PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc nie avoir une relation avec la société NSO Group et ses programmes d'espionnage

Un analyste du royaume alaouite a dénoncé un rapport d'Amnesty International accusant le Maroc d'utiliser les programmes d'espionnage de l'entreprise
Le journaliste et militant Omar Radi à Casablanca, Maroc, 12 mars 2020

REUTERS/YOUSSEF BOUDLAL  -   Le journaliste et militant Omar Radi à Casablanca, Maroc, 12 mars 2020

Amnesty International a publié lundi un rapport sur l'utilisation de programmes d'espionnage produits par la société israélienne NSO Group pour contrôler le militant et journaliste Omar Radi, connu pour travailler pour divers médias nationaux et internationaux tels que Atlantic Radio et TelQuel. Cependant, le Maroc a nié ces accusations en affirmant qu'il n'a jamais eu de relation avec NSO Group, la société chargée de concevoir ce type de logiciel. 

Sede del grupo israelí NSO, en Herzliya, cerca de Tel Aviv
AFP/ JACK GUEZ - Siège du groupe israélien NSO, à Herzliya, près de Tel Aviv

"Le manque de transparence qui entoure l'industrie de la surveillance fait qu'il est difficile de savoir quels outils sont utilisés, vendus, achetés et utilisés de manière abusive, et donc pour les victimes et les agences de surveillance d'exiger des comptes", a averti le rapport publié par Amnesty International dans lequel l'organisation a noté qu'après avoir analysé le téléphone portable d'Omar Radi, elle avait conclu qu'il était infecté par un puissant système de logiciels espions conçu par une société israélienne. "Ces dispositifs agissent comme des stations de base portables et se font passer pour des tours de téléphonie cellulaire légitimes", a déclaré Amnesty International, qui a également indiqué que ce logiciel espion permet d'accéder à toutes les données stockées sur le téléphone et active même l'appareil photo et le microphone. 

"Les services marocains n'ont aucune relation avec la société israélienne NSO et le Maroc ne dispose pas du logiciel Pegasus. Tout ce qu'Amnesty International a soulevé à cet égard est faux et sans fondement", a déclaré un officier des services de renseignements marocains à digital Le360. Le groupe NSO avertit sur son site web qu'il ne vend ses produits qu'à des organismes gouvernementaux, affirmant que "les produits NSO sont utilisés exclusivement par les services de renseignement et les forces de l'ordre du gouvernement pour lutter contre le crime et le terrorisme.  

Tarjetas SIM. El 14 de mayo de 2019, WhatsApp animó a sus usuarios a actualizar la aplicación para cubrir una brecha de seguridad que permitía a atacantes sofisticados introducir a escondidas programas espía en los teléfonos
PHOTO/AP - Cartes SIM. Le 14 mai 2019, WhatsApp a encouragé ses utilisateurs à mettre à jour l'application pour combler une lacune de sécurité qui permettait à des attaquants sophistiqués de faire entrer en douce des logiciels espions dans les téléphones

Ainsi, dans le rapport publié par Amnesty International, cette organisation a assuré qu'en analysant l'iPhone d'Omar Radi, ils avaient trouvé des traces du logiciel Pegasus. "En octobre 2019, nous avons documenté pour la première fois des preuves que les outils du groupe NSO ont été utilisés pour attaquer deux défenseurs marocains des droits de l'homme", ont-ils déclaré. A l'appui de cette allégation, Amnesty International a indiqué qu'elle "avait trouvé des traces sur le téléphone de Radi, suggérant qu'il avait été soumis aux mêmes attaques par injection que celles observées contre d'autres défenseurs des droits de l'homme dans le pays, comme cela est arrivé à Maati Monjib. 

