PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc fait face aux besoins en important plus de 5 millions de tonnes de céréales

En raison des conditions climatiques du pays, une série de mesures ont été mises en place pour éviter l'impact des besoins
trigo-ucrania-puertos-guerra-rusia-barco-marruecos

AFP/DANIEL MIHAILESCU  -   Image d'un navire chargé

Dans un contexte où l'Ukraine, l'un des principaux producteurs de blé, est en guerre, et dans une situation d'urgence climatique, le gouvernement marocain a également constaté une augmentation des pénuries de céréales. Pour cette raison, le Maroc a mis en place une série de mesures pour éviter les pénuries et leur impact sur le marché local. En ce sens, le Royaume a augmenté le nombre de fournisseurs de céréales.

Des pays comme l'Argentine et la France seront de nouveaux fournisseurs du pays. Les deux nations rejoindront la liste de plus de 25 pays auxquels le royaume alaouite s'est ouvert en 2021 pour garantir l'approvisionnement des besoins domestiques. L'état des stocks de céréales en Europe et en Argentine pour la saison 2022/2023 serait assuré, selon les projections du ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts. En outre, ils ajoutent que les données de récolte de ces pays pour cette nouvelle année sont encourageantes et restent stables. 

A cela, il faut ajouter les céréales produites à l'intérieur du pays. Selon les données du bilan de la saison précédente, plus de 34 millions de quintaux ont été produits. Cela comprend 18,9 millions de quintaux de blé tendre, 8,1 millions de quintaux de blé dur et 7 millions de quintaux d'orge. Le gouvernement a également accordé une prime pour les céréales importées à partir de novembre 2021.

grano-trigo-cereales-marruecos
PHOTO/FILE - Cereal

Ces volumes de céréales peuvent être importés grâce au grand nombre d'expéditeurs mondiaux de céréales avec lesquels le gouvernement marocain coopère. Selon Intercereales (un groupe d'exportateurs français de céréales), "les importations de blé tendre seraient de 4,5 à 5 millions de tonnes l'année prochaine en raison de la sécheresse. La France a déjà livré près d'un million de quintaux de blé pendant l'été, indique Yann Lebeau, responsable du groupe de professionnels de la région Maghreb chez Intercereales dans un communiqué. D'ici la fin de l'année, le pays devrait recevoir de la France un total de 2,5 millions de quintaux de blé. Grâce à cette stratégie de diversification des sources céréalières, le Maroc a été protégé des fluctuations externes, dues à la guerre en cours entre la Russie et l'Ukraine, qui sont, respectivement, le deuxième et le troisième plus grand fournisseur de blé tendre du Royaume, a déclaré le ministère.

Selon le ministère de l'Économie et des Finances, la collaboration des agences concernées et du gouvernement du pays permet de répondre aux besoins de consommation du pays pour cinq mois. Les tensions dans certaines parties du pays compliquent la situation. L'objectif des mesures imposées par l'exécutif est d'atténuer l'impact sur le pouvoir d'achat des citoyens dû à la hausse des prix et du taux d'inflation. L'augmentation significative de la facture d'importation du Maroc est liée à des produits tels que l'orge et l'huile de soja. L'augmentation des prix a été de 47,4 % par rapport à l'année précédente, l'orge ayant même augmenté de 820 %. Les denrées alimentaires telles que le sucre, le thé et les huiles comestibles, qui sont considérées comme des produits de base, seraient les premières à être touchées par ces mesures, selon la Royal High Guidelines. Des scénarios possibles pour le stockage des stocks de denrées alimentaires de base, tels que ceux mentionnés ci-dessus, ont également été exposés et un inventaire des installations de stockage existantes, tant pour les matières premières que pour les produits finis, a été discuté.   

puerto-tanger-med-marruecos-economia-cereales
PHOTO/AFP - Terminal I du port de Tanger Med

Dans son discours au Parlement à l'occasion de l'ouverture de la première session de la première année législative, le Roi Mohammed VI a appelé à la mise en œuvre d'une politique de stockage des produits stratégiques, "nous insisterons tout d'abord sur la nécessaire consolidation de la position du Maroc et la défense impérative de ses intérêts supérieurs, notamment dans la conjoncture actuelle qui comporte des défis, des risques et des menaces. En effet, la crise pandémique a révélé le retour en force de la question de la souveraineté. Qu'il s'agisse de santé, d'énergie, d'industrie, d'alimentation ou autre, la préservation de la souveraineté est devenue l'objet d'une véritable compétition, qui fait réagir certains avec fébrilité".