Le nageur tunisien Ahmed Hafnaoui remporte, contre toute attente, la première médaille d'or olympique en Afrique

Le jeune homme de 18 ans a surpris tout le monde dans le 400 m nage libre pour remporter la deuxième médaille de la Tunisie aux Jeux olympiques de Tokyo
hafnaoui

AFP/ATTILA KISBENEDEK  -   Ahmed Hafnaoui, de Tunisie, après avoir remporté la finale du 400 m nage libre masculin lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020 au Centre aquatique de Tokyo, le 25 juillet 2021.

La Tunisie a un nouveau héros national. Alors que le pays d'Afrique du Nord traverse des jours de troubles politiques, un jeune nageur tunisien, Ahmed Ayoub Hafnaoui, a remporté contre toute attente la première médaille d'or africaine à Tokyo. Tout cela, de surcroît, le jour même où son pays célébrait le Republic Day, la fête commémorant la chute de la monarchie en 1957.

Hafnaoui a balayé le 400 m nage libre dimanche pour devenir le deuxième médaillé olympique de la Tunisie aux Jeux de Tokyo, à la surprise générale. Le nageur de 18 ans a réalisé un temps de 3 minutes 43,36 secondes pour battre les deux favoris, l'Australien Jack McLoughlin et l'Américain Kieran Smith.

Le jeune homme a battu ses rivaux depuis la pire position de la piscine, sur le couloir extérieur numéro huit. Il s'était qualifié pour l'épreuve en tant que nageur le plus lent, mais il a surgi dans la dernière ligne droite et a réussi à dépasser tous ses rivaux. "Je dédie ce titre à tout le peuple tunisien. Ils ont maintenant un champion", a-t-il déclaré à ses compatriotes.

"Lorsque j'ai vu le drapeau de mon pays être hissé et que j'ai entendu l'hymne national, les larmes me sont montées aux yeux. Je me suis sentie si fière". Avant la fierté, il y a eu l'euphorie. Il a fallu quelques secondes à Hafnaoui pour réagir et prendre conscience de sa victoire. Dès qu'il l'a su, il a éclaté en jubilation. Il a crié, est monté sur le panneau de liège et a frappé l'eau avec colère. Complètement déséquilibré, il a eu du mal à réaliser son exploit.

Debout sur le podium du Centre aquatique et visiblement excité, Hafnaoui répète sans cesse "Je ne peux pas y croire, c'est incroyable". "Je me sentais mieux dans l'eau ce matin qu'hier et c'est tout. Je suis le champion olympique maintenant", a-t-il déclaré après coup. Le nageur novice a concouru avec des résultats médiocres aux Jeux olympiques de la jeunesse 2018 et aux Championnats du monde 2019, lorsqu'il a révélé au média tunisien La Presse qu'il visait à remporter sa première médaille aux Jeux olympiques de Paris 2024. Même lui ne comptait pas gagner.

El nadador tunecino Oussama Mellouli
PHOTO/REUTERS - Le nageur tunisien Oussama Mellouli

Hafnaoui, totalement inconnu du grand public, s'est approché à deux secondes près du record continental établi par son compatriote et double champion olympique de natation, Oussama Mellouli.  "Il est une légende. Je veux être comme lui un jour", a déclaré le nouveau champion. Cette victoire pourrait être suivie d'une autre, puisque la jeune nageuse participera au 800m nage libre mardi.

L'adolescent prend le relais de son idole Mellouli. Le nageur vétéran de 37 ans, également présent à Tokyo, lui a dédié quelques mots avant de se rendre dans la capitale japonaise. "Je suis heureux de lui passer le flambeau. Ayoub a connu des moments difficiles. Il a dû abandonner ses études pour réussir dans la natation. Il a pris un risque avec son avenir. J'espère qu'il trouvera un équilibre entre son bien-être financier et psychologique. 

Fils du basketteur et membre de l'équipe nationale tunisienne Mohamed Hafnaoui, le jeune homme a choisi la natation grâce à son père. "Il m'a dit d'essayer la natation parce que c'est bon pour la santé et pour renforcer le corps", a-t-il expliqué. Il est désormais la vedette de l'un des plus grands exploits sportifs de la Tunisie et a une carrière prometteuse devant lui.

Auparavant, le lutteur Mohamed Khalil Jendoubi avait remporté l'argent dans la catégorie des hommes de 58 kg de taekwondo. Jendoubi a ouvert le compteur de médailles de la Tunisie et du reste du continent dans la compétition après s'être qualifié pour la finale contre le taekwondiste italien Vito Dell'Aquila. À 15 secondes de la fin et alors que le score est de 10 partout, son adversaire marque le point décisif.

Javad Foroughi, de Irán,  después de ganar la medalla de oro en la pistola de aire masculino de 10 metros en el campo de tiro de Asaka en los Juegos Olímpicos de Verano 2020, el sábado 24 de julio de 2021, en Tokio, Japón
AP/ALEX BRANDON - Javad Foroughi, d'Iran, après avoir remporté la médaille d'or au pistolet à air comprimé 10 m masculin au stand de tir d'Asaka lors des Jeux olympiques d'été de 2020, samedi 24 juillet 2021, à Tokyo, au Japon
L'Iran ouvre le casier

L'Iranien Javad Foroughi a établi un record olympique dans la catégorie du pistolet à air comprimé 10m. L'homme de 41 ans a enregistré un score de 244,8 points pour battre le Serbe Damir Mikec au stand de tir d'Asaka et remporter la première médaille du pays asiatique aux Jeux olympiques de Tokyo.

La taekwondiste perse Kimia Alizadeh, dissidente du régime iranien et membre de l'équipe olympique des réfugiés, a manqué de peu de remporter la première médaille de son équipe dans l'épreuve féminine de taekwondo de 57 kg. La combattante était à un haut niveau après trois ans d'absence de compétition et a remporté ses trois premiers combats pour atteindre les demi-finales, où elle a été battue par la Russe Tatiana Minina. Dans le match pour la médaille de bronze, Alizadeh s'est de nouveau incliné, cette fois contre le Turc Kübra İlgün.

alizadeh
AFP/JAVIER SORIANO - La Britannique Jade Jones (en bleu) et Kimia Alizadeh Zenoorin (en rouge), de l'équipe olympique des réfugiés, participent au match à élimination directe de taekwondo féminin de -57 kg lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020, au Makuhari Messe Hall de Tokyo, le 25 juillet 2021

L'athlète a fui son pays en janvier 2020 pour se rendre en Allemagne après avoir dénoncé l'oppression des femmes en Iran. Elle a également révélé que les athlètes étaient traités comme des "outils" de propagande du régime. Depuis lors, l'Association iranienne de taekwondo a tenté de boycotter la carrière d'Alizadeh. 

Pour cette raison, l'Iran lui a interdit de représenter un autre pays aux Jeux olympiques, bien qu'elle ait finalement été acceptée par le Comité International Olympique (CIO), une instance qui lui permet de concourir au plus haut niveau jusqu'à ce qu'elle trouve une nouvelle destination. Elle affirme toutefois qu'elle restera une enfant de l'Iran, où qu'elle aille.