PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc joue un rôle de premier plan dans la "diplomatie de la santé" en Afrique

Après avoir annoncé le développement de cinq millions de vaccins, le Maroc s'impose comme un partenaire africain qui aspire à devenir une référence mondiale en matière de coopération sanitaire
marruecos-vacunas-covid

AFP/FADEL SENNA  -   Ces derniers jours, le roi Mohammed VI a supervisé la signature de trois accords avec la société pharmaceutique asiatique pour produire cinq millions de doses de vaccins grâce à un investissement de 500 millions de dollars

Dans sa course pour être le leader de la production de vaccins en Afrique, le Maroc travaille depuis août 2020 avec le groupe pharmaceutique public chinois Sinopharm à travers un accord multifactoriel. Initialement, l'objectif de ce pacte était de réaliser des essais cliniques du vaccin sur le territoire marocain, ainsi que de promouvoir le transfert de technologie entre les deux pays et d'unir leurs forces pour créer une usine de fabrication de vaccins. Aujourd'hui, le Maroc a franchi une étape supplémentaire en produisant des vaccins de la marque asiatique sur son territoire, afin de renforcer sa présence internationale dans ce domaine.

A cet égard, le roi Mohammed VI a supervisé ces derniers jours la signature de trois accords avec la société pharmaceutique asiatique pour produire cinq millions de doses de vaccins grâce à un investissement de 500 millions de dollars. Ce décaissement répond à la stratégie du Maroc visant à promouvoir "l'autosuffisance et la souveraineté sanitaire du Maroc".

vacunas-sinopharm-covid
REUTERS/TINGSHU WANG - Le Maroc travaille depuis août 2020 avec le groupe pharmaceutique public chinois Sinopharm dans le cadre d'un accord multifactoriel.

En outre, avec ce projet, le royaume alaouite vise à devenir un pays leader en biotechnologie tant au niveau continental qu'international et à avoir la capacité de fournir aux pays africains des vaccins contre le coronavirus. Cette stratégie s'inscrit dans le cadre de ce que l'on appelle déjà la "diplomatie sanitaire", un type de coopération dont l'objectif est de fournir une assistance sanitaire à d'autres pays pour faire face à la pandémie de COVID-19.

Dans ce contexte, l'investissement du Maroc dans les vaccins permet au Royaume d'approfondir ses relations avec les autres pays du continent, notamment au Sahel et en Afrique de l'Ouest. Face à cette situation, le Premier ministre marocain, Nasser Bourita, a déclaré que "le monde a choisi la diplomatie pour trouver des solutions aux défis de l'épidémie", et que, cependant, "nous nous trouvons maintenant au milieu d'un monde plus inégalitaire que jamais".

vacunas-marruecos-plan-covid
AFP/FADEL SENNA - Nasser Bourita, ministre des affaires étrangères du Maroc.

Lors d'une conférence ministérielle, Bourita a expliqué que le Maroc "a décidé de tirer les leçons de la pandémie en lançant un projet de fabrication locale de vaccins contre le coronavirus, ainsi que d'autres types de vaccins au profit du Maroc et d'autres pays africains". Le lancement officiel du projet a suivi la signature de deux autres accords de coopération en matière de vaccins. Ainsi, un protocole d'accord sur la préparation des capacités de vaccination au Maroc a été créé avec Recipharm, en plus de la signature d'un autre contrat avec la société marocaine Sutima pour la fabrication du vaccin chinois Sinopharma.

Selon le responsable du réseau marocain de défense du droit à la santé et à la vie, Ali Lotfi, "la livraison et la présentation des vaccins en temps utile seront nécessaires pour aider les pays africains, notamment face à la prolongation de la pandémie, aux restrictions nécessaires pour la contenir et aux souffrances humaines et économiques qui l'accompagnent". Par ailleurs, M. Bourita a noté que dans une situation où la vaccination et l'accès à la vaccination auraient dû être égaux et équitables, "certains pays ont reçu plus de vaccins que l'ensemble du continent africain". Il a déploré que le plan de vaccination dans l'hémisphère sud "ne soit pas reconnu dans les pays du nord".

filas-vacunacion-covid
AFP/ ANNIE RISEMBERG - Des personnes font la queue pour recevoir le vaccin Oxford/AstraZeneca à l'hôpital du Point G à Bamako le 31 mars 2021, le premier jour du programme de vaccination du Mali.

À cet égard, M. Bourita souligne que le plan de production de vaccins du Maroc "garantit non seulement la souveraineté sanitaire du pays, mais favorise également l'exportation de vaccins vers d'autres pays africains", renforçant ainsi son rôle de fournisseur de sécurité sanitaire sur le continent.

De cette manière, le Maroc continue à travailler pour obtenir des avantages publics au niveau international grâce au système de sécurité sanitaire. En outre, M. Bourita place le Mouvement des non-alignés, le forum de consultation politique des pays du Sud, dans une position clé dans cette situation pour faire face à ces défis sanitaires qui touchent un niveau mondial, car il servira non seulement à affronter les nouvelles menaces apparues dans la pandémie, mais aussi à "répondre aux anciens défis centrés sur le conflit israélo-palestinien et la crise libyenne". À cet égard, le ministre a souligné que "le Mouvement des non-alignés, fondé sur les valeurs de solidarité et de justice internationales qui ont présidé à sa création, présente une caractéristique particulière qui en fait un catalyseur de la réforme du système mondial dans l'ère post-COVID-19".

vacunacion-covid-marruecos-africa
AP/SABER ZIDI - Un soldat administre le vaccin COVID-19 à une femme à Kesra, à 130 kilomètres au sud de Tunis, mardi 13 juillet 2021.

Depuis que le Maroc a commencé sa campagne de vaccination en janvier dernier, plus de 12 % de la population a été vaccinée avec les deux doses, ce qui en fait le pays africain qui a administré le plus de doses sur le continent. Ainsi, le Maroc a réussi à dépasser des pays comme l'Égypte, l'Algérie et l'Afrique du Sud dans cette course à la santé. Le Maroc a également envoyé une aide d'urgence à la Tunisie ces derniers jours, après que le pays a atteint des chiffres dramatiques en termes d'occupation des hôpitaux et d'incidence cumulée des infections parmi la population tunisienne.

À cet égard, le Maroc a envoyé une assistance médicale à la Tunisie sous la forme d'un colis médical comprenant 100 lits d'hôpital, 100 respirateurs et 2 générateurs d'oxygène, dans le but d'aider le pays à faire face à la situation sociale et sanitaire préoccupante qu'il traverse.