Le Maroc et l'Algérie ne veulent pas d'une autre guerre au Sahara occidental

Après les derniers épisodes de tension dans El Guerguerat
Sur cette photo d'archive prise le 3 février 2017, un Sahraoui tient un drapeau du Front Polisario dans la région d'Al-Mahbes, au Sahara occidental contrôlé par le Polisario

PHOTO/AFP  -   Sur cette photo d'archive prise le 3 février 2017, un Sahraoui tient un drapeau du Front Polisario dans la région d'Al-Mahbes, au Sahara occidental contrôlé par le Polisario

Les intérêts de chacun des acteurs dans le conflit du Sahara occidental ont été maintenus depuis la Marche verte il y a 45 ans et le Maroc a alors occupé le territoire espagnol, mais pendant ce temps les circonstances ont considérablement changé. Surtout, ces dernières années, l'initiative du roi Mohammed VI du Maroc d'accorder une large autonomie à la région sous sa souveraineté a gagné en poids et en soutien international, plus ou moins évident et avec un écho plus ou moins public.  

Les événements qui ont eu lieu au cours de l'histoire sont essentiels pour comprendre le contexte de la situation. Depuis l'éphémère mais influente guerre de Sable de 1963 entre l'Algérie et le Maroc pour le contrôle du Sahara oriental et de sa capitale Tindouf, où s'est établi l'un des plus grands camps du mouvement indépendantiste sahraoui. L'intention de l'Algérie, sous l'influence de l'Union soviétique pendant la guerre froide, de réaliser une sortie vers l'océan Atlantique avec le rejet total des États-Unis et de l'Europe. La guerre qui a opposé l'armée marocaine depuis 1975 au Front Polisario et qui s'est terminée par le cessez-le-feu de 1991, mais avec les épées levées dans le domaine politico-diplomatique au sein de l'ONU et de sa mission spéciale où la célébration d'un référendum continue d'être la revendication du Front Polisario alors que le Maroc fait valoir que le recensement n'est pas fiable. Depuis de nombreuses années, près de 200.000 Sahraouis vivent dans les camps avec l'aide internationale, otages des divers intérêts des dirigeants du Front Polisario, dont peu ou pas du tout vivent dans les camps ; de l'Algérie et de ses groupes de pression où des militaires d'une tendance ou d'une autre se battent pour le contrôle ; et du Maroc qui défend sa souveraineté sur la région et offre une large autonomie comme solution politique, économique et sociale.  

Refugiada saharaui en el campamento de refugiados saharauis de Boujdour, en las afueras de Tinduf, al suroeste de Argelia
AFP/RYAD KRAMDI - Réfugié sahraoui dans le camp de réfugiés sahraouis de Boujdour, près de Tindouf, au sud-ouest de l'Algérie
La neutralité espagnole

Le gouvernement espagnol continue de maintenir sa position historique de neutralité supposée sur la situation au Sahara occidental ou dans les provinces du sud, comme le gouvernement marocain aime à appeler la région. Cette attitude doit être la plus appropriée d'un point de vue diplomatique et conforme aux critères des Nations unies car l'Espagne a toujours, juridiquement, une certaine responsabilité sur un territoire occupé par le Maroc avec la Marche verte. Actuellement, le poste de représentant spécial des Nations unies est vacant depuis mai 2019, suite à la démission de l'Allemand Horst Kohler, pour des raisons de santé.   

Miembros del Frente Policial saliendo de su campamento cerca de la frontera mauritana en Guerguerat, situado en el Sáhara Occidental, a lo largo de la carretera que conduce a Mauritania
AFP PHOTO/HO/ROYAL MOROCCAN ARMY FACEBOOK PAGE - Membres du Front de police quittant leur campement près de la frontière mauritanienne à Guerguerat, situé au Sahara occidental, sur la route menant à la Mauritanie
Blocus à Guerguerat

Il y a quatre semaines, une certaine tension était à nouveau apparue parce que le poste frontière de Guerguerat, dans le sud-ouest du Sahara occidental, avait été coupé du côté mauritanien par une vingtaine de manifestants qui bloquaient plus de 200 camions marocains et mauritaniens empruntant la route qui remonte la côte mauritanienne et ouest-africaine, à environ 38 kilomètres au nord de Nouakchott. Cette route, utilisée par le Maroc pour son commerce avec l'Afrique subsaharienne, faisait déjà l'objet de controverses depuis des années. Or, des unités de l'armée marocaine ont pénétré dans cette bande de terre démilitarisée au sud du Sahara vendredi dernier, le 13 novembre, pour briser le blocus de circulation imposé par ces manifestants du Front Polisario. Sur le terrain, nous assistons à un affrontement localisé qui n'a fait pour l'instant aucun blessé ni aucun dommage grave, seulement un échange de tirs, mais qui a provoqué la énième réitération de la menace de reprise de la guerre par le Front Polisario.  

