PUBLICIDAD

Marruecos

Le Maroc rejoint l'Organisation de coopération numérique

C'est le troisième pays africain à rejoindre cette institution dans le but de soutenir la numérisation de son administration et de son économie
Laboratoire du centre de formation informatique "1337" dans la ville de Khouribga, au centre du Maroc

AFP/FADEL SENNA  -   Laboratoire du centre de formation informatique "1337" dans la ville de Khouribga, au centre du Maroc

Le Maroc vient de confirmer son entrée dans l'Organisation de coopération numérique (OCD). C'est ce qu'a annoncé Ghita Mezzour, la ministre déléguée à la Transition numérique et à la Réforme de l'administration du Royaume alaouite, qui a célébré l'entrée dans cette institution avec la presse. Selon la ministre elle-même, il s'agit d'une stratégie qui va dans le sens des intérêts du pays pour commencer à entrer dans la transformation numérique. 

"Nous sommes ravis de rejoindre l'OCD, et notre adhésion s'appuie sur l'investissement significatif du Maroc dans le développement de notre infrastructure numérique locale", a déclaré Mezzour après l'entrée du pays.

Avec cette nouvelle, l'adhésion du pays maghrébin marque la troisième fois qu'un pays africain rejoint l'organisation. Les premiers étaient le Nigeria et le Rwanda, en plus des membres qui rejoindront également l'institution à partir de 2020. Il s'agit de l'Arabie saoudite, du Bahreïn, de la Jordanie, du Koweït, d'Oman et du Pakistan.

Avec l'adhésion du Royaume, l'organisation a déclaré mardi aux journalistes que son PIB collectif dépasse désormais les deux mille milliards de dollars. En outre, l'ensemble des pays membres, avec ce partenariat OCD, représente désormais une population totale de plus de 500 millions de personnes, dont 70% ont moins de 35 ans. 

Nuevas Tecnologías Marruecos

L'OCD a également salué l'entrée du Maroc en tant que nouveau membre. Lors de l'annonce, les réalisations de la nation nord-africaine en matière de technologie ont été saluées. Parmi elles, l'intérêt d'étendre la couverture de son réseau national et la numérisation de ses services administratifs ont été soulignés. 

"Avoir un pays qui a si clairement priorisé la transformation numérique, ainsi qu'un écosystème de start-up et d'innovation florissant, en tant qu'État membre de l'OCD renforcera sans aucun doute notre force et notre impact collectifs dans la création d'une économie numérique mondiale plus inclusive", a déclaré Deemah al-Yahya, secrétaire général de l'OCD.

Le Maroc s'est engagé depuis longtemps dans la numérisation complète de nombreux secteurs du pays. Depuis deux décennies, lorsque le monde a commencé à mettre en œuvre le web dans n'importe quel système, le royaume alaouite a adopté des stratégies majeures qui ont abouti à une accélération du système numérique dans les services administratifs. Ainsi, les résidents marocains sont assurés de bénéficier de procédures plus faciles et plus rapides et d'un meilleur accès à l'information qu'auparavant.

El rey Mohamed VI inaugura la Ciudad de la Innovación Souss-Massa de Marruecos
PHOTO/MAP - Le roi Mohammed VI inaugure la Cité de l'innovation de Souss-Massa au Maroc

Outre les services administratifs, des plateformes numériques ont également été créées par différentes institutions publiques pour faciliter l'accès à divers secteurs tels que la santé, la fiscalité et les transports. Dans ce dernier, la vente de billets et l'accès à l'information sont devenus très faciles pour les Marocains qui ont vu les avantages de la numérisation.

Il convient de noter que le plan national d'extension du réseau à l'horizon 2018-2023 a entraîné un changement majeur dans les zones les plus rurales. Ce programme a permis d'augmenter le taux d'adoption du téléphone portable de 117,1 %.

Malgré cela, le Maroc a encore du mal à accéder à une numérisation complète. Les Marocains se méfient encore de certains services en ligne, comme les paiements par internet, par crainte de la fraude. Selon les données officielles de la Banque mondiale, seuls 17 % des citoyens marocains âgés de plus de 15 ans utilisent des services de paiement numérique. Dans le même ordre d'idées, seulement 1,6 % de la population du pays achèterait des produits et des services en ligne. 

AFP/ERIC BARADAT - Siège du Groupe de la Banque mondiale à Washington
AFP/ERIC BARADAT - Siège du Groupe de la Banque mondiale à Washington

Toutefois, la banque indique que le pays dispose d'une infrastructure de télécommunications et d'une administration en ligne très peu développées par rapport aux autres pays de la région MENA.

Malgré cela, la Banque mondiale estime que le Royaume a pris une très bonne décision. Selon l'institution, une plus grande implication dans le développement vers la transformation numérique peut être la solution à un certain nombre de questions importantes dans l'économie nationale. La banque souligne son importance dans la lutte contre le chômage. En outre, grâce à la technologie, elle pourrait favoriser une plus grande intégration des femmes dans le monde du travail, comparable à celle des hommes.