PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc se conforme à l'Espagne et annonce des douanes frontalières à Ceuta et Melilla en janvier

Lors d'une rencontre à New York en marge de la 77e Assemblée de l'ONU, Albares et Bourita ont promis l'exploitation des postes commerciaux au début de 2023
Puesto fronterizo entre Marruecos y España

PHOTO/ARCHIVO  -   Point de passage frontalier entre le Maroc et l'Espagne

Les ministres des Affaires étrangères espagnol et marocain ont tenu une réunion dans l'après-midi du mardi 21, à l'issue de laquelle ils ont annoncé une normalisation totale du "transit des biens et des personnes par voie terrestre". L'ouverture est prévue pour janvier 2023, ainsi qu'une réunion de haut niveau prévue pour la fin du mois de novembre. 

Bien que ni Bourita ni Albares n'aient ouvertement mentionné Ceuta et Melilla dans leur discours aux médias, le fait qu'ils aient parlé de frontières terrestres indique qu'ils faisaient référence au passage des deux villes autonomes espagnoles en Afrique du Nord. La mise en place de douanes dans ces deux villes est un point de la déclaration conjointe d'avril 2022, que les deux gouvernements se sont engagés à mettre en œuvre progressivement. 

Depuis Melilla, la déléguée du gouvernement dans la ville autonome, Sabrina Moh, a salué les déclarations des deux ministres et confirmé par une publication sur le réseau social Twitter qu'Albares et Bourita faisaient référence à Ceuta et Melilla. 

Avant sa fermeture en 2018, par décision unilatérale du Maroc, le poste de douane de Beni Enzar à Melilla permettait à l'administration de collecter 40 millions d'euros par an de taxes sur la circulation des marchandises. Ce sont les chiffres qu'Enrique Alcoba, président de l'association patronale de Melilla, a donnés à Atalayar en juin dernier. Alcoba a également estimé le commerce irrégulier pré-pandémique (sans douane) à 60 millions d'euros supplémentaires.

L'association patronale de Melilla a déjà exprimé à plusieurs reprises son désir de voir prospérer un bureau de douane commercial avec le Maroc. Depuis Ceuta, le secrétaire général de la Chambre de commerce de Ceuta, Joaquin Molinedo, a exprimé des souhaits similaires à ceux de ses homologues de Melilla. Contrairement à Melilla, Ceuta n'a jamais eu de poste de douane frontalier avec le Maroc.

frontera marruecos
PHOTO/ARCHIVO 

Des sources citées par le journal local El Faro de Ceuta affirment que le gouvernement espagnol a déjà pris des mesures pour s'assurer que le poste frontière de Tarajal est équipé de l'infrastructure minimale nécessaire au fonctionnement d'un bureau de douane commercial avec le Maroc. 

Les hommes d'affaires des deux villes autonomes souhaitent vivement la création de ce bureau de douane afin que le transit des marchandises soit entièrement réglementé par les autorités espagnoles et marocaines. Avec l'extension du régime fiscal spécial pour Ceuta et Melilla dans le cadre de l'Union européenne, la priorité pour ce secteur est de mettre fin à la situation d'étranglement dont souffrent les deux villes espagnoles d'Afrique du Nord. 

marruecos-españa-onu-sáhara-nasser-bourita-jose-manuel-albares
PHOTO/TWITTER/MAROC DIPLOMATIE – Nasser Bourita y José Manuel Albares

Selon les déclarations des ministres, l'ouverture des postes douaniers sera "progressive", au même titre que la reprise du transit des personnes sur les routes terrestres reliant l'Espagne et le Maroc. 

Albares a souligné lors de son intervention devant les médias que la nouvelle étape dans les relations entre l'Espagne et le Maroc, qui a été consacrée en mars 2022 avec la préférence manifestée par le gouvernement Sánchez envers la solution marocaine au conflit du Sahara, a entraîné une augmentation de 30 % des exportations espagnoles vers le Maroc. Les ventes devraient atteindre 6 milliards de dollars. Outre le commerce, Albares se félicite également d'une meilleure coopération dans le domaine du contrôle de l'immigration irrégulière.