Le Maroc minimise l'importance de la résolution du Parlement européen

Des sources diplomatiques marocaines assurent que les groupes rejettent, mais ne condamnent pas ce qui est arrivé à des milliers de jeunes à la frontière de Ceuta
Ministro de Asuntos Exteriores de Marruecos

 -   Ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Des sources diplomatiques marocaines ont déclaré à Atalayar que la "Résolution sur la violation de la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant et l'utilisation de mineurs par les autorités marocaines dans la crise migratoire à Ceuta" adoptée au Parlement européen est controversée, le texte a subi de nombreuses variations et a nécessité de nombreuses négociations et le vote final a compté moins de 400 voix.

Rabat minimise l'importance de la résolution promue par les eurodéputés espagnols contre le Maroc et insiste pour souligner que l'initiative de cette résolution reste controversée car elle a laissé perplexe plusieurs groupes au sein du Parlement européen. Un détail souligné par des sources diplomatiques marocaines est que le vote final représente un volume inhabituel pour des résolutions à caractère urgent puisque le nombre de voix exprimées est inférieur à 400 sur les 705 députés qui composent le Parlement.

Sur le contenu de la résolution, qui a été amendée à plusieurs reprises, les sources marocaines insistent pour souligner que les termes utilisés reflètent un rejet plutôt qu'une condamnation, un texte très différent du premier projet élaboré par les députés espagnols. 

Josep Borrell y Nasser Bourita
Josep Borrell et Nasser Bourita

Pour le Maroc, cette résolution ne reflète pas du tout la position de l'Union européenne, et rappelle que plusieurs organes exécutifs de l'UE se sont félicités de la coopération avec le Maroc, en particulier Olivér Várhelyi, commissaire européen à l'élargissement et à la politique de voisinage, et son porte-parole pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, qui ont souligné le 8 juin que "depuis des années, l'UE et le Maroc entretiennent une excellente coopération en matière de migration, qui a donné de très bons résultats". 

En évaluant la résolution du Parlement européen, les sources rappellent les propos du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, qui a rejeté mercredi l'intention espagnole d'européaniser la crise alors qu'il s'agit d'une affaire entre l'Espagne et le Maroc et qui a insisté à plusieurs reprises pour assurer que le contenu tendancieux du document a été dilué par rapport à celui rédigé par les députés espagnols.

Enfin, les sources citées ont fait remarquer qu'il est inhabituel que le Parlement européen s'érige en défenseur des principes des Nations unies alors que ni le Conseil de sécurité ni l'Assemblée générale ne se sont prononcés sur la question des mineurs marocains.