Le monde se prépare à affronter la nouvelle variante omicron du COVID

La souche B.1.1.529 du coronavirus, détectée pour la première fois en Afrique du Sud et baptisée hier "Omicron" par l'Organisation mondiale de la santé, inquiète la communauté internationale en raison de son "risque accru de réinfection"
COVID-19 Sudráfrica

Shutterstock/Mukurukuru Media  -   Une femme effectue des contrôles de température dans le Limpopo, en Afrique du Sud

Cela ne fait que quelques jours que la communauté scientifique a détecté la nouvelle souche mutée B 1.1.529 de COVID-19 chez un patient de la province sud-africaine de Gauteng. Cependant, les résultats obtenus jusqu'à présent sur cette variante ont suffi à mettre en alerte l'ensemble de la communauté internationale.

L'Organisation mondiale de la santé a convoqué une réunion d'urgence hier, vendredi, à Genève, où plusieurs experts de l'institution se sont réunis pour évaluer cette nouvelle souche et décider si elle doit être considérée comme une variante "préoccupante". Bien que plusieurs pays aient déjà annoncé des restrictions de voyage, le porte-parole de l'OMS, Christian Lindmeier, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'ils ne devaient pas prendre de mesures hâtives. "L'Organisation mondiale de la santé recommande aux pays de continuer à appliquer une approche scientifique fondée sur l'évaluation des risques lors de la mise en œuvre des restrictions", a conseillé le porte-parole.

Jusqu'à présent, plus de 100 personnes ont été infectées par la variante "omicron" (presque toutes en Afrique du Sud), mais on soupçonne que ce nombre pourrait être beaucoup plus élevé. En outre, d'autres cas ont été signalés au Botswana - un autre des premiers pays à détecter la souche -, à Hong Kong, en Israël et en Belgique, qui est devenue le premier pays européen à confirmer un cas de cette variante.

Vacunación Gaza
REUTERS/MUSSA QAWASMA  -  Vacunación en Palestina
Que sait-on de la variante "nu" ?

Les risques posés par la propagation de cette nouvelle souche ne sont pas encore totalement clairs, a prévenu le porte-parole de l'OMS, notant qu'il faudra "plusieurs semaines" pour comprendre ces questions. Cependant, une centaine de séquences du variant ont déjà été rapportées, et les premières analyses ont permis de mettre en lumière certaines des mutations. Les plus importantes sont celles qui concernent la "protéine spiculaire" ou "protéine spike", chargée de permettre au virus de pénétrer dans nos cellules, et qui a subi au moins 32 mutations. Ceci, comme on le voit dans la variante Delta, peut se traduire par une transmissibilité accrue de la maladie et une capacité supérieure à échapper aux défenses du corps humain. 

"La nouvelle variante comporte un certain nombre de mutations qui ont été observées auparavant, mais pas en combinaison. Le fait que nous les voyons ensemble est ce qui l'élève au rang de "variante sous surveillance". Pas tant parce qu'il existe des données indiquant qu'il est effectivement plus transmissible ou qu'il met le système immunitaire en difficulté, mais parce qu'il pourrait avoir le potentiel de le faire", a déclaré au journal El País Iñaki Comas, biologiste à l'Institut de biomédecine de Valence.  

Or, selon la déclaration de l'Agence britannique de sécurité sanitaire sur la mutation de la protéine spiculaire (qui est à la base du fonctionnement des vaccins actuels), ce qui inquiète la communauté scientifique est de savoir si ces vaccins seront moins efficaces. Certains experts, comme Lawrence Young, virologue à la Warwick Medical School, affirment que cette variante n'aura pas de mal à échapper à l'immunité du vaccin COVID-19.

Centro vacunación COVID-19
REUTERS/ALBERT GEA - Centre de vaccination sans rendez-vous contre le coronavirus (COVID-19) dans un bus à l'Arc de Triomf à Barcelone, en Espagne, le 8 juillet 2021
Action de la communauté internationale

Entre-temps, le reste du monde a déjà commencé à prendre des mesures de précaution, notamment en ce qui concerne les restrictions sur les voyages en provenance des pays d'Afrique du Sud.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennet, réuni avec un conseil d'experts, a décidé vendredi d'interdire les voyages aériens entre Israël et la plupart des pays africains. "Nous sommes maintenant au bord de l'urgence", a déclaré le ministre dans une déclaration de son bureau. "Notre principe fondamental est d'agir de manière rapide, décisive et immédiate. Il convient de noter que le territoire hébraïque est l'un des pays qui, jusqu'à présent, a déjà confirmé des cas de la nouvelle variante.

D'autres pays comme le Bahreïn, la Croatie, l'Inde et le Japon interdisent déjà les vols à destination des pays de la région et renforcent les restrictions d'entrée pour leurs propres citoyens revenant des territoires sud-africains.

De même, au sein de l'Union européenne, sept pays ont déjà suspendu les vols - au moins - vers l'Afrique du Sud et le Botswana. En outre, certains territoires comme l'Italie ont étendu la mesure à tous les voyageurs qui se sont rendus en Afrique australe au cours des 14 derniers jours. Le ministre britannique de la santé, Sajid Javid, a également déclaré l'interdiction de "tous les vols en provenance d'Afrique du Sud, de Namibie, du Lesotho, du Swaziland, du Zimbabwe et du Botswana à partir de vendredi midi".

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé sur son compte Twitter la proposition, en étroite collaboration avec les États membres, d'"activer le frein d'urgence pour interrompre les voyages aériens en provenance de la région d'Afrique australe en raison des inquiétudes suscitées par la variante B.1.1.529".

Ursula von der Layen
AFP/ARIS OIKONOMOU  -  La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, donne une conférence de presse après la vidéoconférence des dirigeants européens sur le COVID-19

En effet, peut-être en prévision de ces directives communes qui envisagent une fermeture de la frontière extérieure - le fameux " frein d'urgence " - la ministre espagnole de la Santé, Carolina Darias, a annoncé hier la suspension des vols " en provenance d'Afrique du Sud et du Botswana ". Cette mesure sera présentée au Conseil des ministres mardi prochain.

Toutefois, comme le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom, l'a prévenu en juillet dernier, la communauté internationale ne peut pas fonctionner en assurant seule la protection nationale. Le coronavirus a déjà infecté quelque 260 millions de personnes et a coûté la vie à plus de 5,4 millions de personnes dans le monde. Le chef de l'organisation internationale prône un travail coordonné de tous les territoires, et appelle à l'abandon de positions telles que le "nationalisme vaccinal". Ce terme, inventé par Adhanom lui-même, fait référence au monopole des pays riches sur les vaccins contre le virus, oubliant que, tant que la vaccination ne sera pas également effectuée dans les régions les plus défavorisées, de nouvelles souches plus résistantes continueront à apparaître et à "gagner la course contre les vaccins".

Dans ce contexte, l'Organisation mondiale de la santé a annoncé hier le début d'une réunion de trois jours, à partir de lundi prochain, qui aura pour but de finaliser un pacte visant à renforcer sa capacité à faire face aux futures pandémies.