PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc et la Mauritanie approfondissent leur coopération bilatérale

Le chef d'état-major des forces armées mauritaniennes a rencontré le ministre délégué chargé de l'administration de la défense nationale marocaine et le commandant de la zone sud marocaine
Guerguerat

AFP/FADEL SENNA  -   Guerguerat

Rabat a abrité mardi la troisième session de la Commission militaire mixte maroco-mauritanienne, en présence du nouveau chef d'état-major des forces armées mauritaniennes, le général El Mokhtar Bolle Chaâbane, qui a accédé au poste de chef de l'armée mauritanienne en décembre 2021, et de l'inspecteur général des Forces armées royales marocaines (FAR) et commandant de la zone Sud, Général Belkhir El Farouk, dans le but d'analyser les différentes activités de coopération bilatérale de l'année écoulée et de planifier les initiatives militaires pour la période 2022-2023, le tout en présence des chefs de départements de l'état-major général des Forces armées royales et des représentants de la délégation mauritanienne, soulignant ainsi les relations mutuelles d'amitié et de collaboration entre les deux pays.

Les deux chefs militaires ont discuté des activités relatives à la formation, au soutien technique et à l'échange de connaissances entre les deux corps militaires. 

Dans la capitale marocaine, le général Chaâbane a également rencontré le ministre délégué chargé de l'administration de la Défense nationale, Abdellatif Loudiyi. "Au cours de cette rencontre, les deux responsables ont réaffirmé la nécessité d'approfondir et d'élargir le spectre de la coopération militaire bilatérale dans le domaine de la défense et de la sécurité, ainsi que la consolidation de l'échange d'expériences et de connaissances entre les forces armées en vue de faire face aux menaces et aux défis sécuritaires, notamment la lutte contre l'émigration clandestine et les trafics illicites", a indiqué l'état-major général des FAR dans un communiqué officiel.

La coopération militaire maroco-mauritanienne repose sur le mémorandum relatif à la création de la Commission militaire mixte signé au Maroc le 21 juillet 2006, qui a ensuite mis plus de dix ans à se concrétiser. 

Bandera Mauritania
PHOTO/PIXABAY - Drapeau mauritanien

Comme le rapporte le média Yabiladi, ce mémorandum a été concrétisé le 29 janvier 2020 par une réunion qui a servi à renforcer la "disposition des deux nations à consolider davantage leurs relations dans un même esprit d'amitié, de compréhension mutuelle et de confiance partagée", selon le communiqué officiel de l'état-major général des FAR.

La deuxième session de la Commission militaire mixte a eu lieu à Nouakchott, quelques semaines après l'opération militaire des FAR à la mi-novembre 2020 à El Guerguerat, au cours de laquelle elles ont affronté des Sahraouis qui bloquaient le passage reliant le royaume alaouite au territoire mauritanien dans le cadre d'une manifestation demandant à l'ONU d'organiser le référendum sur l'indépendance du Sahara occidental, ce qui a signifié la première confrontation directe entre le Maroc et les partisans du Front Polisario depuis le cessez-le-feu de 1991. C'était donc un moment délicat en raison du retrait du Polisario du cessez-le-feu qui avait été scellé, avec la position de la Mauritanie sur la coopération militaire et la collaboration avec la nation marocaine. 

Les travaux de la nouvelle session de la Commission militaire mixte ont eu lieu deux semaines après la première rencontre à Marrakech entre le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et son nouvel homologue mauritanien, Mohamed Salem Ould Merzoug.

Puesto fronterizo entre Marruecos y Mauritania en Guerguerat, situado en el Sáhara Occidental
AFP/FADEL SENNA - Poste frontière maroco-mauritanien à Guerguerat, Sahara occidental

Abdellatif Loudiyi, ministre délégué chargé de l'Administration de la défense nationale, a également rencontré le général de division El Mokhtar Bolo Chaâbane, accompagné de l'ambassadeur de la République islamique de Mauritanie, ce qui témoigne des contacts de haut niveau entre les deux nations. 

Les deux responsables ont également souligné la nécessité d'approfondir et d'élargir la coopération bilatérale en matière militaire, de défense et de sécurité. 

De cette façon, l'échange d'expériences et de connaissances entre les deux armées est consolidé avec le défi de faire face aux défis de la région du Maghreb, tels que l'émigration illégale et les trafics illicites.

Les deux chefs militaires ont souligné les efforts mutuels pour promouvoir la collaboration en Méditerranée occidentale dans le cadre de l'initiative de défense 5+5, dont la présidence a été assurée par la Mauritanie en 2021 et que le Maroc occupera en 2022, comme le rapporte le média Medias 24. 

Le Maroc et la Mauritanie continuent de renforcer leurs liens à cet égard, et les derniers entretiens et contacts au sein de la Commission mixte témoignent d'une relance des relations bilatérales, suite à la forte impulsion donnée par le nouveau gouvernement marocain du Premier ministre Aziz Akhannouch.

Aziz Akhannouch, primer ministro de Marruecos
AFP/IAN FOSYTH - Aziz Akhannouch, Premier ministre du Maroc

Le royaume alaouite continue de tisser d'importants liens diplomatiques avec divers pays, notamment ceux de la région nord-africaine, comme la Mauritanie, ce qui le place dans une position géopolitique importante. Ces démarches lui apportent un grand soutien international, comme en témoigne l'appui de plusieurs pays importants tels que les États-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne à sa proposition de solution au conflit du Sahara occidental basée sur une large autonomie du territoire sahraoui sous souveraineté marocaine dans le cadre des postulats de l'ONU. 

Parallèlement, la position d'opposition du Front Polisario, qui appelle à un référendum sur l'indépendance de la population sahraouie, bénéficie d'un soutien international moindre, y compris celui de l'Algérie, voisin du Maroc et grand ennemi politique au Maghreb.