Le Maroc et l'Arabie Saoudite renforcent leurs liens avec la visite d'Aziz Akhannouch

Dans une lettre, le roi Mohammed VI présente ses respects au prince héritier saoudien et exprime sa volonté de continuer à coopérer avec lui
ajanouch-presidente

PHOTO/ARCHIVO  -   Le chef du gouvernement marocain, Aziz Ajanouch

Lors de sa visite en Arabie saoudite, Aziz Akhannouch a remis un message écrit par le roi du Maroc, Mohammed VI, au prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed bin Salman. Après avoir reçu la lettre lors de sa réception à Riyad, bin Salman a transmis ses salutations cordiales au roi du Maroc, soulignant ainsi les bonnes relations entre les deux royaumes.

La réunion, à laquelle ont également participé le ministre de l’Énergie, le prince Faisal bin Farhan bin Abdullah, et le ministre des Affaires étrangères, a passé en revue les principales initiatives du Maroc visant à préserver l'environnement et à lutter contre le changement climatique.

mohamed-bin-salman-arabia-saudi
PHOTO/BANDAR ALGALOUD/CORTESÍA DE LA CORTE REAL SAUDÍ - Photo d'archive, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman annonce la construction d'une ville zéro carbone appelée "The Line" à NEOM, dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite, le 10 janvier 2021.

Cette visite intervient à l'occasion de la réunion tenue lundi dernier dans le cadre de l'initiative verte saoudienne et du forum vert du Moyen-Orient. Akhannouch, accompagné de la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, et de l'ambassadeur du Royaume du Maroc auprès du Royaume d'Arabie saoudite, le Dr Mustafa Al-Mansour, a rencontré les dirigeants régionaux pour discuter des questions liées à la réduction de l'impact des êtres humains sur l'environnement.

Dans ce plan, le royaume alaouite a réitéré son engagement à réduire son empreinte carbone grâce à de nouveaux plans économiques qui visent à diversifier l'économie marocaine en l'éloignant de la dépendance aux énergies non renouvelables, secteurs clés de l'économie du pays mais qui entretiennent des effets négatifs importants sur l'écosystème.

energia-renovable
PHOTO/AP  - Vue aérienne de la centrale solaire marocaine Noor 3 à Ouarzazate, dans le centre du Maroc.

Parmi les mesures adoptées par le Maroc pour pallier ce fléau, le royaume vise à couvrir 52% de ses besoins énergétiques d'ici 2030, un objectif qu'il se rapproche de plus en plus d'atteindre. À cet égard, le rapport "Green Future" publié par le magazine MIT Technology Review a placé le Maroc à la pointe de l'utilisation des énergies renouvelables dans toute la région MENA.

Le Maroc a également supprimé les subventions au diesel, à l'essence et au pétrole afin de promouvoir l'efficacité énergétique, dans le but d'accélérer la transition vers une économie plus verte. Le plan a également identifié l'océan du Maroc comme une ressource naturelle au même titre que la ressource sol de la terre, favorisant ainsi l'aquaculture durable. 

marruecos-arabia-saudi
PHOTO/PRENSA SAUDI - Photo d'archive, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita (R) et le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan Al-Saud lors d'une conférence de presse conjointe après leur rencontre le 29 juillet 2020.

En outre, la rencontre avec l'Arabie saoudite intervient à un moment où les relations entre les deux royaumes sont au beau fixe. Il y a quelques jours, au siège de l'ONU, l'ambassadeur d'Arabie Saoudite, Abdullah al-Mouallimi, a réitéré son soutien au Maroc sur la question du Sahara occidental. Dans ses remarques, il a souligné que le royaume saoudien rejetterait "tout préjudice aux intérêts supérieurs ou à la souveraineté et à l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc". Ce scénario important renforce les relations qui se resserrent sur le plan diplomatique, économique et politique.