PUBLICIDAD

Iberdrola

Le monde est confronté à une épidémie d'hépatite "d'origine inconnue" touchant les enfants

L'agence sanitaire des Nations unies tente de comprendre la cause d'une infection qui ne semble correspondre à aucun des cinq types d'hépatite connus
UNICEF/UNI314697/Ryeng Amin Muktar, de 4 meses, sentado en el regazo de su madre, mientras espera para recibir las vacunas contra la polio y la pentavalente en el Centro de Atención Primaria de Salud de Nyakuron, en Juba, Sudán del Sur.

UNICEF/UNI314697/Ryeng  -   Ryeng Amin Muktar, 4 mois, est assis sur les genoux de sa mère alors qu'il attend d'être vacciné contre la polio et le pentavalent au centre de soins de santé primaires de Nyakuron à Juba, au Sud-Soudan

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu que le monde était confronté à une épidémie d'hépatite "d'origine inconnue" touchant les enfants.

L'annonce de l'agence sanitaire, qui coïncide avec la Journée mondiale de l'hépatite, souligne que le pic actuel met en évidence les milliers d'infections virales aiguës de la maladie qui se produisent chaque année chez les enfants, les adolescents et les adultes.

L'importance du traitement dans la communauté

L'Organisation mondiale de la santé travaille en étroite collaboration avec les scientifiques et les décideurs des pays touchés pour tenter de comprendre la cause de cette infection, qui ne semble correspondre à aucun des cinq types d'hépatite connus : A, B, C, D et E.

Malgré la disponibilité de nombreuses informations et des outils nécessaires au diagnostic, au traitement et à la prévention de l'hépatite virale chronique dans le monde, ces services sont souvent hors de portée des communautés et parfois uniquement disponibles dans les hôpitaux centraux ou spécialisés.

Le directeur de l'agence, le Dr Tedros Adhanom Gebreyesus, a prévenu dans son message pour l'anniversaire que "pour une efficacité maximale, la surveillance de l'hépatite doit être assurée au niveau communautaire par un système efficace de soins de santé primaires intégré à d'autres services de santé qui répondent à l'ensemble des besoins sanitaires".
 

OMS/OPS Vacunación contra la hepatitis B en Argentina (foto de archivo).
OMS/OPS - Vaccination contre l'hépatite B en Argentine (photo d'archive)
78 000 décès en 2019 dus à des complications associées à la maladie

Si la plupart des hépatites aiguës provoquent des symptômes légers et peuvent passer inaperçues, dans certains cas, elles peuvent entraîner des complications et devenir fatales.

Par exemple, les complications liées aux infections aiguës de l'hépatite A à E ont causé environ 78 000 décès dans le monde en 2019. En parallèle, les efforts mondiaux de lutte contre la maladie donnent la priorité à l'élimination des infections par les hépatites B, C et D.

Contrairement à l'hépatite virale aiguë, ces trois dernières souches provoquent une hépatite chronique qui dure des décennies et entraîne plus d'un million de décès par an par cirrhose et cancer du foie. En outre, ils sont responsables de plus de 95 % des décès dus à l'hépatite.

Un décès toutes les demi-minutes

"Toutes les 30 secondes, une personne meurt de causes liées à l'hépatite, telles que l'insuffisance hépatique, la cirrhose et le cancer", a déclaré Tedros, qui a souligné que près de 80 % des personnes vivant avec la maladie n'ont pas accès aux soins médicaux ou n'ont pas les moyens de payer un traitement.

Pour éliminer l'hépatite d'ici à 2030, l'agence des Nations unies pour la santé a appelé les pays à atteindre quatre objectifs spécifiques.

  • Réduire de 90 % les nouvelles infections par l'hépatite B et C.
  • Réduire de 65 % les décès dus à la cirrhose et au cancer du foie.
  • Diagnostiquer au moins 90% des cas d'hépatite B et C
  • Traiter au moins 80 % des personnes pouvant prétendre à un traitement

"La faible couverture du dépistage et du traitement est la lacune la plus importante à laquelle il faut remédier pour atteindre les objectifs mondiaux d'éradication d'ici 2030", selon l'OMS.

Il faut passer à l'action

L'agence sanitaire a appelé tous les gouvernements et leurs partenaires à "intensifier l'utilisation d'outils efficaces" contre la maladie.

Tedros a fait remarquer qu'un nouveau rapport de l'OMS montre comment le Brésil, l'Égypte, la Géorgie, la Mongolie, le Rwanda, la Thaïlande et le Royaume-Uni progressent vers l'élimination de l'hépatite B et C en appliquant les directives et les outils de l'agence sanitaire des Nations unies.

"L'élimination de l'hépatite virale est à portée de main avec un engagement politique et des investissements", a déclaré le directeur général de l'agence.

Célébration à la mémoire de Baruch Blumberg

Cette journée a pour but de sensibiliser le public à l'hépatite virale, qui provoque une inflammation du foie entraînant des maladies hépatiques graves et le cancer du foie.

Cette année, l'OMS souligne l'importance de déplacer la surveillance de l'hépatite vers les centres de santé primaires et les communautés pour améliorer l'accès au traitement, quel que soit le type d'hépatite.

La date choisie pour la célébration, le 28 juillet, coïncide avec l'anniversaire du scientifique Baruch Blumberg, lauréat du prix Nobel et découvreur du virus de l'hépatite B. Le chercheur a également créé un test pour diagnostiquer la maladie et un vaccin contre le virus.