Le ministre qatari des Finances remplacé après son arrestation dans le cadre d'une enquête sur la corruption

L'émir du Qatar a remplacé Al-Emadi par un ministre du commerce et de l'industrie après qu'il ait été accusé de détournement de fonds et d'abus de pouvoir
Atalayar_Ministro de Qatar

AFP PHOTO / YASSER AL-ZAYYA  -   L'ancien ministre des Finances du Qatar, Ali Shareef al-Emadi, le procureur général du Qatar a ordonné l'arrestation d'al-Emadi, ont rapporté les médias d'État jeudi 6 mai 2021, pour un interrogatoire sur des allégations d'abus de pouvoir et de détournement de fonds publics

Le ministre des Finances du Qatar, Ali Cherif al-Emadi, a été relevé de ses fonctions après avoir été arrêté pour abus de pouvoir et détournement de fonds publics. L'émir du Qatar a remplacé le ministre des Finances après son arrestation, selon une déclaration royale de jeudi, suite aux rapports des médias d'État sur cette affaire.

L'agence de presse officielle qatarie QNA a déclaré jeudi soir, en se référant à un décret de l'émir, Tamim bin Hamad al-Thani "a relevé Ali Cherif al-Emadi de ses fonctions de ministre des finances et a confié à Ali ben Ahmed al-Kuwari, ministre du commerce et de l'industrie, en plus de ces prérogatives, le soin d'assurer également celles du ministre des finances".

Le procureur a déclaré précédemment que Al-Emadi était interrogé sur des allégations de détournement de fonds, d'abus de pouvoir et de crimes liés au secteur public. Selon une déclaration de l'agence de presse officielle de l'État, une enquête est en cours. Ils ont rapporté que "le Procureur général (avait) ordonné l'arrestation du ministre des Finances Ali Cherif al-Emadi (pour) l'interroger sur des allégations de délits de service public impliquant des fonctionnaires et d'abus de pouvoir."

Abdul Khaleq Abdullah, chercheur émirati et professeur de sciences politiques, s'attend à ce que le renversement du ministre qatari soit motivé par des raisons politiques cachées, liées à des règlements de comptes entre des grosses têtes silencieuses, qui sont restées en sommeil avant d'apparaître soudainement au grand jour. Abdullah a déclaré dans une déclaration à Al-Arab qu'"il y a de grosses têtes". Le moment est venu de les récupérer, et nous pourrions entendre d'autres nouvelles dans les jours à venir." 
 

Atalayar_Ministro de Qatar
PHOTO/REUTERS - Banque centrale du Qatar à Doha
 

Il a ajouté que "le ministre des finances du Qatar, qui est accusé de corruption et d'agression sur des fonds publics, a été classé meilleur ministre des finances du Moyen-Orient il y a un an, et le Qatar est le deuxième meilleur pays arabe et du Golfe en matière d'indice de transparence et de corruption après les Émirats arabes unis, de sorte que la nouvelle de son arrestation par le procureur général est déroutante et surprenante."

Bien qu'il y ait déjà eu des arrestations très médiatisées dans des affaires de corruption au Qatar, des sources officielles ont indiqué qu'Al-Emadi était la personne la plus importante à faire face à de telles allégations sous le règne de l'émir Tamim. L'arrestation d'Al-Emadi, qui a pris la tête du ministère des Finances en 2013, est un geste rare qui, selon les analystes, pourrait annoncer une campagne plus large visant à accroître la transparence et à éradiquer la corruption dans le cheikh.

Al-Emadi est devenu célèbre dans l'émirat du Golfe lorsque l'émir actuel est monté sur le trône et après avoir supervisé la transformation de la Qatar National Bank en la plus grande banque du Moyen-Orient. Il s'agit de l'un des fonctionnaires les plus puissants du Qatar, qui a également été président de la banque, membre du conseil d'administration du fonds souverain du Qatar et président du conseil exécutif de la compagnie aérienne long-courrier Qatar Airways. Selon le Sovereign Wealth Fund Institute, basé à Las Vegas, l'Autorité d'investissement du Qatar dispose d'actifs de 295 milliards de dollars.
 

Atalayar_Ministro de Qatar
PHOTO/AGENCIA DE NOTICIAS DE QATAR via REUTERS - Emir du Qatar Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, dirigeant du pays

Sans explication, il a récemment été remplacé au poste de président du Qatar Financial Center, un organisme qui réglemente les sociétés d'investissement étrangères dans le pays. Un diplomate qatari a déclaré à l'AFP que "l'arrestation était inattendue". Il a ajouté qu'"il est toujours bon de voir les gouvernements respecter leurs lois et sévir contre la corruption et les abus de pouvoir."

"C'est génial, cela montre que le Qatar prend la corruption au sérieux, si elle s'avère l'être, et cela contribue à forger l'image du respect de l'État de droit", a déclaré un autre diplomate à Doha, comme le rapporte Al-Arab. Hussein Ibish, un expert du Golfe basé à Washington, a déclaré jeudi qu'il était "assez remarquable" qu'Al-Emadi ait été arrêté "sur des soupçons de corruption et de détournement de fonds".
 

Atalayar_Ministro de Qatar
PHOTO/REUTERS - Akbar Al Baker, PDG de Qatar Airway

Al-Emadi a été félicité pour avoir évité une dévaluation de la monnaie locale face à une pression extérieure extrême, en liquidant près d'un quart des réserves économiques du Qatar pour affronter la tempête. Les activistes et les observateurs se sont demandés comment le ministre, qui a été désigné par le magazine The Pinker comme le meilleur ministre des Finances du Moyen-Orient en 2020, a pu passer aussi rapidement et facilement du statut de ministre exemplaire à celui de ministre accusé de corruption.

L'économie du Qatar, qui subit de plein fouet le blocus économique imposé par l'Arabie saoudite et trois de ses alliés - les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte - était gérée par Al-Emadi depuis 2013. Le trio allié a accusé Doha de soutenir des groupes islamistes classés "terroristes" par les pays du Golfe et d'entretenir des relations trop étroites avec l'Iran, rival régional du royaume saoudien, ces quatre pays ayant coupé leurs liens avec ce pays en juin 2017 auquel ils avaient également imposé un blocus. Ce différend a duré plus de trois ans avant que ces pays ne se réconcilient en janvier.