PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc et l'Arabie saoudite signent un protocole d'accord sur l'énergie nucléaire

L'objectif est d'utiliser cette énergie à des fins pacifiques et de développer un échange de connaissances entre les deux parties par la promotion des investissements dans ce secteur
planta nuclear

PHOTO/ARCHIVO  -  

Les progrès du Maroc dans le domaine de l'énergie se poursuivent. Le royaume alaouite continue de créer des accords pour promouvoir le secteur des énergies renouvelables dans le pays, qui est depuis longtemps l'un de ses principaux moteurs économiques. Aujourd'hui, à la recherche de nouveaux accords, la nation nord-africaine a signé un protocole d'accord avec l'Arabie saoudite pour promouvoir le développement de l'énergie atomique. 

Le traité a été signé par la ministre marocaine de la Transition énergétique et du Développement durable, Laila Benali, et son homologue saoudien, le prince Abdulaziz bin Salman. Les deux parties ont rédigé un communiqué qui a été présenté à la presse. Ils y expliquent qu'ils veulent coopérer dans ce secteur par l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

À cette fin, des projets d'énergie nucléaire seront mis en place, y compris la conception, la construction et l'exploitation du cycle du combustible nucléaire. Ses plans prévoient également la gestion des déchets générés par l'industrie. Elle cherchera donc à promouvoir l'utilisation de techniques innovantes en matière de marketing et d'ingénierie. Il s'agit de guider les nouvelles générations de centrales nucléaires qui seront créées au fil du temps après la signature de l'accord. 

nucelar
PHOTO/ARCHIVO

Ce mémorandum a été élaboré avec une série d'objectifs convenus par les deux pays. Les deux parties sont déterminées à accroître leurs engagements dans ce domaine. À cette fin, ils échangeront des connaissances sur le sujet et commenceront à promouvoir le financement et l'investissement dans les deux pays pour la création de nouveaux projets d'énergie propre. 

Le pacte signé par les deux parties s'inscrit dans les objectifs du royaume du Maghreb sur la voie de la transition écologique. Le mémorandum s'inscrit donc dans le cadre de la stratégie "Génération verte". Il s'agit d'un programme de développement élaboré par le Maroc en 2017 qui vise à mettre le pays sur la voie d'une économie plus verte à l'horizon 2030. Le Royaume vise à produire 52 % de son électricité à partir de sources d'énergie renouvelables d'ici la même année. Grâce à cela, le pays alaouite réduirait ses émissions de gaz à effet de serre de plus de 45,5 %. 

Parmi les projets du pays, la Société d'ingénierie énergétique (SIE) s'est récemment associée à Greenrock pour accélérer le processus de décarbonisation du pays. Il vise également à créer une transition efficace qui se traduira par une augmentation de la consommation nationale de tous les types d'énergie renouvelable. 
 

nuclear
PHOTO/ARCHIVO

Ces dernières années, le Maroc est devenu un leader et un précurseur en matière d'énergie renouvelable grâce à des projets pionniers. Il semble que le pays d'Afrique du Nord se concentre sur l'énergie nucléaire pour promouvoir davantage l'industrie verte de la nation. Il s'agit d'une source d'énergie à faible émission de carbone qui contribue efficacement à la production d'électricité. Ce faisant, les deux entreprises veulent soutenir des projets innovants en aidant les entreprises et les investisseurs privés impliqués dans ce secteur. 

De nombreuses entreprises internationales commencent à envisager favorablement son utilisation, qui, selon elles, améliorerait considérablement la situation de la planète. "L'énergie nucléaire rejette 70 fois moins de dioxyde de carbone que le charbon, 40 fois moins que le gaz, quatre fois moins que l'énergie solaire, deux fois moins que l'hydroélectricité et la même quantité que l'énergie éolienne", rapporte Orano, une société internationale d'énergie. 

Les relations entre le Maroc et l'Arabie saoudite sont assez bonnes, surtout en ce qui concerne l'énergie. Il y a quelques mois, Aziz Akhannouch a fait l'éloge d'un plan élaboré par l'Arabie saoudite qui vise à atteindre la neutralité carbone d'ici 2060. Selon le chef du gouvernement marocain : "Ces initiatives reflètent clairement la vision prospective des dirigeants du Royaume d'Arabie saoudite pour faire face aux défis majeurs liés à l'environnement et au phénomène du changement climatique".