Le Mexique s'entend avec la DEA pour améliorer le partage des renseignements dans la lutte contre le trafic de drogue

Les activités des cartels de la drogue continuent de menacer la sécurité des deux États frontaliers
PHOTO/REUTERS  -   Miembros de la Guardia Nacional de México se mantienen al margen después de que migrantes de México y Guatemala fueran detenidos tras intentar cruzar a los Estados Unidos, en la frontera entre los Estados Unidos y México, en Ciudad Juárez, México

PHOTO/REUTERS  -   Des membres de la Garde nationale mexicaine se tiennent prêts après que des migrants originaires du Mexique et du Guatemala ont été arrêtés après avoir tenté de passer aux États-Unis à la frontière américano-mexicaine à Ciudad Juarez, au Mexique

La ligne de démarcation entre les États-Unis et le Mexique est l'un des points chauds de la criminalité dans le monde. Chaque année, entre 250 000 et 280 000 armes à feu traversent la frontière pour les cartels mexicains, selon les estimations du gouvernement aztèque. La drogue et les migrants, envoyés à leur tour par le crime organisé, voyagent dans la direction opposée.

La croisade contre le trafic a été le leitmotiv des relations entre Washington et Mexico. Dans ce contexte, le gouvernement mexicain a tenu jeudi une réunion avec la Drug Enforcement Administration (DEA) américaine afin de tisser une réponse commune au trafic d'armes et de drogue à la frontière.

Le directeur général pour l'Amérique du Nord du ministère des affaires étrangères et le sous-secrétaire à la sécurité publique, Roberto Velasco et Ricardo Mejia Berdeja, conduisaient la délégation mexicaine, qui comprenait également des responsables de la cellule de renseignement financier (CRF), de la garde nationale et de la défense nationale.

Pour sa part, la délégation américaine était composée, entre autres, du chef de section de la division des opérations étrangères du DEA, Michael Cabral, de la vice-procureure générale adjointe Amanda Liskamm et du chargé d'affaires de l'ambassade des États-Unis au Mexique, John Creamer.

REUTERS/LUCY NICHOLSON - Edificio Federal Edward R. Roybal y el Palacio de Justicia de los Estados Unidos junto al Centro de Detención Metropolitano de Los Ángeles donde Salvador Cienfuegos se encuentra detenido
REUTERS/LUCY NICHOLSON - Le bâtiment fédéral Edward R. Roybal et le palais de justice américain à côté du Los Angeles Metropolitan Detention Center où Salvador Cienfuegos est détenu.

La réunion, qui s'est tenue au siège diplomatique de la capitale mexicaine, a débouché sur un nouveau pacte de sécurité. Les parties ont convenu d'améliorer l'échange d'informations par les services de renseignement afin de lutter conjointement contre les cartels de la drogue.

"Les deux délégations ont convenu d'établir comme priorité bilatérale d'améliorer les mécanismes de partage de renseignements contre le crime organisé", a confirmé le ministère mexicain des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les délégations ont également discuté d'une série de points communs pour réduire les dommages causés par la consommation et le trafic de drogue dans la région. "Les autorités américaines ont partagé des données et des informations sur les tendances actuelles de la consommation et de la production de drogues, ainsi que sur les différentes stratégies visant à réduire la consommation de ces substances", indique le communiqué.

Le sous-secrétaire mexicain à la sécurité publique a souligné que les activités criminelles au Mexique et aux États-Unis "sont profondément interconnectées". "Ce qui se passe d'un côté de la frontière affecte directement l'autre pays", a déclaré Ricardo Mejia Berdeja.

"Par conséquent, nous travaillons de manière coordonnée et respectueuse avec les autorités américaines pour partager les meilleures pratiques et les renseignements et, de cette façon, réduire les crimes violents qui affectent nos sociétés", a ajouté M. Mejia.

Le plus haut responsable des services répressifs mexicains pour l'Amérique du Nord, Roberto Velasco, a souligné que l'échange d'informations respectait à tout moment la souveraineté du Mexique, une question d'importance vitale pour les autorités.

Cette réunion faisait suite à celle qui s'est tenue mercredi entre le gouvernement mexicain et plusieurs membres du FBI. Les parties ont discuté de différentes stratégies de coopération pour réduire la violence au Mexique, qui a augmenté de manière exponentielle ces derniers mois.

