PUBLICIDAD

Marruecos

Le Pakistan et la Turquie renforcent leur coopération militaire

Le président ottoman Recep Tayyip Erdogan a l'intention de recevoir le Premier ministre pakistanais Imran Khan dans les prochaines semaines
Photo d'archive, le président turc Recep Tayyip Erdogan, à droite, et le premier ministre pakistanais Imran Khan se serrent la main après une conférence de presse, à Ankara, en Turquie

AP/BURHAN OZBILICI  -   Photo d'archive, le président turc Recep Tayyip Erdogan, à droite, et le premier ministre pakistanais Imran Khan se serrent la main après une conférence de presse, à Ankara, en Turquie

La Turquie et le Pakistan travaillent ensemble pour stimuler et renforcer leurs relations bilatérales. Le lien entre Ankara et Islamabad, basé sur la coopération en matière d'armement, est une source d'inquiétude pour l'Inde et les autres puissances occidentales en raison de leur position sur le Cachemire et de leur éventuelle dépendance vis-à-vis de la Chine.

Le président pakistanais Arif Alvi a fait part de la détermination du pays "à intensifier davantage la coopération bilatérale avec la Turquie" dans un communiqué de presse publié lundi par la présidence. "Il existe d'énormes possibilités d'accroître la coopération dans les domaines du commerce, de la défense et de la culture", a-t-il reconnu.

Alvi a salué le rôle d'Erdogan en tant que moteur de la "prospérité économique de la Turquie", une prospérité qui a diminué ces derniers mois. Le pays ottoman traverse une situation économique délicate marquée par une forte tendance inflationniste et une dévaluation galopante de la lire.

L'éloge du dirigeant pakistanais a également porté sur le rôle du président turc en tant qu'instigateur de "l'unité de l'Oumma musulmane". Quoi qu'il en soit, le rapprochement formel entre les deux États s'est matérialisé lundi par la visite du général ottoman Ümit Dündar à la résidence présidentielle d'Aiwan-e-Sadr. 

El jefe del Ejército de Pakistán, el general Qamar Javed Bajwa, en el centro, en un desfile militar con el primer ministro Imran Khan, a la izquierda, y el presidente Arif Alvi, en Islamabad, Pakistán
AP/ANJUM NAVEED - Le chef de l'armée pakistanaise, le général Qamar Javed Bajwa, au centre, lors d'un défilé militaire avec le premier ministre Imran Khan, à gauche, et le président Arif Alvi, à Islamabad, au Pakistan.

L'ancien chef d'état-major temporaire des forces armées turques lors de l'arrestation de Hulusi Akar, l'actuel ministre de la Défense, dans la tentative d'assassinat de 2016 a reçu la décoration militaire Nishan-e-Imtiaz des mains du président Alvi en début de semaine. 

Dündar a profité de cette visite pour s'entretenir avec le commandant des forces armées pakistanaises, Qamar Javed Bajwa. La réunion a débouché sur un accord commun visant à accroître la collaboration militaire, notamment dans les domaines de la formation des combattants et de la lutte contre le terrorisme.

En avril, les forces armées turques ont décerné la Légion du mérite au général pakistanais et président du Comité des chefs d'état-major interarmées, Nadeem Raza, pour "ses services dans la promotion des relations de sécurité entre les deux pays". 

Le message final qui sous-tend les reconnaissances mutuelles est un intérêt mutuel à maintenir et à renforcer leurs liens. A priori, la partie la plus intéressée est Islamabad, qui cherche à acquérir les drones ottomans Bayraktar TB-2, un atout militaire qui a permis à l'Azerbaïdjan de vaincre l'Arménie sur le front du Nagorno-Karabakh. Le Pakistan souhaite également que ses partenaires turcs augmentent leurs investissements dans le pays.

Dron turco del modelo Bayraktar TB2
AFP/BIROL BEBEK - Modèle de drone turc Bayraktar TB2

Jusqu'à présent, Ankara a réussi à vendre ses drones à plusieurs pays, dont la Pologne, l'Ukraine et le Qatar, mais pas à l'Azerbaïdjan. De même, le pays ottoman négocie également avec l'Albanie pour relancer son industrie aéronautique, mise à mal après l'élimination du programme F-35 par les États-Unis.

La Turquie a négocié avec le Pakistan la transaction d'avions de combat sans pilote, mais Ankara hésite à accepter un accord de vente en raison d'éventuelles représailles de l'étranger.

Le Pakistan a contracté en 2016 les services de la société turque STM pour la modernisation de ses trois sous-marins d'attaque Agosta 90B, ainsi que pour la conception et la construction de nouvelles corvettes et de pétroliers. Toutefois, la forte opposition exercée par la France à cet égard, par le biais de blocus et de sanctions, a empêché l'exécution des services.

Dans cette lignée, le pays d'Asie centrale a accordé en mars une prolongation de six mois de l'accord d'acquisition d'hélicoptères T129 Atak signé avec Ankara. 

En 2018, le Pakistan a essayé d'acheter 30 avions de fabrication turque d'une valeur de 1,5 milliard de dollars, cependant, la société ottomane n'avait pas de licences d'exportation délivrées par les États-Unis, licences refusées à Turkish Aerospace Industries pour l'acquisition du système antimissile S-400 aux mains du gouvernement turc.

Dans ce contexte, les représentants de la politique étrangère des deux Etats ont été en contact au cours des dernières semaines pour résoudre les défis communs. 

Le ministre pakistanais des Affaires étrangères Mehmood Qureshi s'est rendu en Turquie en juin dernier pour rencontrer son homologue turc, Mevlüt Çavuşoğlu. À son retour, Qureshi a rendu publique l'invitation adressée par le président Erdogan au Premier ministre pakistanais Imran Khan. 

El ministro de Asuntos Exteriores de Turquía, Mevlut Cavusoglu
PHOTO/PAVEL GOLOVKIN via REUTERS - Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu

Les deux dirigeants figurent en dernière position sur la liste des "prédateurs de la liberté de la presse" publiée mardi par Reporters sans frontières (RSF). Selon l'ONG, Khan "apparaît comme le candidat idéal pour réussir dans l'arène publique sans remettre en cause la toute-puissance des militaires" grâce à son mélange populiste et fondamentaliste.

Selon RSF, Erdogan "n'aime pas la presse, ou plutôt, il ne l'aime que soumise, docile et louant ses mérites" et il a "la liberté absolue de persécuter toute voix dissonante".

La présence chinoise

"Lorsque Xi Jinping est arrivé au pouvoir en Chine en 2013, on aurait pu s'attendre à ce qu'il mette en œuvre des réformes libérales, sa famille ayant été victime de la Révolution culturelle. Au contraire, il a renforcé le contrôle du régime sur l'information et a restauré en quelques années une culture médiatique digne de l'ère maoïste", a déclaré RSF à propos du dirigeant chinois.

Le géant asiatique s'inscrirait dans le cadre du partenariat entre Ankara et Islamabad. La Chine et le Pakistan ont un ennemi commun en matière territoriale : l'Inde. La région du Cachemire, administrée par New Delhi, et les zones situées le long de la ligne de contrôle effectif (LAC) dans l'est du Ladakh sont les territoires convoités par le Pakistan et la Chine dans leur confrontation directe avec l'Inde.

Manifestantes cachemires
PHOTO/AP - Manifestants au Cachemire

Cette raison explique la mise à niveau rapide par l'armée pakistanaise de ses drones S-250 Supercam déployés au Cachemire. Les services de renseignement indiens ont détecté l'acquisition par le Pakistan d'avions de combat de fabrication chinoise et turque.

"Le Pakistan, par le biais de la Chine, dispose de la technologie des missiles, tant conventionnels que nucléaires, en plus des avions de chasse, ce que la Turquie recherche", a déclaré une source diplomatique à The Print.

Dans tous les cas, les mains d'Ankara seraient liées par sa dépendance à la supervision de l'OTAN. En outre, la priorité géostratégique de la Turquie et du Pakistan est de gagner en pertinence en Afghanistan après le retrait des troupes américaines. Une raison qui a conduit Ankara à proposer de gérer l'aéroport international Hamid Karzai de Kaboul.