PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc : la nouvelle puissance militaire du Maghreb

Rabat modernise rapidement son armée, se rapprochant de plus en plus des normes occidentales et s'alignant sur les capacités algériennes
PHOTO/SELMAOUI via AP  -   Fotografía de archivo. Soldados del Ejército marroquí desfilan durante las celebraciones del 50 aniversario de las Fuerzas Armadas Reales Marroquíes

PHOTO/SELMAOUI via AP  -   Photo d'archive. Des soldats de l'armée marocaine défilent lors des célébrations du 50e anniversaire des Forces armées royales marocaines.

Le royaume alaouite renforce ses forces armées.

2021 a été une année chargée pour les planificateurs militaires marocains. La liste des achats des Forces armées royales marocaines (FAR) comprenait 1 000 lanceurs et missiles antichars, des chars de combat T-72M et des munitions pour ses tout nouveaux drones turcs Bayraktar TB2, selon le Registre des armes classiques des Nations unies.

Ces nouvelles acquisitions complètent les efforts de Rabat pour moderniser ses FAR afin de résister à la tempête géopolitique en Afrique du Nord et de faire face à son grand rival régional du Maghreb : Algérie. À cette fin, le royaume alaouite a augmenté ses dépenses militaires, acquérant des équipements de plus en plus modernes et multipliant les exercices militaires avec des partenaires tels que les États-Unis.

Une armée de plus en plus moderne

Rabat est, avec Alger et Le Caire, le plus gros acheteur d'armes d'Afrique, et est considéré comme ayant la cinquième meilleure armée du continent et la deuxième meilleure du Maghreb. Dans ce domaine, Rabat s'est appuyé sur un certain nombre de partenaires, mais surtout sur les États-Unis et la France, ce qui l'a rapproché des normes de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

À cet égard, le Maroc a reçu la désignation américaine d'"allié majeur non membre de l'OTAN", que Washington accorde aux pays extérieurs à l'Alliance atlantique avec lesquels il entretient des relations plus étroites en matière de sécurité, et il est l'un des trois seuls pays du continent à en bénéficier (avec la Tunisie et l'Égypte).

Par ailleurs, la normalisation des relations avec Israël en 2020, en plus de la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental et du renforcement des relations avec Washington, a également ouvert la porte du Royaume à la puissante industrie militaire israélienne, ainsi que le rapprochement avec les Émirats arabes unis, un pays parfois appelé la "petite Sparte" en raison de son fort potentiel militaire. Ainsi, Rabat a acquis ces dernières années des équipements modernes qui visent à faire du Royaume une puissance militaire dans différents domaines. 

PHOTO/ARCHIVO  -   Miembros del Ejército marroquí
PHOTO/FILE - Rabat est, avec Alger et Le Caire, le plus gros acheteur d'armes d'Afrique, et est considérée comme la cinquième meilleure armée du continent et la deuxième meilleure du Maghreb.

En 2008, l'armée de l'air des FAR a fait un grand bond en avant avec l'acquisition de plus de vingt chasseurs-bombardiers américains F-16C/D Block 52+, reçus en 2011, qui ont été modernisés depuis et ont déjà été utilisés au combat dans le cadre de l'intervention militaire saoudienne au Yémen et de la coalition internationale contre Daesh en Syrie et en Irak. En outre, en 2019, le Royaume a confirmé l'achat de 25 autres F-16 Viper Block 70/72 - le dernier modèle de cette série - et, en 2021, Washington aurait approuvé la vente au pays arabe du puissant système antiaérien MIM-104F (PAC-3) Patriot.

En ce qui concerne l'armée, Rabat a également acheté 222 chars M1A1 Abrams en 2012, et devrait recevoir 162 autres chars M1A2 Abrams dans un avenir proche. Ce char américain est considéré comme l'un des plus avancés au monde, et a été utilisé avec succès par Washington lors des deux guerres du Golfe, dans des conditions désertiques, les mêmes conditions que l'on retrouve sur une grande partie de la frontière algéro-marocaine et au Sahara occidental, théâtres potentiels de conflit pour Rabat.

Le Royaume a également obtenu ou obtiendra bientôt d'autres armements américains, tels que des hélicoptères d'attaque AH-64 Apache et des drones navals MQ-9B Sea Guardian (ces derniers vendus dans le cadre des accords d'Abraham). Récemment, Rabat a également acquis des drones-suicides franco-israéliens Harfand et le célèbre Bayraktar TB2 turc, ce dernier ayant joué un rôle clé dans la victoire de l'Azerbaïdjan lors de la guerre du Haut-Karabakh en 2020 et étant désormais utilisé par l'Ukraine pour se défendre contre les troupes russes. Le Royaume recevra également prochainement 36 canons français CAESAR de 155 mm, un système d'artillerie d'une portée de 40 kilomètres. 

Dans le même temps, Rabat s'est engagé à moderniser ses forces navales, passant d'une flotte "d'eau verte" (axée sur la défense côtière) à une flotte "d'eau bleue" (dotée de capacités de projection), dans le but de faire du pays d'Afrique du Nord l'un des principaux acteurs navals de la Méditerranée occidentale.

Le roi Mohammed VI, dans un discours prononcé devant les FAR à l'occasion du 66e anniversaire de leur création, a insisté sur l'objectif de réarmer le pays, de renforcer et de moderniser les forces armées à travers le développement de l'industrie militaire locale et la collaboration avec ses partenaires. "Nous continuerons à donner la priorité au plan d'équipement et de développement des Forces armées royales, selon des programmes intégrés, basés notamment sur la création d'industries militaires et le développement de la recherche scientifique [...] dans le but de développer l'auto-équipement de nos Forces armées dans divers domaines", a déclaré le monarque. 