Le digital Le360 a souligné que Maati Monjib se présentait comme un défenseur des droits de l'homme persécuté par les autorités publiques alors qu'il faisait l'objet d'une enquête pour une "affaire de droit commun". "Maati Monjib possède plusieurs biens immobiliers et terrains qui ne peuvent être acquis avec ses revenus, même si elle vit jusqu'à 1 000 ans. Selon Amnesty, le système de piratage de la NSO utilise une technique basée sur l'envoi d'un message texte au téléphone portable. Une fois que l'utilisateur a ouvert ce SMS, l'appareil a été infecté. Cependant, cette technique a évolué en 2018 en amenant l'utilisateur à cliquer sur un lien Internet et à être redirigé pendant quelques secondes vers un autre lien capable de donner accès à toutes les données du téléphone. 

Un expert en réseaux informatiques a expliqué à Le 360 que dans les deux cas, il est possible "d'avoir une empreinte digitale qui identifie soit l'opérateur téléphonique utilisé dans le cas d'un piratage de SMS, soit la localisation géographique dans le cas d'une redirection vers un autre site" et on s'est demandé pourquoi le laboratoire d'Amnesty International n'a pas fait d'effort pour identifier l'expéditeur du message. "Chaque acte sur le web laisse une trace qui permet de l'identifier. Le PI est l'équivalent du certificat de résidence pour cet acte", a déclaré l'expert. 

El periodista y activista Omar Radi habla con los medios de comunicación fuera del tribunal en Casablanca, Marruecos, el 12 de marzo de 2020
REUTERS/YOUSSEF BOUDLAL - Le journaliste et militant Omar Radi s'adresse aux médias devant le palais de justice de Casablanca, au Maroc, le 12 mars 2020

A ce stade, l'analyste interrogé par Le 360 se demande qui est Omar Radi et pourquoi le gouvernement marocain devrait s'inquiéter à son sujet. Un article précédemment publié par Chouf TV auquel Le 360 avait accès fait la lumière sur les "relations tarifaires entre Omar Radi et deux sociétés étrangères spécialisées dans l'intelligence économique". Selon ces informations, depuis 2018, Radi collecte des informations pour le compte de deux sociétés anglo-saxonnes : G3 (Good Governance Group Limited) et K2 Intelligence Limited. "Lorsque vous jouez à l'espion, vous ne devez pas jouer à la victime lorsque vous êtes espionné par des agences internationales", a souligné le quotidien numérique Le360. 

Amnesty International a également recommandé dans son rapport que les autorités marocaines et les pays exportateurs de ce logiciel mettent en place un cadre réglementaire régissant la surveillance. "En attendant l'entrée en vigueur de ce cadre, un moratoire sur la vente, le transfert et l'utilisation des équipements de surveillance devrait être mis en œuvre, comme le recommande le rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté d'expression, David Kaye", ont-ils déclaré. Entre-temps, le Maroc considère que le harcèlement par Amnesty du groupe NSO pour avoir vendu un système de piratage réussi au Maroc "n'est pas prouvé non plus". 

Fotografia de archivo Shalev Hulio, cofundador del Grupo NSO
PHOTO/REUTERS - Photographie d'archives Shalev Hulio, co-fondateur du groupe NSO

"Le renseignement que le Maroc partage avec les pays étrangers est le produit de ses agents sur le terrain et non de la performance technologique. Cet attachement de la communauté du renseignement marocain à l'élément humain semble revenir à la mode dans plusieurs pays, qui ont reconnu les limites de la technologie", a déclaré l'analyste interrogé par Le360.

En novembre dernier, WhatsApp a déposé une plainte devant un tribunal américain contre la société NSO Group. En mai, le service de messagerie cryptée de WhatsApp a détecté une vulnérabilité dans son système qui permettait à des logiciels espions d'être installés sur les téléphones pour accéder aux données des appareils. "Cela devrait servir d'avertissement aux entreprises technologiques, aux gouvernements et à tous les utilisateurs d'Internet. Les outils qui permettent de surveiller notre vie privée sont utilisés de manière abusive, et la prolifération de cette technologie entre les mains d'entreprises et de gouvernements irresponsables nous met tous en danger", a déclaré Will Cathcart, qui était directeur de WhatsApp à l’époque.