Le Mexique cherchera à obtenir davantage de vaccins pour la région avec ses partenaires d'Amérique latine

Le gouvernement mexicain a joué un rôle actif à l'ONU, où il siège au Conseil de sécurité, en demandant des vaccins contre le COVID-19
Marcelo Ebrard, ministre des affaires étrangères du Mexique

REUTERS/LUIS CORTES  -   Marcelo Ebrard, ministre des affaires étrangères du Mexique

Ce samedi, le Mexique accueille un sommet des ministres des affaires étrangères d'Amérique latine et des Caraïbes afin de rechercher des mécanismes permettant d'obtenir davantage de vaccins contre le COVID-19 pour la région et de parvenir à un consensus sur une position commune de l'Amérique latine pour le prochain sommet du G20.

"Nous chercherons une position commune sur l'accès aux vaccins et la relance économique que nous porterons au G20 comme une position latino-américaine", a déclaré vendredi à Efe Maximiliano Reyes, sous-secrétaire pour l'Amérique latine et les Caraïbes au ministère des Affaires étrangères du Mexique, pays qui assure la présidence temporaire de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAC).

Au moins 11 représentants des 33 pays confirmés pour la réunion de la CELAC ont déjà rencontré séparément le ministre mexicain des affaires étrangères, Marcelo Ebrard, au ministère des affaires étrangères, dans le centre de Mexico.

Puente fronterizo internacional Paso del Norte, en Ciudad Juárez, México 18 de junio de 2021
PHOTO/REUTERS - Pont frontalier international Paso del Norte à Ciudad Juarez, Mexique 18 juin 2021

M. Ebrard a reçu, entre autres, la vice-présidente et ministre des affaires étrangères de la Colombie, Marta Lucía Ramírez, et les ministres des affaires étrangères de l'Argentine, Felipe Solá, du Chili, Andrés Allamand, de Cuba, Bruno Rodríguez, de la Bolivie, Rogelio Mayta, et de l'Équateur, Mauricio Montalvo.

"Toutes les réunions se sont déroulées dans une très bonne ambiance et ont été fructueuses. Nous avons beaucoup parlé de la nécessité d'échanger l'offre de vaccins dans la région et, surtout, nous les avons remerciés de leur présence et avons salué le leadership du Mexique dans ce forum", a révélé le sous-secrétaire mexicain.

Un hombre muestra una identificación en la que se lee "me vacuno" después de recibir una dosis de la vacuna de Sinovac contra la COVID-19, en Santiago, Chile
REUTERS/IVAN ALVARADO - Un homme montre une carte d'identité sur laquelle est écrit "me vacuno" après avoir reçu une dose du vaccin COVID-19 de Sinovac à Santiago, au Chili.
À la recherche de vaccins

Le gouvernement mexicain a joué un rôle actif aux Nations unies, où il siège au Conseil de sécurité, en demandant des vaccins contre le COVID-19 pour l'Amérique latine et les Caraïbes. Il a également signé un accord avec l'Argentine pour distribuer les médicaments d'AstraZeneca à ses voisins.

Le responsable mexicain a expliqué qu'ils veulent "augmenter la production d'AstraZeneca", dont le principe actif est produit en Argentine puis conditionné au Mexique, qui distribue ensuite les vaccins dans toute la région.

Outre cette distribution, le Mexique a fait don, ces dernières semaines, de deux millions de doses au Guatemala, au Honduras, au Salvador, au Paraguay, à la Jamaïque et à la Bolivie, et prévoit d'envoyer des doses à Haïti, qui, la semaine dernière seulement, a eu accès pour la première fois aux vaccins anti-COVID.

"La distribution des vaccins Covax (un mécanisme des Nations unies), dont de nombreux pays ont profité, n'a pas été efficace. Cela a mal tourné parce que les laboratoires ne l'ont pas fourni", a déploré M. Reyes.

Una mujer recibe una dosis de la vacuna de Pfizer/BioNTech contra la enfermedad del coronavirus (COVID-19) en un estadio deportivo durante la pandemia, en Viña del Mar, Chile
REUTERS/RODRIGO GARRIDO - Une femme reçoit une dose du vaccin de Pfizer/BioNTech contre le coronavirus (COVID-19) dans un stade pendant la pandémie, à Viña del Mar, au Chili.
Commémoration de Bolívar

La réunion de la CELAC sera précédée d'un événement commémorant le 238e anniversaire du libérateur sud-américain Simón Bolívar, auquel participera le président mexicain Andrés Manuel López Obrador.

L'événement vise à donner une perspective latino-américaine aux célébrations organisées cette année pour le 200e anniversaire de l'indépendance du Mexique (1821) et le 500e anniversaire de la conquête (1521).

"Le président Lopez Obrador nous a chargés de rétablir le rôle de leader du Mexique dans la région, et Bolívar est le libérateur des Amériques, historiquement reconnu par pratiquement tous les pays du continent", a déclaré le sous-secrétaire.

En outre, M. Reyes a rappelé qu'au XIXe siècle, le Congrès mexicain a accordé la citoyenneté mexicaine à Bolívar (Caracas, 1783), que le sous-secrétaire a considéré comme "un Mexicain d'adoption qui mérite qu'on se souvienne de lui".

Un trabajador sanitario prepara una dosis de la vacuna de Pfizer-BioNTech contra la COVID-19 en el estadio olímpico Pascual Guerrero, en Cali, Colombia, el 26 de abril de 2021
AFP/LUIS ROBAYO - Un agent de santé prépare une dose du vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech au stade olympique Pascual Guerrero de Cali, en Colombie, le 26 avril 2021.
Le Venezuela n'est pas à l'ordre du jour

Ce sommet intervient alors que le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a assuré jeudi qu'il était prêt à s'asseoir pour négocier avec l'opposition au Mexique, après l'échec des discussions en 2019.

Toutefois, le sous-secrétaire mexicain a assuré que cette question ne sera pas à l'ordre du jour du sommet de la CELAC, auquel le gouvernement vénézuélien participera.

"Ce que nous avons dit à propos du Venezuela, c'est que lorsqu'ils seront prêts, le Mexique offre des garanties de sécurité, de confidentialité, de neutralité et d'efficacité diplomatique. Il n'y a pas eu plus que cela. Ce n'est pas nouveau", a déclaré M. Reyes.

El presidente de México, Andrés Manuel López Obrador
REUTERS/EDGARD GARRIDO - Le président du Mexique Andres Manuel Lopez Obrador

Le fonctionnaire a rappelé que "le Mexique s'est toujours montré garant d'être un hôte pour le dialogue entre les pays qui ont une sorte de conflit interne".

Face à la crise sociale et politique au Venezuela, le président López Obrador a toujours mis l'accent sur les principes établis par la Constitution mexicaine de non-intervention dans d'autres pays et de règlement pacifique des différends.