PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc retire la Belgique et vise les huitièmes de finale de la Coupe du monde au Qatar

Saiss et Aboukhlal ont marqué les buts et un match nul contre le Canada les qualifierait pour les huitièmes de finale
marruecos-belgica-mundial-qatar

PHOTO/AFP  -   Match entre le Maroc et la Belgique lors de la Coupe du monde au Qatar

Les prédictions selon lesquelles le Maroc était destiné à faire bonne figure lors de la Coupe du monde au Qatar n'ont pas failli. Après un match nul 0-0 contre la Croatie, l'équipe de Regragui a battu la Belgique au stade Al Thumama de Doha et se rapproche ainsi d'une place en huitième de finale de la Coupe du monde.  

Le match a commencé par une grosse frayeur pour l'importante colonie marocaine vivant au Qatar et assistant au match. Le gardien Bono a dû céder sa place à Munir El Kajoui. Il l'a fait juste après l'hymne avec des signes visibles de problèmes physiques.  

Le gardien de but lui-même a expliqué après coup qu'il avait été blessé contre la Croatie et qu'il s'était forcé à jouer contre la Belgique, mais que des vertiges constants l'avaient empêché de commencer. "L'arbitre m'a dit que je pouvais partir après l'hymne et que cela ne comptait pas comme un changement", a déclaré le gardien de but de Séville.  

Le match a commencé par une belle occasion de Michy Batshuayi que Munir a sauvée, lui donnant confiance avant un grand match devant une foule de 43 738 personnes.  

Eden Hazard n'a pas non plus de chance au Qatar et sa qualité s'estompe définitivement. Ses courses sur le flanc, ses dribbles et ses combinaisons avec d'autres coéquipiers ne déséquilibrent pas les défenses adverses.  

Achraf Hakimi est le joueur le plus qualitatif du Maroc, bien que sa position d'arrière droit ne contribue pas beaucoup à l'attaque. A la fin de la première mi-temps, une tête sur un coup franc a mis le premier but au tableau d'affichage, qui a été refusé par le VAR pour hors-jeu.  

Cette faute était le signe avant-coureur du but marocain qui allait survenir en seconde période. La Belgique commençait à s'effilocher et Courtois sauvait à nouveau les meubles pour son pays face aux arrivées de Ziyech et au danger de Boufal en attaque.  

De Bruyne a prévenu dans The Guardian : "Nous n'avons plus aucune chance de gagner, nous sommes trop vieux". Avec cette attitude, la Belgique a bien combiné, mais n'a pas créé de danger. Mertens a remplacé Hazard, mais il n'a pas non plus trouvé le chemin des filets face à un Munir inspiré.  

Regragui donnait des minutes à d'autres joueurs. Il a osé faire de nombreux changements avant le but. Attiat-Allal, Sabiri, Aboukhlal et Hamdallah sont entrés en jeu, deux minutes seulement avant que Saiss n'inscrive un superbe but sur un coup franc sur lequel Courtois ne pouvait rien.  

La folie a éclaté au stade Al Thumama et ne s'est pas arrêtée, la Belgique ne pouvant compter sur Lukaku pour délivrer des ballons dans la surface. Le géant de l'Inter n'a pratiquement pas eu d'occasions et c'est le Maroc qui a porté le score à 2-0 grâce à Aboukhlal qui a profité d'une passe de Sabiri à la 92e minute.  

"Nous n'avons encore rien gagné aujourd'hui. Je veux évidemment être heureux de cette victoire, mais nous devons rebondir", a déclaré l'entraîneur Walid Regragui. 

Le prochain match des Lions de l'Atlas sera contre le Canada qui est déjà éliminé du tournoi. S'ils gagnent et que la Croatie fait de même, c'est la différence de buts cumulée qui déterminera la première place.  

Dans tous les cas, le Maroc a une chance d'affronter l'Espagne en huitième de finale si les premières et deuxièmes places de leurs groupes respectifs sont modifiées. Les matchs auraient lieu le lundi 5 ou le mardi 6 à 16h00.