PUBLICIDAD

Marruecos

Le Maroc supprime la PCR obligatoire pour entrer dans le pays

Le royaume alaouite supprime la mesure en tant que facteur clé pour réactiver le tourisme, bien qu'il maintienne l'ordre de présenter le passeport sanitaire de vaccination par voie aérienne et maritime
Aeropuerto de Marruecos

FOTO/ARCHIVO  -   Aéroport du Maroc

Le gouvernement marocain est prêt à ce que les choses reviennent à la normale. La crise sanitaire provoquée par le coronavirus a eu de graves conséquences sur l'économie nationale, notamment sur le secteur du tourisme, qui a été le plus durement touché par les restrictions. Le gouvernement souhaite relancer une industrie dont dépend une grande partie de la richesse du pays et, depuis le 17 mai, le Maroc n'exige plus de test PCR pour entrer dans le pays par voie aérienne ou maritime. 

Il s'agit d'une nouvelle mesure qui marque un retour à la normale tant attendu après deux années d'hécatombes. Le gouvernement a publié un communiqué dans lequel il considère que la situation du COVID-19 est à un de ses meilleurs niveaux et n'affecte plus autant la vie de ses citoyens. 

PHOTO/ Aeropuerto de Casablanca Mohamed V
FOTO/ARCHIVO -  Aéroport Mohamed V de Casablanca

"Le gouvernement marocain a décidé d'annuler la condition du test PCR pour l'entrée sur le territoire marocain. Cette décision, à effet immédiat, a été prise sur la base des dispositions légales relatives à la gestion de l'état d'urgence sanitaire et en tenant compte de l'amélioration de la situation épidémiologique dans notre pays", confirme le communiqué publié par les services du Premier ministre.  

Toutefois, bien que l'obligation de présenter un test PCR pour entrer sur le territoire marocain ait été supprimée, l'exécutif a décidé de maintenir la restriction imposée aux voyageurs d'apporter leur passeport de vaccination. Les touristes devront valider le document, et s'ils ne l'ont pas, ils devront passer un test PCR pour entrer dans la nation maghrébine.

La nouvelle a été largement accueillie par l'ensemble de la population du pays, mais surtout par les travailleurs des secteurs du tourisme et de l'hôtellerie, qui ont reçu l'information avec beaucoup d'enthousiasme. Ces industries sont celles qui ont subi les plus grandes conséquences, tant au niveau national qu'international, et il est temps de les relancer après deux années de faibles revenus. 

Turismo Marruecos
FOTO/ARCHIVO - Tourisme au Maroc

"Nous sommes très heureux. C'est une décision qui aurait dû être prise plus tôt, mais l'essentiel est que ce soit fait", déclare Lahcen Zelmat, président de la Fédération nationale de l'industrie hôtelière (FNIH). Dans l'interview réalisée par l'AFP (Agence Française de News), le directeur a encouragé les voyageurs à se rendre dans le pays du Maghreb, et a exhorté les Marocains résidant à l'étranger à revenir sur le territoire et à profiter de leurs vacances d'été. 

La réactivation du tourisme commence à être l'un des principaux objectifs du gouvernement marocain, surtout à l'approche de l'été et des vacances. La situation épidémiologique a montré que le pays n'est plus menacé par une vague sévère du coronavirus, et depuis février, les mesures ont commencé à être assouplies. De plus, le gouvernement d'Aziz Akhannouch est sous la pression des professionnels du secteur, qui demandent depuis un certain temps une réponse pour améliorer leur situation économique.  

Au cours des derniers mois, le pays a élaboré des stratégies visant à promouvoir le secteur. Cela s'est traduit par la création de campagnes de promotion au Maroc et à l'étranger, par l'octroi d'aides aux travailleurs du secteur pour atténuer les effets de la crise et par l'assouplissement des mesures d'entrée sur le territoire du Maghreb.  

Turismo Marruecos
FOTO/ARCHIVO - Le gouvernement marocain a développé des stratégies pour promouvoir le tourisme national.

Le tourisme dans la région promet de connaître une croissance remarquable, qui s'est manifestée ces derniers mois grâce à l'assouplissement des restrictions. Le Bureau de Change marocain note dans ses derniers chiffres qu'entre janvier et mars de cette année, le pays a gagné 9,7 milliards de dirhams grâce au tourisme. C'est un très bon chiffre pour le secteur, qui est en hausse de 79,6 % par rapport aux chiffres de l'année dernière.  

AFP/FADEL SENNA  -   Fotografía de archivo de la frontera entre la ciudad marroquí de Fnideq y el enclave español de Ceuta
AFP/FADEL SENNA - Photo d'archive de la frontière entre la ville marocaine de Fnideq et l'enclave espagnole de Ceuta.
 L'élimination du test PCR coïncide avec l'ouverture de la frontière terrestre avec l'Espagne 

Le jour même où la nouvelle a été annoncée, les frontières de Ceuta et Melilla ont également été rouvertes et l'on s'attend à ce que cela ait également une influence sur la reprise de l'activité touristique. Le public espagnol étant l'un des principaux marchés du secteur touristique marocain, la levée des contrôles frontaliers pourrait favoriser le retour à la normale du tourisme dans la région.