Le Maroc poursuit sa campagne de vaccination intensive

Le Royaume dispose de partenaires importants qui lui ont permis d'obtenir différents types de vaccins afin que le pays puisse poursuivre sa campagne efficace
vacunacion-covid-19-marruecos

AFP/FADEL SENNA  -   Une femme marocaine âgée reçoit une dose de vaccin COVID-19 dans un centre d'inoculation de la ville de Sale

La campagne de vaccination au Maroc continue de s'accélérer chaque jour. Selon les derniers rapports du 19 octobre, plus de 41 millions de personnes ont reçu le vaccin COVID-19. Le ministère de la santé a indiqué que sa population comprend 23,3 millions de personnes qui n'ont reçu que la première dose, et 21 millions qui ont également reçu la deuxième dose.

Le pays maghrébin continue de mener une bonne campagne pour la prévention du COVID-19, car le Royaume a un certain nombre de partenaires, d'autres pays qui fabriquent des vaccins, qui leur ont fourni le matériel nécessaire pour étendre leurs plans. Tout cela a été possible grâce à l'initiative "COVAX" de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'Alliance pour les vaccins (GAVI), dont le Maroc est membre et qui a permis tout ce développement d'envois de doses vers le pays d'Afrique du Nord. Depuis le 22 janvier, le Maroc a reçu plus de 61 millions de doses. Le vaccin le plus couramment injecté est le Sinopharm, le vaccin chinois, qui a reçu 46,7 millions de doses, plus 5 millions reçues sur le territoire le 10 octobre de cette année. La deuxième entreprise la plus injectée est AstraZeneca, avec 8,7 millions de doses. En outre, 302 400 doses ont également été reçues de Janssen. 

vacunacion-marruecos-covid
PHOTO/AP – Des agents de santé attendent après avoir reçu le vaccin Oxford AstraZeneca COVID-19 à l'hôpital Cheikh Khalifa de Casablanca, au Maroc.

Le Maroc a dû trouver d'autres moyens de vacciner les Marocains, en raison de l'interruption des envois par le Royaume-Uni, le Serum Institute of India (SII) ayant lui-même recommandé de ne plus envoyer de fournitures en raison de la nouvelle variante indienne, Delta, qui fait des ravages dans le pays asiatique. En guise d'option, le Royaume-Uni a dû passer des commandes auprès de la société américaine Pfizer Vaccine, afin de ne pas interrompre sa mission de réduction du risque d'infection pour tous les habitants du pays. La dernière expédition de ce type de vaccin a eu lieu le 14 octobre, avec un envoi de 270 000 doses, et depuis que cette option a été demandée, plus de 5,8 millions de doses sont arrivées à l'aéroport Mohammed V de Casablanca.

Depuis le 31 août, le plan du Maroc consiste à vacciner les enfants les plus jeunes. À ce jour, plus de 2,8 millions d'enfants ont reçu l'une des doses et plus d'un million ont été entièrement vaccinés. Parmi eux, 55 % ont été inoculés par Pfizer, et les 45 % restants par Sinopharm, ce qui explique que les autorités sanitaires soient satisfaites de ces chiffres.

covid-marruecos-vacunacion
PHOTO/AP  - Image du processus de vaccination à l'hôpital Cheikh Khalifa à Casablanca, Maroc.

En outre, on a appris que la Russie a déplacé l'usine où était fabriqué son vaccin, Sputnik V, de l'Algérie au Maroc. Bien que les relations entre les deux pays n'aient pas été au beau fixe ces derniers temps, le pays de Vladimir Poutine a décidé d'opter pour le Royaume pour exporter son vaccin en Afrique, ayant conclu un accord avec une usine pharmaceutique marocaine. Raazim Tsinamedz, représentant commercial du Maroc à Moscou, a annoncé la nouvelle en déclarant que "la situation géographique du Maroc permet aux pays d'Afrique subsaharienne d'accéder à l'inoculation". Le changement de pays est dû au fait que la production en Algérie n'était pas suffisante pour répondre aux demandes de la Russie, et que Lofti Ben Ahmed, ministre algérien des industries pharmaceutiques, avait confirmé que la production des vaccins Sinovac et Sputnik était prévue pour septembre prochain, mais qu'elle ne s'est pas concrétisée.