REUTERS/LARS HAGBERG-Vehículos de la aduana de Estados Unidos se paran cerca de una señal que dice que la frontera está cerrada al tráfico no esencial
REUTERS/LARS HAGBERG-Des véhicules des douanes américaines s'arrêtent près d'un panneau indiquant que la frontière est fermée au trafic non essentiel.
Coopération frontalière

Au cours des deux dernières décennies, les gouvernements américain et mexicain ont encouragé une série de mesures visant à réduire les activités transfrontalières du crime organisé. La plus importante a été l'initiative Merida, un plan de coopération en matière de sécurité à grande échelle signé en 2007 par les présidents George W. Bush et Felipe Calderon. 

Le Congrès américain a ensuite affecté un montant total de 1,5 milliard de dollars à l'achat d'équipements et d'armes pour les forces de sécurité fédérales du Mexique. Cependant, le Département d'Etat a retenu 15% des fonds jusqu'à ce qu'il confirme que son voisin se conforme à la feuille de route définie par Washington.

Parmi les objectifs des États-Unis figuraient la protection des institutions aztèques et la sécurité totale de la frontière. L'aide des États-Unis a facilité l'arrestation, puis l'extradition, des dirigeants de grandes organisations. Cependant, la stratégie dite des "caïds" a poussé les cartels à redoubler d'efforts pour se regrouper et se renforcer.

L'administration Obama a orienté les réformes vers le système judiciaire mexicain et le développement de programmes de prévention de la criminalité au niveau communautaire. Le président Trump, quant à lui, a retourné la question et a de nouveau donné la priorité à la sécurité des frontières. 

Dans cette lignée, le républicain a déclaré en février 2019 l'urgence nationale et ordonné le déploiement de troupes le long de la frontière sous prétexte de l'afflux de drogues, de criminels et de sans-papiers dans la zone. 

Plus de dix ans plus tard, les données révèlent l'échec de toutes les mesures. En témoignent l'explosion de la violence au Mexique et l'augmentation de 35 % des décès par overdose aux États-Unis, la plupart des drogues provenant de son voisin du sud.

L'arrestation par les États-Unis, en octobre 2020, de l'ancien ministre mexicain de la Défense, Salvador Cienfuegos Zepeda, a provoqué la colère du président López Obrador. Le général a été arrêté à Los Angeles pour trafic de drogue et blanchiment d'argent, mais il a été libéré et rapatrié en novembre après l'abandon des charges.

La réponse du Mexique a été rapide. Le gouvernement restreint les activités des agents étrangers dans le pays et exonère Cienfuegos.

 AMLO encabezó la ceremonia oficial de inauguración de la Guardia Nacional el 28 de junio, flanqueado por altos miembros de la cúpula militar
AMLO a dirigé la cérémonie officielle d'inauguration de la Garde nationale le 28 juin, flanqué de membres supérieurs de la direction militaire.
Remplacer la garde nationale

Andrés Manuel López Obrador, connu sous le nom d'AMLO, a rejeté les appels à une guerre contre les cartels et la "stratégie des capos" mise en place par ses prédécesseurs. Selon le président, une croisade agressive menée par le gouvernement augmenterait le nombre de victimes civiles. 

Toutefois, le président a fait adopter une série de réformes constitutionnelles visant à permettre aux militaires de participer à la sécurité publique. La Garde nationale a remplacé la police fédérale il y a deux ans, après que Lopez Obrador ait dissous la police fédérale. Le président a ensuite allégué que la force était corrompue et, à partir de là, a étendu le rôle de l'armée dans divers organes de l'État.

Cependant, l'implication croissante de la Garde nationale a suscité une batterie de plaintes et de dénonciations de la part de l'opposition et des groupes de défense des droits de l'homme. Ils préconisent de "nettoyer" les forces et corps de sécurité existants.

En tout cas, le gouvernement mexicain poursuit sa feuille de route. Le chef du gouvernement de Mexico, Claudia Sheinbaum, a annoncé cette semaine la construction de quatre nouvelles casernes pour la Garde nationale située dans la capitale pour l'année prochaine.

Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra.