PUBLICIDAD

Iberdrola

Le nouveau contexte politique de la Tunisie 

Le président tunisien nomme Ridha Gharsallaoui au poste de ministre de l'Intérieur
AFP/KARIM JAAFAR  -   El presidente de Túnez, Kais Saied

AFP/KARIM JAAFAR  -   Le président de la Tunisie, Kais Saied

Le 25 juillet, jour férié de la République, après une journée de manifestations au cours desquelles des centaines de personnes ont réclamé dans plusieurs villes la démission du gouvernement, le président tunisien Kais Saied a annoncé dans un discours télévisé le limogeage du Premier ministre Hichem Mechichi, la suspension de l'activité parlementaire pendant 30 jours et la concentration entre ses mains de pratiquement tous les pouvoirs de l'État. Alors que de nombreux Tunisiens, excédés par la crise économique et sanitaire, ont célébré la décision dans les rues, la plupart de l'opposition, dont le parti islamiste Ennahda, majoritaire au Parlement, a dénoncé un "coup d'État".

À cet égard, le président tunisien a procédé à sa première nomination à un poste en nommant l'ancien conseiller à la sécurité nationale, Ridha Gharsallaoui, au poste de ministre de l'Intérieur, alors que la situation du pays est compliquée. La présidence tunisienne a indiqué sur son profil Twitter que le président avait émis un ordre présidentiel pour affecter Gharsallaoui, un ancien conseiller à la sécurité nationale, à la présidence. Selon l'agence de presse tunisienne TAP, Saied a souligné lors de l'événement que la nomination du nouveau ministre de l'intérieur vise à assurer la continuité de l'État dans cette phase "très délicate". "L'État n'est pas une marionnette tirée par des ficelles", a-t-il poursuivi, soulignant qu'il continue à être incarné par des institutions qui "travaillent au service des citoyens et de leurs intérêts, dans le cadre de la Constitution et de la loi".

AP/HASSENE DRIDI-El primer ministro tunecino Hichem Mechichi, a la izquierda, habla con el presidente de la Cámara, Rached Ghannouchi
AP/HASSENE DRIDI-Le Premier ministre tunisien, Hichem Mechichi, à gauche, s'entretient avec le président de la Chambre, Rached Ghannouchi.

Il a agi sur la base d'une interprétation très discutable de l'article 80 de la Constitution. Il a invoqué l'article 80 de la Constitution, qui autorise le président à prendre des "mesures exceptionnelles" en cas de "danger imminent pour les institutions du pays". La loi tunisienne précise que, pour invoquer cette règle, l'ensemble du processus doit être supervisé par la Cour constitutionnelle, qui, en Tunisie, n'a toujours pas été créée depuis 2015. Indépendamment de la question de savoir si la situation de fait - marquée par une grave crise sanitaire et économique, des manifestations et une impasse politique prolongée - peut être considérée comme un danger imminent de cette nature, il convient de noter que le chef du Parlement affirme ne pas avoir été consulté, que la Cour constitutionnelle prévue par la Magna Carta n'a pas encore été constituée et que le Parlement est fermé depuis 30 jours. 

Le parti islamiste, Ennahda, avait formé un gouvernement de coalition allié au mouvement islamo-nationaliste Al-Karama, et le deuxième parti le plus voté, Qalb Tunis du magnat des médias Nabil Karaoui, qui était candidat à la présidence lors des élections de 2019 et a vu ses aspirations contrariées lorsqu'il a été emprisonné pour corruption. Cette coalition était à couteaux tirés depuis des mois avec Saied, élu à l'issue des élections législatives de 2019 qui ont abouti à un parlement fragmenté en une douzaine de partis et une vingtaine d'indépendants. Le parti islamiste Ennahda, qui disposait de 52 des 217 sièges du Parlement, avait été un acteur clé dans les négociations visant à former un gouvernement - le troisième en un peu plus d'un an - devenant le principal soutien du gouvernement de Hichem Mechichi. 