Sede de la Misión de las Naciones Unidas para el Referéndum del Sáhara Occidental (MINURSO) en El Aaiún
AFP/FADEL SENNA - Siège de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) à El Ayoun
Accord contre provocation

Personne ne croit que cette option de guerre se concrétisera en raison de l'énorme inégalité en matière d'armement entre les Marocains et le Polisario et parce que l'Algérie ne semble pas prête, à l'heure actuelle, à envoyer des troupes et à s'engager dans une guerre aux conséquences imprévisibles, mais avec la certitude presque totale que tout le monde y perdrait. À Alger, les derniers développements politiques ouvrent certaines portes à un éventuel changement d'attitude face au problème, malgré le fait que bon nombre d'anciens chefs militaires ont l'intention de maintenir la confrontation ouverte dans leur lutte pour le contrôle politico-militaire et les avantages économiques. La nouvelle Constitution, approuvée par référendum le 1er novembre dernier, en attendant la signature du Président, Abdelmadjid Tebboune, qui a été admis dans un hôpital en Allemagne infecté par le COVID-19, nous permet de penser au début d'une nouvelle étape politique en Algérie, provoquée par la grande pression exercée, semaine après semaine, pour le Hirak, pour le mouvement de protestation pacifique qui, chaque vendredi, faisait descendre dans les rues des villes algériennes des milliers de citoyens réclamant la fin du régime installé depuis 25 ans autour d'Abdelaziz Bouteflika. Les nouveaux airs et les grâces du renouveau algérien ont conduit à l'arrestation et à l'emprisonnement de personnalités du monde des affaires, de la gendarmerie et de la politique. La clé réside dans le renouvellement du leadership militaire hérité de la guerre d'indépendance de la France, soutenu par le Front de libération nationale, et dans l'intention du président Tebboune de prendre en charge la question du Sahara, jusqu'ici aux mains des militaires.  

Manifestación en París el 5 de julio de 2020 en apoyo del movimiento de protesta clave de Argelia Hirak
AFP/FRANCOIS GUILLOT - Manifestation à Paris le 5 juillet 2020 pour soutenir le principal mouvement de protestation en Algérie, Hirak
L'effet de coronavirus

En ce qui concerne la situation actuelle, la pandémie de coronavirus frappe durement l'Algérie et le Maroc, avec un taux d'infection élevé et un nombre important de décès, et provoque une crise économique très grave qui, dans le cas de l'Algérie, a aggravé une situation qui était assez précaire avant l'apparition du virus. Pendant des années, les hommes d'affaires des deux pays ont utilisé diverses plateformes pour exiger un accord qui mettrait fin aux différends bilatéraux, permettrait la réouverture de la frontière entre les deux pays avec le bénéfice conséquent pour des milliers de citoyens voisins et proposerait une position commune dans l'arène internationale qui signifierait une amélioration notable de leurs relations avec l'Union européenne, par exemple. Les entités économiques et sociales ont quantifié les avantages qu'il y a à mettre fin à la confrontation entre les deux grands pays du Maghreb et plus encore en ce moment très délicat, qui nécessite toute la collaboration possible pour surmonter les dommages causés par le coronavirus, et ceux qu'il pourrait continuer à causer.  

El presidente de Argelia, Abdelmadjid Tebboune
REUTERS/RAMZI BOUDINA - Le président algérien Abdelmadjid Tebboune
La fatigue à Tindouf

Bien sûr, les milliers de Sahraouis qui vivent dans des conditions très précaires dans les camps depuis des années ont beaucoup à dire, mais la réalité de ces derniers temps est que la grande majorité de ces personnes sont devenues découragées, avec de graves problèmes dans leur vie quotidienne et souffrant de conditions de vie infrahumaines. Les difficultés conduisent au désespoir de nombreux jeunes qui suivent les traces de l'actuel leader de Daesh au Sahel, dans le Grand Sahara, Adnan Abu al-Walid al-Sahrawi, un Sahraoui du camp de Tindouf, qui est devenu un terrain fertile pour le djihadisme islamiste pour recruter des jeunes dans ses rangs.  

L'hégémonie politique exercée dans les camps par le Front Polisario a été brisée par la création d'un mouvement politique, Sahraouis pour la Paix, qui est le fruit du mécontentement et de la frustration des Sahraouis dans les camps.  

El rey Mohamed VI de Marruecos, en el centro, acompañado por su hijo el príncipe heredero Moulay Hasán, a la izquierda, y su hermano el príncipe Moulay Rashid
PHOTO/MAP - Le roi Mohamed VI du Maroc, au centre, accompagné de son fils, le prince héritier Moulay Hassan, à gauche, et de son frère, le prince Moulay Rachid

En bref, l'action de blocage du passage de Guerguerat par un groupe du Front Polisario dirigé par son secrétaire général Brahim Ghali pour provoquer une intervention militaire marocaine afin de débloquer le libre-échange dans cette zone et ensuite dénoncer la violation du cessez-le-feu par l'entrée des militaires marocains dans la zone démilitarisée et la déclaration de guerre s'inscrirait dans une stratégie visant à tenter de créer une situation d'affrontement guerrier qui pourrait faire avorter tout soupçon d'accord qui pourrait être négocié avec l'intermédiation de grandes puissances. La résolution des Nations unies d'octobre dernier, qui renouvelle le mandat de la MINURSO pour une année supplémentaire, contient une fois de plus un appel clair aux parties pour qu'elles parviennent à un accord pacifique négocié.

La nouvelle situation politique en Algérie, le fléau de la pandémie de coronavirus, la lassitude des Sahraouis eux-mêmes, l'option d'une autonomie généreuse avec des ressources du côté marocain, la pression des grands pays concernés et la nouvelle résolution de l'ONU indiquent une solution possible, que certains entendent boycotter pour ne pas perdre leurs privilèges, même si des milliers de Sahraouis continuent à souffrir.