PHOTO/FAR - Rabat ha adquirido 25 nuevos cazas F-16 y va a modernizar los 23 de su flota actual en un contrato por un valor estimado de 4.747,2 millones de dólares, la mayor compra militar del país
PHOTO/FAR - Rabat a acquis de nouveaux chasseurs F-16

"Nous avons préconisé le renforcement de la coopération entre nos Forces armées royales et leurs homologues des pays frères et amis, un choix qui a donné des résultats louables et contribué à consolider le rayonnement de notre armée et sa présence internationale", a ajouté le dirigeant marocain, évoquant le renforcement de Rabat sur la base de la collaboration avec ses partenaires.

Il convient ici de mentionner les exercices militaires African Lion, organisés chaque année dans le royaume alaouite avec la participation de plusieurs pays, notamment les États-Unis, qui permettent au Maroc de poursuivre la modernisation de ses forces armées à l'image des armées occidentales. Lors de la dernière édition, qui s'est achevée le 30 juin, quelque 7 500 soldats du Royaume et de plusieurs partenaires ont pris part aux exercices les plus importants du continent, qui comprenaient des manœuvres conjointes terrestres, aériennes et maritimes. Signe de l'étroitesse des relations entre Washington et Rabat, ces manœuvres ont eu lieu pour la deuxième fois de leur histoire à proximité du Sahara occidental, et à 50 kilomètres des camps de réfugiés de Tindouf (en Algérie), siège du Front Polisario.  

AFP/ WILLIAM WEST - Carro de combate principal M1A1 Abrams disparando a un objetivo durante una demostración de fuego real. Rabat ha adquirido 200 de ellos recientemente
AFP/ WILLIAM WEST - Char de combat principal M1A1 Abrams tirant sur une cible lors d'une démonstration de tir réel. Rabat a récemment acquis 200 d'entre eux
De plus en plus près de l'Algérie

Avec cette modernisation rapide, Rabat vise à se rapprocher des capacités de son rival algérien, traditionnellement considéré comme la première puissance militaire du Maghreb. Les relations bilatérales entre les deux pays sont difficiles depuis leur indépendance, lorsqu'ils ont connu un bref conflit connu sous le nom de " Guerre des sables ". Depuis lors, Rabat et Alger se disputent la prépondérance régionale, le Sahara occidental étant l'un des points chauds de leurs relations bilatérales, et la frontière est fermée depuis 1994.

Bien que les deux pays aient tenté par le passé d'assouplir leurs relations bilatérales, celles-ci se sont rapidement détériorées au cours des derniers mois, après que l'Algérie a interrompu l'approvisionnement en gaz du royaume alaouite et rompu ses relations diplomatiques, dans le contexte de la rupture du cessez-le-feu avec le Front Polisario au Sahara occidental et de l'obtention du soutien de plusieurs pays, tels que les États-Unis, l'Espagne, les Émirats arabes unis et Israël, à la proposition d'autonomie de Rabat. 

mohamed vi
PHOTO/FILE - Roi Mohammed VI

En termes de potentiel militaire, le Maroc s'est hissé à la 56e place du classement Global Firepower, un indice qui mesure la puissance militaire de 142 armées du monde. Rabat a bénéficié des armements et de la coopération de l'Occident, mais Alger a bénéficié de Moscou, qui entretient une relation sécuritaire profonde et historique avec la puissance eurasienne, son principal fournisseur d'armes. En outre, la République arabe se réarme rapidement, ce qui donne lieu à une course aux armements croissante au Maghreb.

Si le Maroc dispose désormais des puissants F-16, l'Algérie a les Sukhoi Su-30 (et l'Algérie aurait acheté des Sukhoi Su-34), les Abrams marocains font face aux T-90S algériens et le système anti-aérien Patriot est contré par le S-400 Triumf

leon africano
PHOTO/FILE - Le Maroc coopère militairement avec les États-Unis par le biais des exercices African Lion.

En outre, Alger a un avantage dans le domaine maritime, où, par exemple, elle a jusqu'à six sous-marins déployés, contre aucun pour le Maroc (bien que des rumeurs indiquent que le royaume alaouite envisage d'acquérir de tels navires prochainement), et, en termes quantitatifs, elle a, en général, plus d'équipements déployés que son voisin.

Sur le plan qualitatif, cependant, Rabat a connu une amélioration significative dans de nombreux domaines, réduisant l'écart entre les deux pays d'année en année. Dans le même temps, la situation diplomatique du Royaume s'est nettement améliorée depuis les Accords d'Abraham, et le renforcement des relations avec les Etats-Unis pourrait favoriser l'avancement des FAR vers les standards occidentaux, en modernisant l'armée du Royaume, tandis qu'un affaiblissement potentiel de la Russie suite à l'invasion de l'Ukraine pourrait jouer contre l'Algérie. 

REUTERS/ABDELAZIZ BOUMZ  -   Soldados argelinos hacen guardia
REUTERS/ABDELAZIZ BOUMZ - Des soldats algériens montent la garde

Selon un rapport de la Fondation méditerranéenne d'études stratégiques, un groupe de réflexion français, les forces armées marocaines sont déjà bien préparées à la défense territoriale et à la contre-offensive, dans la clé de l'Algérie, et, lorsqu'elles recevront toutes les armes expédiées, "elles disposeront de fortes capacités dans les domaines naval et aérien, notamment en ce qui concerne les frappes profondes, la projection de forces et le déni d'accès"

Dans les années à venir, alors que Rabat continue de renforcer ses liens avec Washington et Tel Aviv et que l'Algérie continue de tendre la relation, les FAR continueront de se développer et de se moderniser, faisant du Maroc une puissance militaire en Méditerranée occidentale.