PHOTO/REUTERS  -   Los partidarios del presidente de Túnez, Kais Saied, se reúnen en las calles mientras celebran después de que destituyera al Gobierno y congelara el Parlamento, en Túnez, Túnez 25 de julio de 2021
PHOTO/REUTERS - Les partisans du président tunisien Kais Saied se rassemblent dans les rues alors qu'ils célèbrent après qu'il ait démis le gouvernement et gelé le parlement, à Tunis, en Tunisie le 25 juillet 2021.

Kais Said, 63 ans, professeur de droit constitutionnel à la retraite. Il n'est membre d'aucun parti politique et a remporté l'élection présidentielle d'octobre 2019 au second tour avec un fort soutien populaire : 72,71 % des voix. Cependant, le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, a obtenu une large majorité parlementaire pour changer 11 des 25 portefeuilles - dont l'intérieur, la justice et la santé - mais a été rejeté par le président de la République, Kaies Saied, qui a estimé qu'il n'avait pas été consulté au préalable et que cinq des nouveaux ministres étaient impliqués dans des affaires de corruption et de conflits d'intérêts. 

Une dizaine de jours avant le coup d'État présidentiel de Saied, le ministère public a ouvert une enquête sur le financement illégal présumé du parti islamiste et du parti Qalb Tunis. Le mouvement Aïch Tounsi, dirigé par la franco-tunisienne Olfa Terras, dont un député a été suspendu, est également visé par l'enquête. Le soupçon, dans tous les cas, est d'"obtenir des fonds étrangers pour la campagne électorale et d'accepter des fonds d'origine inconnue" pour la financer.

AFP/FETHI BELAID - Miembros de las fuerzas de seguridad tunecinas se enfrentan a manifestantes antigubernamentales durante una concentración frente al Parlamento en la capital, Túnez, el 25 de julio de 2021
AFP/FETHI BELAID - Des membres des forces de sécurité tunisiennes s'affrontent à des manifestants anti-gouvernementaux lors d'un rassemblement devant le parlement dans la capitale Tunis, le 25 juillet 2021.

Peu après l'annonce de la nouvelle, l'influente Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) a demandé un audit complet des finances publiques et la divulgation par la Banque centrale des transferts financiers vers les partis et les associations.

Trois jours après avoir suspendu le Parlement, le président a repris un rapport publié dix ans plus tôt par la commission nationale d'enquête sur la corruption et les détournements de fonds commis sous le régime de Ben Ali, dans lequel 460 personnes semblent avoir été impliquées dans le détournement de près de 4 milliards d'euros. En pleine crise économique et en pleine négociation avec le Fonds monétaire international (FMI) pour un nouvel accord - le quatrième au cours de la dernière décennie - d'une valeur de 3,3 milliards d'euros, Said cherche à rendre "justice" mais aussi à restaurer une partie des caisses de l'État, dont la dette publique représente 100 % de son PIB.

AFP/ FETHI BELAID - La gente celebra en la calle después de que el presidente tunecino Kais Saied anunciara la disolución del parlamento y del gobierno del primer ministro Hichem Mechichi en Túnez el 25 de julio de 2021
AFP/ FETHI BELAID - Des personnes célèbrent dans la rue après que le président tunisien Kais Saied a annoncé la dissolution du parlement et du gouvernement du Premier ministre Hichem Mechichi, en Tunisie, le 25 juillet 2021.

La crise sanitaire est la dernière d'une série de crises qui ont condensé l'agitation populaire. Au bord de la faillite après dix ans de croissance endémique, avec des taux de pauvreté et de chômage en hausse, la Tunisie est également minée par une grave crise politique qui est à l'origine du conflit institutionnel. La décision du président tunisien Kais Said de suspendre le Parlement et de démettre le Premier ministre Hichem Mechichi place la Tunisie dans une très grave crise constitutionnelle. Il s'agit du moment le plus délicat de la transition démocratique entamée après le triomphe du printemps arabe en 2011, qui a déçu de nombreux citoyens qui n'ont pas eu accès à des conditions de vie décentes. Dix ans plus tard, de nombreux Tunisiens en ont de plus en plus assez de la gestion par le gouvernement de services publics médiocres et d'une classe politique qui a démontré à plusieurs reprises son incapacité à gouverner de manière cohérente.