs tels que les infrastructures, le commerce, l'industrie, les investissements, l'agriculture, l'énergie, l'éducation, la culture, entre autres. 

"Tout d'abord, nous allons approfondir et affiner notre mécanisme de communication. Nous devons communiquer plus étroitement et utiliser pleinement les plateformes de communication existantes. Nous pourrions établir une routine de consultation régulière pour communiquer les difficultés, les obstacles et les goulots d'étranglement que nous rencontrons dans la mise en œuvre de ce plan. Nous devons veiller à ce que le plan soit mis en œuvre de manière effective et efficace", a déclaré Jizhe.

Le projet de "Nouvelle route de la soie" a été lancé en 2013, et compte aujourd'hui environ 140 pays participants, poussant à la connexion et à la coopération à l'échelle transcontinentale. Le Maroc a rejoint l'idée en 2017 et avec les nouveaux accords réitère son engagement.

Les relations entre les deux nations sont meilleures que jamais et, au cours de l'année dernière, des nouvelles en ce sens ont été diffusées, en plus de l'augmentation du nombre d'entreprises chinoises sur le territoire marocain et de la signature de plusieurs projets.