PUBLICIDAD

Marruecos

Le Maroc prévoit une forte hausse de l'inflation en 2022

La Banque centrale s'attend à ce que le royaume alaouite atteigne 5,3 % cette année et, par conséquent, le pays connaîtra un ralentissement de la croissance économique
banco-marruecos-remesas

REUTERS/YOUSSEF BOUDLAL  -   La Banque centrale du Maroc

Le Maroc s'attend à une année difficile sur le plan économique. La Banque centrale (BAM) vient de publier ses prévisions économiques pour 2022 et les données ne sont pas favorables. L'entité précise que l'inflation devrait atteindre 5,3 %, ce qui signifie que le pays alaouite entrera dans une phase de ralentissement de sa croissance. Les données sont accablantes, puisqu'en 2021, l'inflation marocaine s'est établie à 1,4 %.

La raison de cette augmentation est unique : la guerre en Ukraine. Ce ralentissement économique sera principalement dû à la hausse des prix du carburant et de certaines denrées alimentaires en raison du conflit russo-ukrainien.

"L'inflation élevée est principalement due à la hausse des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, ainsi qu'à l'accélération de l'inflation chez les principaux partenaires commerciaux", a indiqué l'institution dans un communiqué. Les premières prévisions confirment également que le royaume aura du mal à se sortir de cette situation, car tout dépend de la durée de l'invasion russe. En outre, elle contredit les données que le gouvernement marocain avait initialement prévues, à savoir un taux d'inflation de 3,2 %

puerto-tanger-med-marruecos-economia
PHOTO/AFP  -  Cette photographie, prise le 28 juin 2019, montre une vue des grues à conteneurs du terminal I du port de Tanger Med, dans la ville de Tanger (nord)

Le conflit ukrainien a des conséquences internationales majeures. Les diverses restrictions imposées par l'Occident à Moscou ont été contrées par l'augmentation des prix des hydrocarbures et d'autres produits. Il convient de noter que la Russie est le premier producteur mondial de combustibles fossiles et d'autres produits alimentaires, et qu'elle peut donc imposer le prix qu'elle souhaite.

La hausse des coûts fait que plusieurs pays se retrouvent en crise. Comme le Maroc, le manque de gaz et de pétrole a poussé le royaume du Maghreb à chercher d'autres solutions, mais elles n'ont pas pu empêcher les citoyens de remarquer la hausse des prix et de protester contre elle. Il y a quelques mois, les transporteurs et le secteur des transports en général se sont mis en grève en raison de la hausse des prix, une situation que l'on observe déjà ailleurs.

Mais l'augmentation des coûts n'est pas la seule raison principale. "Le ralentissement de l'économie est alimenté par la situation internationale, qui reste marquée notamment par l'enlisement de la guerre en Ukraine, mais aussi par les conditions climatiques défavorables rencontrées cette année", explique le BAM.

Cette année, le Maroc a été confronté à l'une des pires sécheresses depuis trois décennies. En raison du manque de pluie, l'irrigation n'a pas été possible et, par conséquent, les cultures vivrières n'ont pas été récoltées. En raison de cette situation, la nation nord-africaine n'est pas en mesure d'obtenir les mêmes quantités dans le secteur agroalimentaire et, par conséquent, des pénuries sont constatées. 

marruecos-grano-trigo
PHOTO/AFP  -  Homme montrant du grain du champ

Les agriculteurs ont connu une situation critique qui leur a fait perdre d'importantes récoltes de céréales et de légumineuses. En outre, comme il n'y a pas eu de pluie en automne et en hiver, les réservoirs étaient à un niveau bas et la crise s'est encore aggravée. "Décembre et janvier sont cruciaux pour la récolte de blé, mais cette année, comme il n'y a pas eu de pluie, il n'y aura pas de production et nous nous attendons à des pertes de 80 %", a déclaré Abderrahim Zrouti, un agriculteur interrogé par l'agence de presse EFE pendant la période de crise.

Le secteur agricole au Maroc est très important. C'est l'un des principaux piliers de son économie et cette situation, conjuguée à la hausse des prix des produits importés, désespère les autorités du pays. Il convient de noter que le secteur agricole représente 14 % du PIB national.

En réponse à la crise, le gouvernement marocain a doublé le budget consacré aux produits de base. Le gaz butane, la farine et le sucre, entre autres, seront couverts par l'exécutif et représenteront désormais 32 milliards de dirhams. Cependant, quelque 1,4 milliard de dirhams ont également été alloués depuis avril pour atténuer les effets de la crise pétrolière, et contribuent à payer les transporteurs routiers, soit quelque 180 000 travailleurs de ce secteur, suite à leur grève.